Partagez|

Juliet J.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Etudiant en 1er Année

Etudiant en 1er Année
Juliet J. Clark
✧ Réputation : Grande collectioneuse de carte de chocogrenouille
✧ Messages : 140
✧ Feat. : Daria Sidorchuk
✧ Chocogrenouille(s) : 1166

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire: Ministérielle
✧ Anecdote: Ancienne préfète des Serpentard
✧ Particularités:

MessageSujet: Juliet J. Lun 13 Mar - 14:12










Carte de sorcier anonyme.........................................


Prénom(s) : Juliet Julian
Nom : Clark
Date de naissance et âge : 18 ans. Née le 03.05
Origine : Anglaise de Sang-Mêlée
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Signe(s) particulier(s) : Ancienne préfète des serpentard.
Baguette : Bois d’Érable, elle fait 27cm, et contiens un ventricule de dragon.
Animal de compagnie : Aucun
Amortentia : cheesecake, Les pages d'un vieux livre, l'herbe fraîche et le lait chaud.
Patronus : Un boursoufflet
Epouvantard : Incendit de forêt
Ancienne école :Poudlard 
Ancienne maison : Serpentard
Couleur préférée : vert
Année d'étude : 1er année 
Sortilège favori : Avifors
Groupe : Crèmes Canari

Code ? : ok (AD)
Comment avez-vous connu le forum? : membre de la V1



Juliet Julian Clark  


Accumulation de Sorcellerie Particulièrement Intensive et Contraignante:


Le candidat obtient ses ASPIC  avec une des notes suivantes :

O (Optimal) ;
E (Effort exceptionnel) ;
A (Acceptable).


Le candidat échoue à ses ASPIC s'il obtient une des notes suivantes :

P (Piètre) ;
D (Désolant) ;
T (Troll).

Optionnel
ARITHMANCIE : E
ETUDE DES RUNES : 0
SOINS AUX CREATURES MAGIQUES : 0

Obligatoire
BOTANIQUE : A
DEFENSE CONTRE LES FORCES DU MAL : A
HISTOIRE DE LA MAGIE : 0
METAMORPHOSE : E
POTIONS : E
SORTILEGES : A
ASTRONOMIE : O



Fiche de personnage



Un cri déchirant annonça le commencement. Dans la chambre 2165 de l'hôpital de Pembroke, une petite fille née d'un jour ouvrit pour la première fois les yeux sur le monde. Le premier visage qui marqua son esprit fut celui de sa mère. Elle reconnu immédiatement sa voix et su, dès cet instant, qu'elle serait à jamais un membre déterminant de sa vie. Le deuxième visage qui s'imposa à elle fut celui d'un homme qu'elle reconnu comme étant son père. De ses deux yeux brun pétillant, elle voyait pour la première fois ses parents. Très vite, elle comprit que « Juliet » la désignait alors que sa maman la tenait contre elle. La petite fille aimait sentir la chaleur réconfortante de sa mère et la voix douce et suave de son père. Quelques jours plus tard, elle découvrit sa nouvelle maison.

Un cri déchirant annonça le commencement. Dans la chambre 2165 de l'hôpital de Pembroke, Maryssa Clark entendit pour la première fois la voix de son premier enfant et la douleur ressentit jusqu'alors n'avait plus d'importance. Elle soufflait. On plaça l’enfant dans ses bras et ses premiers mots furent dédié à sa petite fille. Quelques jours plus tard, l'enfant ouvrit les yeux et ses beaux yeux chocolat furent le plus beau des cadeau. Tony Clark, son époux, s'approcha d'elle pour contempler leur enfant et son bonheur était parfait. Maryssa avait enfin la famille dont elle avait toujours rêvée. Déjà très jeune, elle rêvait d'une famille bien à elle ; d'un mari aimant et d'un enfant rayonnant. Au bout de quelques jours, ils rentraient à trois chez eux. Les Clark vivait une petite maison au nord de Pembroke. Tony Clark travaillait dans une boutique de pêche de la ville et Maryssa travaillait comme serveuse dans le café du port. La venue de Juliet avait été très attendu. Maryssa voulait un enfant jeune mais leurs économies n'étaient pas assez élevée jusqu'alors pour se permettre d'avoir un enfant. Maintenant tout pouvait commencer. Maintenant, tout ce qu'ils avaient toujours attendu pouvait démarrer. Il ne restait à Maryssa qu'un secret à avouer à son mari, qui peut-être, un jour, pourrait toucher leur enfant.

