Partagez|

Party Time! [Bast'] [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Elève de 7ème année

Elève de 7ème année
Shayna Duncan
✧ Messages : 78
✧ Feat. : Molly Quinn
✧ Chocogrenouille(s) : 1231

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire:
✧ Anecdote:
✧ Particularités:

MessageSujet: Party Time! [Bast'] [Finish] Mar 14 Oct - 16:25

This Is Halloween | Party Time!
SHAYNA DUNCAN AND SEBASTIAN HOLLENS?



Le Portoloin nous amène dans une pièce immense, décoré pour l'évènement. Il y a déjà pas mal de monde, l'ambiance est tout à fait génial. Je me tourne vers Kyle, mais je vois que ce dernier à déjà disparu. Bon, tant pis! Mes deux amies restent introuvables également. Bah, si ils peuvent avoir du plaisir, c'est l'important. Je n'ai pas non plus envie de leur gâcher la soirée parce qu'ils ne veulent pas me laisser seule. Je suis assez grande pour m'occuper de moi-même. Je retire ma cape de voyage - parce qu'il commence à faire vraiment chaud là dedans - et je la dépose soigneusement sur mon bras. Je dois trouver un endroit où la mettre, bien en sécurité. Cette cape est dans ma famille depuis des générations -six si je ne me trompe pas. Elle se transmet de mère a fille depuis longtemps et je ne voudrais surtout pas l'égarer, elle a une valeur inestimable pour moi. Embrassant la pièce du regard, je me fais une vague idée des lieux avant de me mettre en marche. Je me dirige tranquillement vers le bar, me faufilant entre les gens avec aisance, évitant les corps maladroits. Et dire que peu de monde était arrivé, déjà. Tantôt, il y aurait une vrai foule, tellement qu'on ne pourrait plus bouger le petit orteil sans risquer de marcher sur quelqu'un....Bon en traversant la salle, je me rends compte qu'elle est plutôt immense. Peut-être ne serions-nous donc pas coincé comme des sardines, finalement. Les musiciens qui endiablent la salle sont sensationnels, la musique est tout simplement....fantastique. Je ne peux m'empêcher de bouger en rythme avec la musique jusqu'au petit bar. J'attire l'attention du Barman et je lui montre ma cape, lui demandant s'il n'y aurait pas une place sûre où je pourrais la mettre. Avec un sourire, il me la prend des mains et la met en sécurité. Bon, une chose de faite. Le Barman revient vers moi et je me commande un alcool de chez nous; un Whiskey. Bien sur, il est sur glace, question d'en avoir pour un petit moment. Je m'adosse au petit bar en attendant mon breuvage, regardant les danseurs, ou les petits groupes qui se sont rassembler ici et là, les tympans vibrant avec la mélodie qui emplit l'air. La basse résonne dans mon corps entier, mes os en tremblent. Mon verre apparaît à mes côtés et je m'en empare d'une main, le portant à mes lèvres. Les glaçons, en forme de crâne, s'entrechoquent dans mon verre, tintant doucement dans mes oreilles malgré la musique puissante qui n'arrête jamais. Je ferme les yeux, humant l'odeur de l'alcool, avant d'en prendre une petite gorgée.  Le liquide ambré franchit mes lèvres et descend dans mon gosier, je sens sa délicieuse chaleur se répandre partout dans mon corps. Je pousse un petit soupir de satisfaction avant de porter de nouveau le verre à mes lèvres....Mais le verre n'y est plus. J'ouvre donc les yeux et mon regard croise celui de mon demi-frère, qui tient le verre devant ses propres lèvres. Mes yeux s'agrandissent, alors qu'il me fait un clin d’œil.

«Que dirait papa s'il te voyait?»

Fit-il assez fort pour que je puisse l'entendre. Son sourire est fendant et amusé, alors que je bouille de rage. Comment osait-il m'enlever mon verre, comme ça. Il ne manquait pas de culot! Je lui jette un regard menaçant, qui le fait rire, en réalité. Comme toujours, il ne me prend pas au sérieux. J'attrape mon demi-frère par la chemise et le tire vers moi, reprenant mon verre d'un geste brusque.

«Robert est pas là, donc on s'en moque!»

Le blondinet me dévisage un peu, son regard voulant dire «depuis quand tu appelles papa par son prénom?», mais sa question reste silencieuse. Le verre quitte de nouveau mes mains et Jace le bois cul-sec, reposant le contenant sur le comptoir, derrière moi. Il prend délicatement mon poignet, pour que je lâche prise, délaissant son air fendant pour un sourire amical.

«Viens danser avec moi et je t'en recommande un. Un double.»

Comment prendre une Irlandaise doublé d'une Écossaise par les sentiments! Je lève les yeux en l'air avec un petit grognement, mais je souris néanmoins et hoche la tête avant de me laisser entraîner par Jace. Étrangement, sa Princesse n'est pas dans les parages. J'en conclus qu'elle est avec des amis, ou encore, au petit coin. Voir les deux, mêmes. Avec les filles, on ne pouvait jamais savoir. Bref. Jace se fait un chemin entre les danseurs, moi à sa suite, et il nous trouve un espace assez grand pour que nous puissions danser. Ce que nous fîmes. Je me laisse guider et envahir par la musique déchaîner qui nous fait vibrer et, à mon plus grand étonnement, Jace me suit. Il est d'ailleurs très doué. Je contemple son visage, qui rayonne de bonheur, comme je ne l'avais vu auparavant. Est-ce là une page qui se tourne, entre nous? Car je vois, je sens, la complicité qui grandit, alors que je me laisse aller. C'est nouveau pour moi, à la fois terrifiant et excitant, tout comme lors de mon trajet à la lisière de la Forêt Interdite. Pour faire court, je m'éclate vraiment. Chose que je n'aurais pas cru possible avec mon casse-pied de demi-frère.

J'ignore combien de temps je suis rester parmi les danseurs, avec Jace, mais je retourne au bar en nage. J'ai chaud, je sens mes cheveux collés à mes tempes. Heureusement que mon maquillage tient bon! Je m'adosse en riant au comptoir, Jace sur les talons. Il commande deux autres whiskey, double cette fois, sur glace, puis il pose ses yeux pétillants sur moi, un large sourire aux lèvres.

«Tu peux être amusante, quand tu veux!»

s'exclame-t-il finalement. Ça aurait dû me choquer, mais, étrangement, non.  Je crois que le fait de m'être fait envoyer balader par l'autre Serdaigle m'a servit de leçon....un peu. Je le gratifie néanmoins d'une petite claque dans l'estomac.

«Alors tais-toi, si tu veux que ça dur!»

Deux verres apparaissent devant nous et Jace m'en tend un, avant de s'emparer de l'autre. Il lève son verre vers moi et je fais de même, l'entrechoquant doucement avec le sien.

«Slàinte Mhath!»

Je fais avec un sourire. Jace me rend la pareil, en répondant «À ta santé». Ça m'étonne un peu, avec le père qu'on a. Ne lui a-t-il donc pas appris notre langue? C'est peut-être à cause de la mère de Jace, aller savoir! Je ne m'en fais pas tant que ça. Je prends une gorgée de mon verre, tout comme mon demi-frère.   Ce dernier se redresse et se penche vers moi, posant un baiser dans ma chevelure rousse. Je reste un peu hébétée, étonné par ce genre de marque d'affection, surtout venant de lui. D'après moi, son premier verre – mon verre- lui est monté au cerveau.

«On se voit plus tard, ma puce? Ah et, merci, pour la danse.»

Il lève de nouveau son verre avant de s'éloigner, me laissant complètement déboussolé. Soit il ne tient pas l'alcool, soit il a déjà bu avant mon arrivé. Je le suis des yeux, le temps de me remettre de mes émotions, puis je replonge le nez dans mon verre, savourant mon verre avec lenteur.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.



_______________
EDIT Bastian:
5 Chocogrenouilles : Si vous postez dans la cabane hurlante


Dernière édition par Shayna Duncan le Jeu 30 Oct - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Ven 17 Oct - 17:03

Happy Halloween!
La déchéance commence...