Plus les jours passaient et plus Juliet mémorisait les mots et leur sens. Elle comprenait, bien qu'elle ne savait comment ils arrivaient à prononcer leurs mots. Puis un jour, du haut de sa chaise, elle regarda sa maman et alors qu'elle lui tournait le dos, elle parvint à prononcer le mot « maman ».

Maryssa ne se lassait pas de contempler sa petite fille qui lui paraissait plus belle de jour en jour. Elle était heureuse, tout simplement. Mais une boule en elle lui interdisait de l'être entièrement. Maryssa cachait en effet un secret à son mari depuis leur rencontre. A vrai dire, Maryssa était la fille de deux sorciers et bien qu'elle n'avait malheureusement pas hérité de leurs pouvoirs, elle se disait que sa fille pouvait en revanche le devenir. Et Tony n'en savait rien. C'était toujours délicat de parler de ce genre de choses, et même si elle l'aimait plus que n'importe qui au monde, elle n'avait jamais eu ce courage. La peur. La honte en quelque sortes. C'était peut-être rien, peut-être qu'elle avait peur pour rien et qu'il allait bien prendre ce secret caché. Maryssa se dirigea vers le lavabot pour nettoyer l'assiette dans laquelle restait un peu de purée qu'elle venait de donner à son enfant quand d'un coup, un « maman » presque murmuré la fit lâcher le tout dans l'évier. Elle se retourna vers sa petite fille qui répéta une deuxième fois le mot et toute crainte, toute peur, toutes questions s’effaça de son esprit pour venir vers sa fille. Elle l'a prit dans ses bras, la félicita, l'embrassa et appela son mari qui accourut quelques secondes plus tard. Ils formaient une famille heureuse, oui, elle en était certaine et rien ne pourrait détruire ce qu'ils avaient mis si longtemps à construire.

Les années passaient et Juliet apprit à marcher, à parler. Elle aimait gambader dans la maison, le jardin, et aimait plus que tout l'école ou elle s'y amusait. Puis un jour, quelque chose de merveilleux arriva. Un miracle. Alors qu'elle courrait dans la maison, sous les demandes répétitive de son papa d'arrêté, elle fit tomber un vase sur le sol qui s'éclata en milles morceaux. Son papa se mit à crier, et Juliet à pleurer. Elle était si désolé ! Mais son papa ne voulait rien savoir, puis, d'un coup, sans comprendre pourquoi, ni comment, le vase se répara tout seul et quand Juliet ouvrit les yeux, elle découvrit le vase comme neuf devant elle. Son papa se mit à crier encore plus fort et à déballer des injures sans arrêt. Sa maman arriva et elle demanda, avec sa douceur habituelle, qu'elle retourne dans sa chambre en silence. Elle prit la petite fille dans ses bras, la rassura et la relâcha. Juliet ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait mais elle n'avait jamais vu son papa aussi en colère. Et elle savait que c'était sa faute.

Plus les années passaient et plus Maryssa voyait sa fille devenir une enfant pleine de vie et très intelligente. Elle était fière. Et elle se disait que dans le fond, elle préférait laisser les choses se faire. Pourquoi perturbé une vie aussi parfaite de détails qui peut-être, n'avait pas d'importance ? Mais un jour d'été, alors que Juliet courrait de partout, au grand damn de son père, elle l'entendit briser quelque chose et n'avait aucun mal à deviner qu'il s'agissait du vase offert par les parents de Tony. Alors qu'elle entendit son mari crier dans le salon, elle rejoignit les deux trésors de vie pour détendre l'atmosphère quand d'un coup, Tony se mit à crier bien plus fort encore. Quand elle arriva et découvrit le vase entièrement réparé, son ventre se tordis sur lui-même. Elle réconforta son enfant et l'envoya dans sa chambre. Le moment tant redouté arrivait. Il était temps de lui dire la vérité.

Juliet ne comprenait pas ce qu'il se passait mais le soir même son papa fit une valise et quand elle lui demanda si il partait en voyage il ne lui répondit pas. Son regard était si froid, si distant, comme dégoûté et elle ne comprenait pas. Elle était tellement désolé. Elle savait qu'elle avait fait quelque chose de mal mais puisque le vase était réparé, c'était pas trop grave non ? Son papa s'en alla, sans même lui dire au revoir. Et alors qu'elle lui souhaitait bon voyage au pas de la porte, elle n'imaginait pas qu'il ne reviendrait jamais.