Dans un lointain échos, j’entends des bruits de pas qui martèlent le sol et qui se rapproche dangereusement de moi. Maintenant, il est trop tard pour reculer et mon cœur se serre dans ma poitrine déjà meurtrie par la soirée mouvementée. Mon cœur semble vouloir quitter mon être tout entier. Ce n’est pas tant la soirée qui me fait craindre le pire, mais bien le fait que je ne l’ai toujours pas croiser. Un écho de voix me fait quitter mes pensées et retourner la tête en direction de la citrouille. Encore un moment d’hésitation et un soupir en suivi. Mes doigts touchent la flamme et me transporte dans un tout autre endroit. J’ignore si je dois me sentir soulagé de me retrouver dans une pièce normale ou si je dois craindre une nouvelle fois la folie des enseignants. Tranquillement, a pas de tortue, j’avance dans la salle et regard autour de moi. La salle semble déjà bien remplie et je ne perçois pas les terreurs du moins, pour le moment. Je devrais me féliciter d’avoir choisit un costume où l’on ne voit pas mon visage. Sans doute, serais-je en paix pour ce soir. Je prend une profonde inspiration et m’avance dans la foule déjà présente. Une question me hante tout de même : Pourquoi ne pas avoir fait la soirée dans la grande salle de Poudlard? Au moins, les tableaux auraient pu participer à la fête et ce décoincé pour certains d’entre eux. D’accord, la cabane hurlante offrait plus de mystère et de frissons, mais tout restait que ce n’étai qu’une question de magie. Tant pis! D’un mouvement de fluide, je passai une patte sur la peluche de mon abdomen pour en retirer la terre qui y était resté. Je pouvais au moins me vanter d’avoir perdu la tête durant le trajet et ce, par un arbre maudit. Une petite parenthèse fait éruption dans mon esprit tourmenté. Ma vie ressemblait étrangement à un spectacle d’humour. J’arrivais toujours à me mettre les pieds dans les pires situations et voir une nouvelle manière de me moquer de moi-même. Après tout, le ridicule ne tue pas. Lorsque j’y repense, je suis plutôt heureux que cela ne puisse pas tuer autrement, je serais mort depuis belle lurette. Bref!

La musique atteint directement mon tympan et le résultat est instantané, mon corps se met en mouvement. J’aimais bien ce groupe sorcier, il savait comment animer une soirée. Étrange comment je pouvais me montrer ouvert d’esprit quand on ne pouvait percevoir mon visage. Un petit déhanchement à ma droite puis à ma gauche tout en avançant vers le groupe. Mon corps est possédé par la fièvre du samedi soir et j’ai le rythme dans la peau. Pas réellement, mais bon, l’important est que je m’amuse plus que jamais. Ma tête de panda doit leur être sympathique puisque certains font quelques mouvements avec moi. Brusquement, je me sens tirer vers l’arrière, mon poignet prisonnier de cette emprise.  Me retournant pour voir à qui je pouvais avoir à faire, je me retrouve nez à nez avec ne superbe danseuse du ventre. Son corps couvert de turquoise et de paillettes et sa chevelure blonde en tresse, me font voir des étoiles. Elle ne dit rien, pas un seul mot alors qu’elle se déhanche au point de me faire perdre la tête. De mon côté, je me dandine du mieux que je le peux alors qu’un petit rire éclate au fond de sa gorge. Je m’amuse comme un petit fou. Finalement, cette petite voix qui m’avait poussé à continuer mon chemin avait eu raison et le fait de ne pas avoir de baguette, était une idée fabuleuse.

Je m’avance le cœur à la fête en direction du bar avec l’intention de prendre une petite bière au beurre. Je passe près d’une petite table offrant des sucreries de toutes sortes. Mon cœur fait un bond. Ce que j’avais espéré tout le long du parcours se trouvaient maintenant devant moi comme une illumination. Des Patacitrouille aux fondant du chaudron passant bien sur par les Fizwizbiz. Pendant un moment, je me demande pourquoi ne pas avoir mis de chocogrenouille et puis la réponse m’apparue au néon dans mon esprit. Je m’imaginais plutôt mal voir des grenouilles en chocolats rebondir un peu partout dans la salle. Non, mais s’est qu’une fois écraser elles pouvaient faire un dégât monstre. Houlà! Déposant mes deux pattes sur le comptoir, je passe commande continuant toujours de suivre la musique. Je n’avais pas prit le temps de regarder les gens qui se trouvait près de moi. Regardant par-dessus mon épaule, j’observe qui se trouve a proximité.