Après le départ de son mari, Maryssa s'enferma dans sa chambre et se mit à pleurer. Encore et encore. Parfois, Juliet venait dans la chambre et lui disait de sa petite voix des mots qui se voulait réconfortant mais qui avait le sens inverse. Elle lui disait que papa allait bientôt revenir, que le vase était réparé, que tout rentrerait dans l'ordre mais non. Son père ne reviendrait pas, le vase était le début de leur dispute et il ne voulait plus d'elles. Il ne voulait pas de magie, pas de femme venant d'une famille bizarre et d'un enfant qui avait des pouvoirs. Maryssa le savait mais comment en parler à sa fille ? Sa fille qui avait les yeux de son père, le sourire de son père, la même manière, un peu maladroite de réconforter ceux qu'il aimait. Maryssa fondit en larmes et demanda à Juliet de la laisser seule. Elle avait besoin de temps.

Les jours passaient et sa maman ne sortais plus de sa chambre, ne sortais plus de la maison. Juliet n'allait plus à l'école et quand elle avait faim, elle mangeait des chips ou des biscuits. Juliet était triste, très triste. Elle ne comprenait pas ce qui se passait et ne comprenait pas pourquoi sa maman était comme ça. Puis un jour, alors qu'on frappa à la porte, sa maman sortie de sa chambre en trombe et se précipita sur la porte. Quand elle l'ouvrit, une étoile scintilla dans les yeux de la petite fille car sa grand-mère adoré en franchissait le pas. Sa maman se jeta dans les bras de sa mère et la vieille dame posa son regard sur la petite fille avec douceur et compassion. Sa mamie resta plusieurs jours ici et passait tout son temps avec sa maman pour parler. Elle cuisinait, réconfortait sa maman et jouait avec elle. Elle lui posait des questions et la prenait dans ses bras. Juliet aimait sa grand-mère. Elle était forte, elle était là.

Dès que sa mère arriva, Maryssa se précipita vers elle. Elle n'en pouvait plus, elle n'arrivait plus. Elle passait ses jours à pleurer dans sa chambre et elle savait que ça blessait Juliet mais elle ne pouvait pas la regarder en face. Elle l'aimait, mais elle lui rappelait trop l'homme qu'elle aimait plus que tout au monde. Et elle l'avait perdu. C'était sa faute, elle aurait du lui dire plus tôt. Pourquoi ne l'avait-elle pas fait ? Elle avait besoin de repos, elle avait besoin de temps et quand sa mère arriva pour l'aider, elle tomba dans ses bras, et, depuis plusieurs jours, pris un véritable souffle. Sa mère était sage et réfléchie. Elle savait quoi dire, quoi faire. Alors elle lui demanda. C'était lâche, c'était faible, mais elle savait qu'elle n'y arriverait plus.

Au bout d'une semaine, sa Mamie vint la voir et lui expliqua qu'elle allait venir habiter avec elle à Dartsmouth. Que sa maman avait besoin d'être seule, mais qu'elle l'aimait. Que Juliet ne devait jamais en douter. Juliet fit donc son sac avec sa grand-mère et dès le lendemain, elle partit. Sa maman ne vint pas la voir et Juliet accepta bien que dans le fond, elle était, une fois de plus, incroyablement triste.


Sa mamie habitait un petit appartement ouvrier dans Dartsmouth. Il n'y avait pas grand monde ici en dehors d'autres vieilles personnes et d'une famille. Juliet était un peu mal à l'aise. Elle aimait voir sa mamie mais là, elle se rendait compte que ce n'était pas que pour quelques jours et elle ne savait toujours pas pourquoi, et elle se doutait qu'elle ne le saurait jamais. Quand sa mamie lui attribua le vieux bureau pour chambre et qu'elle se retrouva enfin seule, Juliet se laissa pleurer. Ca faisait si longtemps qu'elle en avait envie, mais elle voulait rester forte. Pour elle, et pour sa maman. Puis, elle entendit un « toctoc » à la fenêtre. Juliet leva les yeux et découvrit une jeune fille de son âge aux cheveux blond derrière la porte fenêtre qui donnait sur un petit balcon. Juliet se précipita vers la porte fenêtre et l'ouvrit sur la jeune fille qui deviendrait très vite, sa meilleure amie.  

La demoiselle se nommait Penelope Robbin. Elle habitait dans l'appartement d'à côté et avait entendu parlé de l'arrivé de Juliet. Elle lui expliqua qu'il n'y avait pas d'autres enfants dans l'immeuble alors que son arrivée était un peu un miracle à ses yeux. Elle ne lui posa pas de questions sur son ancienne maison ni même pourquoi elle était venu ici et elle était contente. Elle ne voulait pas en parler et d'ailleurs, elle n'aurait pas su quoi dire.