« Ah merde! » fis-je brusquement en voyant une poupée plutôt étrange a mes côtés. Ce que je pouvais détesté ces trucs. Je n’osais pas réellement la regarder parce qu’elle arrivait a me faire flippé alors qu’elle me regardait même pas. Arquant un sourcil sous ma tête de peluche, je me retourne vers la jeune femme.

Ce n’est pas possible! Je me retrouve aux côtés de celle que j’avais planté sous la pluie parce qu’elle ne savait pas quoi me répondre. J’avais assez entendu son délire de : « je te déteste pas vraiment », que je l’avais quitter trop blazer pour faire preuve de patience. J’étais patient mais pas avec ce genre d’enfantillage de bancs à sable. En même temps, je m’en voulais de ce que j’avais pu lui dire. J’avais tout simplement manqué de tact et ce n’était pas du tout mon genre de faire ça. Retirant ma tête de panda pour la déposer près de moi, sur un banc :

« Bonsoir miss Duncan… » dis-je d’un ton égal avant de retirer mes pattes de peluche et de les mettre dans ma tête. Je passais une main dans mes cheveux sombres avant de prendre ma commande sans rien ajouter. En fait, j’aurais préféré ne rien ajouter, mais ma conscience me commandait de lui présenter des excuses. Je ne savais toujours pas comme les lui présenté, mais j’allais devoir le faire. Je pris alors une profonde inspiration :

« J’suis désolé pour l’autre jour. Ce n’est pas moi d’agir de la sorte. » concluais-je sans plus de prémisses.  Je n’étais pas réellement doué pour présenter des excuse a qui que ce soit mais, je lui devais au moins cela. Je l’avais recroiser durant les cours mais aucun de nous deux avaient osés reparler a l’autre. Je ne pouvais pas lui en vouloir non plus.

Je pris une seconde gorgé avant de me retourner vers la salle qui suivait le rythme des balades. Mon regard croisa celui d’une amie de cours particulier et un petit sourire s’afficha sur mon visage alors qu’elle se retourna vers ses propres amis. Je mordis l’intérieure de ma lèvre avant de reprendre un autre gorgé. Je pris une profonde inspiration ne sachant plus comment me placer. Si je devais laisser la jeune jaune et noire toute seule encore une fois ou attendre de me faire retourner. J’avais une préférence pour la première option, mais je lui devais au moins la deuxième pour qu’elle puisse se venger un peu. Après tout, s’était mériter. Je restai donc a me dandiner, attendant de me faire prendre un pain par cette poupe qui me foutait la trouille et ce, dans tout les sens du terme.

code by Silver Lungs




_______________
EDIT Bastian:
5 Chocogrenouilles : Si vous postez dans la cabane hurlante


Dernière édition par Sebastian Hollens le Lun 20 Oct - 1:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 7ème année

Elève de 7ème année
Shayna Duncan
✧ Messages : 78
✧ Feat. : Molly Quinn
✧ Chocogrenouille(s) : 1231

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire:
✧ Anecdote:
✧ Particularités:

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Ven 17 Oct - 18:06

This Is Halloween Party Time!
SHAYNA DUNCAN AND THE OTHERS



La fête bat son plein, il y a plus de monde qu'à mon arrivée. Moi, je n'ai pas bouger. Adossé au comptoir du bar, mon verre de Whisky à la main, je me dandine sur place, promenant mon regard ici et là dans la pièce. Je m'amuse à tenter de voir si je ne réussirais pas à reconnaître des gens que je connaissais. Pour certain, c'était facile, mais pour d'autre, c'était totalement impossible. J'arrivais à en reconnaître quelques uns des non-indentifiables par leur geste, leur façon d'être, mais les autres jouaient leur rôle à merveilles. Kyle restait introuvable, de même que mes deux amies. Pas que ça change quelque chose, loin de là! Au départ, je venais ici toute seule, donc. Portant mon verre à mes lèvres, j'en prit une petite gorgée sans quitter les danseurs des yeux, allant d'un groupe à l'autre. Quelqu'un prit place à mes côtés, au bar, mais je ne lui porte pas vraiment attention, il y avait pas mal de va-et-vient quand même. Je reste donc immobile, jusqu'au moment où celui qui se tient à mes côtés pousse un «eh merde» qui aurait presque pu me faire sursauter. Heureusement que sa voix était enterrée par la musique. Je coulai un bref coup d'oeil à l'inconnu à ma gauche, légèrement étonné de voir un panda. Oh là! Comme il doit avoir chaud là dedans! Pauvre mec....ou fille. Je reste saisi un moment, je ne m'attendais pas à un tel déguisement. Il est à la fois ridicule et mignon. J'aurais peut-être éclaté de rire s'il n'avait pas été aussi attendrissant. Aucune importance. Je le délaisse de nouveau, plongeant mon nez dans mon verre pour en reprendre une gorgée. Quelques instants plus tard, j'entends quelqu'un me saluer.  Je tourne la tête vers ma gauche et mon estomac se contracte brusquement, alors que je découvre l'identité du panda. Mon regard accroche le sien et, tellement surprise, j'en échappe presque mon verre. Heureusement, j'ai le réflexe de resserrer mes doigts autour de celui-ci. Par précaution, je dépose le contenant à mes côtés, sur le comptoir.

«Bonsoir, Mister Hollens.»

Je dois surement être en train de rêver là? Si il y a bien quelqu'un que je ne m'attendais pas à voir, c'était bien lui. Et je n'aurais jamais cru qu'il m'adresserait la parole, après notre mésaventure de l'autre fois. Je l'avais croisé plus d'une fois, depuis ce temps-là, mais personne n'avait dit un mot. Lui, parce qu'il était en colère contre moi, ce qui se comprenait très bien. Et moi, parce que je n'avais tout simplement pas le courage d'aller vers lui. Je m'étais quelque peu résigné à ce qu'il me déteste, mais si ça me faisait mal. Je l'observe à la dérobé, alors qu'il retire ses pattes et les met dans sa tête. Un sourire fend mon visage et je ris doucement, amusée. Impossible de faire autrement, devant le costume du jeune Serdaigle. Je pince les lèvres, alors qu'il passe ses mains dans ses cheveux sombres avant de prendre sa commande. Bon dieu qu'il était beau! Il me coupait le souffle chaque fois que je le voyais, une vraie torture. Je détourne donc les yeux pour les reporter devant moi, alors qu'il prit la parole de nouveau. Fronçant les sourcils, je pivote mon corps vers lui, plantant mes yeux dans les siens, au risque de voir mes jambes flanchées. Il s'excusait. Pourtant, ce n'était pas à lui de le faire. En pincant de nouveau les lèvres, j'incline un peu la tête avant de lui sourire sincèrement.

«Tu n'as pas à t'excuser. Je l'ai bien mérité. C'est plutôt à moi de m'excuser. Je ne sais pas ce qui m'a prit.»

Je le dévisage doucement un petit moment, alors qu'il regarde ailleurs. Visiblement, il n'est pas tout à fait à l'aise. Et je ne dois pas aider, bien entendu, dans mon déguisement un peu étrange. Mon cœur bat trop vite dans ma poitrine, je ne sais plus quoi faire. Je prends une nouvelle gorgée de mon verre avant de le reposer sur le comptoir puis je prends une grande inspiration.

«Et si on repartait à zéro? Sur une base...meilleure?»

Je propose, un peu hésitante. Je dois admettre que j'ai un peu peur, pour une fois, je doute de moi. Mais, cette fois, je ne veux rien gâcher. J'ai agis comme une imbécile et j'en suis consciente, j'ai foutu en l'air la chance que j'avais. Je ne veux pas tourner le dos à cette deuxième chance que le jeune homme semblait vouloir m'accorder. Je savais, bien entendu, que ni lui ni moi ne pourrait oublier le tord que je lui avais fait, mais je voulais lui montrer qui j'étais réellement, que je n'avais rien à voir avec l'emmerdeuse qu'il connaissait. Bon, oui ça m'arrivait, comme tout le monde j'imagine. Mais je valais mieux que ça et je tenais à ce que le jeune homme me voit autrement, me voit moi, mon vrai moi. Ça me demandais beaucoup, bien sur, j'avais toujours cette peur de me faire trahir qui hantait mon corps, mais j'étais prête à la combattre, pour lui. Même si, au final, nous devenons que des amis. Bien sur, je réalise que j'ai envie de plus, mais ce n'est peut-être pas le cas pour lui. Non, je préfere y aller en douceur, je ne veux tout de même pas le faire fuir dès le départ! Un sourire amusé étire de nouveau mes lèvres et je fais un signe de tête vers les partis de son costumes qui reposaient près lui.