Juliet et Penelope devinrent immédiatement amies. Elles allaient dans la même école, elles étaient dans la même classe, leurs chambres étaient voisines et les deux balcons de leurs chambres étaient collés l'un à l'autre. Juliet était à nouveau heureuse. Elle avait une amie avec qui elle partageait tout et une grand-mère adorable et qui cuisinait le cheesecake comme personne !

Puis un jour, elle comprit. Pourquoi son père était partit, pourquoi sa mère ne lui envoyait qu'une carte pour son anniversaire sans jamais venir la voir, pourquoi elle vivait ici, et pourquoi tout était bizarre : la magie. Sa mamie était une sorcière, ses parents ne l'étaient pas. Elle en était peut-être une. Voilà le résumé de sa vie et de tous les événements tragique qui avaient eut lieu. Sa mamie lui disait qu'elle était une sorcière, qu'un jour elle irait à poudlard. Juliet savait que Penelope était une sorcière parce que ses parents étaient des sorciers et qu'avec sa mamie ils parlaient souvent de magie quand ils se voyaient. Quand Juliet parla de ses soucis à Penelope, Penelope l'encouragea, la consola. Penelope faisait parfois de la magie sans faire exprès, alors c'était certain qu'elle serait un jour une sorcière, mais Juliet ne faisait jamais rien. Plus les années passaient, et plus elle avait peur, d'autant que bientôt, elle aurait 11 ans.

Le 3 Mars, Juliet refusa de se lever de son lit et l'apparition de Pen sur le balcon fut la seule raison pour laquelle elle sortit de ses draps. Pen la poussa dans le salon pour connaître la vérité et quand Juliet croisa le regard lumineux et fière de sa mamie, elle retrouva le sourire. Ouvrir la lettre fut le moment le plus émouvant, le plus long et le plus captivant qu'elle n'eut jamais vécu. Elle passa ses derniers jours avant poudlard chez son amie et le jour du départ, sa mamie et les parents de Pen les emmenèrent sur la voie 9/3-4.


Pen et Juliet furent envoyé toutes les deux à Serpentard. Sa mamie était un peu déçue, du moins, c'était ce que Juliet se disait, mais elle ne le montrait pas. Elle savait que sa mamie avait été à Gryffondor et ce n'était pas caché que ces deux maisons ne s'entendaient pas. D'ailleurs, il régnait une ambiance très bizarre dans l'école. Juliet savait ce qu'il y avait à savoir sur le monde de la magie mais elle n'en parlait pas spécialement avec sa mamie et avec Pen, elles avaient tellement d'autres choses à faire ! Pen dansait magnifiquement bien et du coup, il fallait qu'elles apprennent des chorégraphies inventés par Pen. Et dit comme ça, ca avait l'air d'être simple, mais ça prenait beaucoup de temps ! Quoi qu'il en soit, Juliet apprit toute l'histoire de Voldemort, Harry Potter et compagnie mais elle préférait s'en tenir éloigné. Juliet n'était pas le genre de fille à aimer les conflits. Plus elle s'en tenait éloignée et mieux elle se portait. Mais en 3ème année, les conflits virent à elle. Alors que Harry Potter était porté disparut dans la nature avec ses amis et que les sang-de-bourbes étaient pointés du doigts, la vérité sur ses parents éclata au grand jour comme une maladie incurable. Ce fut la pire année de toute sa vie. Juliet était pointé du doigts, trainé dans la boue. On se moquait d'elle tous les jours et ses camarades de serpentard n'hésitaient pas à se défouler sur elle, lui disant qu'elle était une honte pour leur maison. Juliet passa de nombreuses soirée à pleurer et sans le soutiens de sa meilleures amies, de sa mamie et des parents de Pen elle n'aurait jamais pu survivre à cette épreuve. Durant les vacances, elle suppliait sa mamie de ne pas la laisser retourner en classe mais cette dernière lui disait que si elle n'y allait pas, ce serait pire. Juliet se recroquevilla sur elle même pendant l'année entière, évitant les salles pleines et la salle commune le soir. La plupart du temps elle dormait dans le lit de Pen parce que le siens était submergé de crottes de hibou. Mais quand Harry Potter parvint à vaincre le Seigneur des Ténèbres, tout changea. Elle revint à la vie.

Les deux années qui suivirent furent plus calme, émotionnellement parlant. Durant la première année après la reconstruction les cours étaient un peu bizarre, mais, de retour à l'école, Pen et Juliet pouvaient voir l'arrivé des étudiants, des nouveaux professeurs, et c'était comme si tout ce qui c'était passé dans le château avant n'avait plus d'importance,  plus d'existance. Les élèves qui s'en étaient pris à elle faisait comme si de rien n'était, ils ne la regardaient même plus en face ou alors ils semblaient avoir oublier. Juliet préférait ça. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on viennent lui présenter d'excuse mais quand elle passait devant eux, elle levait la tête bien haut et se pavanait toute fière d'elle. L'époque était aux changement. Les sangs-purs ne se vantaient plus de la nature de leurs origines parce que c'était eux maintenant qui étaient un peu pointé du doigts. La chute de Voldemort avait été une libération pour le monde magique et Juliet en profitait tous les jours.