«Au fait, il est sympa ton costume. C'est vraiment mignon.»

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Lun 20 Oct - 2:11

Happy Halloween!
La déchéance commence...


Un petit déhanchement d’un côté puis de l’autre me fait rapidement oublier tout mes tracas. Mon regard accroche celui d’une amie que j’apprécie plus que bien et, j’osais croire que le tout était réciproque. J’attendais quelque chose qui ne semblait pas vouloir venir. J’avais, dans un sens, présenter des excuses à la jeune femme bien que je n’aie rien à me reprocher. Après tout, elle avait tout bonnement décidé de me détester et de me réprimander sur mon existence. La jeune jaune et noire avait cru bon de me dire en des termes plus clairs qu’il serait plus facile si je n’étais pas là. Sans doute ma mère aurait eu la même réflexion si elle ne m’avait pas abandonné comme un sac de vêtements usés. J’ai un pincement au cœur lorsque j’y repense. Si mes grands-parents ne m’aurait pas prit avec eux, je serais je ne sais où et peut-être, dans une famille qui me garde que pour l’argent qui vient avec les obligations. Enfin bref! Mon verre a la main, je regarde la foule s’endiabler au battement de la musique. Une main se dépose sur mon épaule avant qu’une voix me hurle a l’oreille : « Chouette le costume! » avant de repartir avec sa commande. J’ouvre grands les yeux avant d’entreprendre de me masser l’oreille. S’il m’avait cru sourd, je l’étais devenu. Je pouvais entendre un sifflement dans l’oreille qui me fit secouer la tête. Bref!

J’avais cru bon de m’excuser auprès de la jeune fille, mais voilà qu’elle fessait de même disant qu’elle l’avait bien mérité. Je pris une profonde inspiration avant de me plonger le nez dans mon verre. Pourquoi les femmes devaient-elles être toutes aussi compliqués? Tu peux détester ou encore aimer ou tout simplement, n’avoir pas d’opinion. Je jetai un rapide coup d’œil à ma tête avant de revenir sur Shayna. Le comble de la soirée aurait été que je perde la tête une seconde fois. Je ne l’avais pas entendu rire la première fois. En fait, je ne l’avais jamais entendu rire pour quoi que se soit. Tant pis! Je fronçai légèrement les sourcils lorsqu’elle me proposa de tout recommencer. Aussi bien dire qu’il fallait tout effacer et repartir a neuf. J’avais l’air d’un tableau noir? On efface pas le passé on ne peut que mieux apprendre à vivre avec. Je pris une profonde inspiration avant d’ouvrir la bouche.

« Je ne crois pas non … », répondis-je platement. Je ne croyais pas que l’on pouvait tout effacer et simplement recommencer tout à zéro. Les gens qui prétendaient le contraire étaient que des menteurs ou des manipulateurs. Un jour ou l’autre quelque chose nous éclate au visage et les souvenirs reviennent. Pourtant, j’ai bien envi de lui pardonner et de tourner la page, mais je sais que trop bien que la trace va rester marquée. Et dans un autre sens, je n’étais pas certain de vouloir oublier toute cette histoire. Je voulais me souvenir pour mieux apprendre par la suite. Seulement, rien ne m’empêchait de donner une seconde chance. Parfois, il fallait tendre l’autre joue. Je détestais cette phrase. Comme si j’allais tendre l’autre joue alors que la première fois, il a tapé dedans. D’accord pour une seconde chance. « Par contre, je suis d’accord pour tenter une autre chance », ajoutais-je plus résolument. J’avais prit quelques secondes pour penser sérieusement à sa proposition.  Je sais que je n’étais pas parfait et j’étais plutôt loin de l’être seulement, ce qui m’avait fait douter s’était le petit côté emmerdeuse de première.  J’étais certain de ne pas vouloir de ce genre d’énergie dans ma vie. Peut-être que maintenant que les choses avaient étés mit au clair, tout serait différent.