Puis 5ème année arriva Déjà. Le temps passaient trop vite dans cette école magique. Juliet faisait sa valise dans sa chambre sous le regard bienveillant de sa mamie. Elle lui avait dit que cette année encore elle souhaitait rester là-bas pour les fêtes et c'était avec le cœur lourd qu'elle avait accepté. Mais elle et Pen avaient envie de participer aux festivités comme l'année dernière. Une fois la valise terminé, Juliet sortit sur son balcon pour escalader le balcon et rejoindre la chambre de son amie. Elle ne passait plus par les portes depuis longtemps toutes les deux. Quand elle était arrivé dans l'immeuble, Pen lui avait immédiatement montrer comment faire et même si elle avait eu de nombreuses fois peur de tomber, maintenant ce n'était, aussi, qu'un mauvais souvenir. La rouquine frappa à la porte de Pen et la jolie danseuse lui ouvrit la porte. Séance maquillage, paillettes, elle lui montrait les derniers pas qu'elle avait apprit puis le soir elles s'endormaient ensemble en parlant des personnes avec qui elles étaient en classe, des cours, des devoirs de vacances et de leur retour.  

Cette cinquième année marqua un moment tournant dans la vie de Juliet; elle tomba amoureuse. Ce qu'il y avait de positif dans les cours de botanique c'était que la prof était tellement flippante que les élèves en oubliaient qu'ils étaient ennemis pour se liguer contre elle. Juliet n'avait pas d'ennemi à proprement parler mais sa maison, elle, en avait. Et c'est pendant un cours de botanique qu'un poufsouffle du nom de Alexander Miller. Il était vraiment trop beau ! Pen disait qu'il n'était pas fait pour Juliet parce qu'il avait ce côté sombre et dangereux qui n'était pas fait pour la serpentard mais comme toute les filles vivant son premier amour, elle ne pouvait que succomber à son charme. Il aimait le sport - elle détestait çà - il adorait les duel - beurk - et c'était le genre de mec a partir au quart de tour tandis qu'elle détestait les conflits mais derrière tout ça, elle se sentait en sécurité et même s'il avait un côté très "mec à fille", il était fidèle et aimant. Pen n'en était pas certaine elle, mais Juliet si. Ils restèrent ensemble deux ans. Jusqu'en 7ème année ou Juliet mis fin à leur relation. Elle en souffra tout autant que lui mais elle découvrit son secret, trop gros pour elle : c'était un loup-garou. Bien sûr n'étant ni dans la même maison, ni dans le même dortoir elle ne pouvait pas se rendre compte de ses aller/venu nocturne mais quand même... le lui cacher... pendant tout ce temps... Elle avait été blesser, triste et pire que tout, un jour, alors que la pleine lune devait se manifester dans la nuit, il devenait violent malgré lui. Pour Juliet se n'était pas possible. Elle avait peur, elle n'était pas faites pour ça. Alors se fut finit. L'année se termina sur des ASPIC plutôt bonne (étant donner qu'elle préférait passer tout son temps dans la bibliothèque pour l'éviter, les révisions étaient plus simple).


- Namco -



_________________


iv>

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directrice de Serpentard et Professeur de Botanique

Directrice de Serpentard et Professeur de Botanique
S. Avalon Domhnaill
✧ Messages : 690
✧ Feat. : Ashley Greene
✧ Chocogrenouille(s) : 1268

MessageSujet: Re: Juliet J. Lun 13 Mar - 14:57

Bienvenue à nouveau miss

30 Chg pour le bonus de création

_________________


because dragons are also reptiles   

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Etudiant en 2ème Année

Etudiant en 2ème Année
Harry Potter
✧ Messages : 106
✧ Feat. : Animagus Loup Non-Déclaré
✧ Chocogrenouille(s) : 1290

MessageSujet: Re: Juliet J. Mar 14 Mar - 1:26

Bienvenue *_* Idea

_________________
Cadeau -in-désirable de ma squatteuse de signature préférée^^
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Juliet J.

Revenir en haut Aller en bas

Juliet J.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting
» A disturbing girl | PV.Juliet
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miam Hibou :: Bibliotheque :: Le Courrier :: Parchemins d'Identité :: Parchemins Validés-