« Merci … » fis-je sur un ton timide. Je n’avais pas cherché à avoir un costume mignon mais plutôt quelque chose qui changerait de l’habitude. J’aimais être unique en mon genre après tout : « Normal is boring ». Prenant quelques minutes pour observer son propre costume, je ne pus réprimer un frisson. Non, rien à faire, elle me donnait froid dans le dos.  Voilà s’était dit et tous ce le tienne pour acquis. Baissant les yeux : « Le tiens par contre me fait flipper. » fut les termes qui s’échappèrent de ma bouche. Me rendant compte de ce que j’avais dit, je cru bon de rattraper la mise : « Désolé, seulement, je déteste ses trucs de poupées... » ajoutais-je légèrement mal à l’aise. Et voilà que s’était mon tour de ne plus savoir quoi dire sans passer pour un con. D’un geste brusque, j’arrache ma tête de son siège et la rapproche de moi. Un peu plus et cet idiot l’aurait écraser comme un simple coussin. J’ignorais qui s’était et probablement qu’il ne se souviendra pas de sa soirée alors à quoi bon. Je m’assurai que mes pattes se trouvaient toujours à l’intérieure de la peluche avant de déposer mon verre vide derrière moi.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 7ème année

Elève de 7ème année
Shayna Duncan
✧ Messages : 78
✧ Feat. : Molly Quinn
✧ Chocogrenouille(s) : 1231

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire:
✧ Anecdote:
✧ Particularités:

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Mar 21 Oct - 6:27

This Is Halloween Party Time!
SHAYNA DUNCAN AND THE OTHERS



Je ne comprends pas ce que je fais de mal. Je suis complètement démoralisée. J'ai l'impression que le jeune homme à vraiment tourner la page, qu'il n'est là que par courtoisie, et non pour moi. Mon cœur se serre un peu, je suis rongé par l'impuissance. Il ne semble pas me porter vraiment attention, comme si j'étais simplement quelqu'un qui se tenait à côté de lui, au bar. Ça me froisse un peu. En règle général, je me fou pas mal de ce que les autres pensent de moi, mais, avec le bleu et bronze, c'est autre chose. Autre chose à sens unique, de ce que je constate. Je ne sais plus quoi pensé, je ne sais pas quoi faire. Pinçant les lèvres, je m'empare de mon verre et j'en prends une gorgée, reportant mon attention sur la foule un instant. Je me décide alors de lui demander si on ne pourrait pas repartir sur de meilleures bases....Ça réponse me couple le souffle. Mon regard se pose sur lui, la bouche légèrement entrouverte. Non, je ne crois pas? Mon cœur manque un battement, je ne comprends pas. Que faisait-il ici, alors? Je suis incapable de bouger, l'observant doucement à la recherche de réponses à mes questions. Je réalise alors que je me suis peut-être mal exprimer. Pourtant, il me semble que non. Ahh, peut-être, au final. Je trempe à nouveau mes lèvres dans mon verre, puis le jeune homme reprend la parole, affirmant qu'il accepte de tenter une autre fois. Mon cœur se gonfle d'espoir, aussi minime soit-il, et j'adresse au jeune homme un sourire éclatant, mais, bon, pas trop non plus.

«Merci.»

Cette fois-ci, je ne la gâcherai pas. Je ne voulais pas passer à côté de ça, à côté de ce lien que nous pourrions développer. Je me sens nerveuse un peu, tout à coup, ce qui ne m'arrivait jamais.  Légèrement intimidée, je termine la minuscule gorgée qu'il me reste et je dépose le verre sur le comptoir. Je m'étais limité à un et je comptais bien en rester là. Je pivote mon corps pour faire face au Serdaigle, le complimentant sur son choix de costume. Son ton timide me charme et je souris un peu plus, devenant toutefois mal à l'aise lorsqu'il me regarde, probablement pour évaluer mon propre déguisement. Je le voit alors frissonner et mon sourire s'estompe. Mon costume le fait flipper? Eh bien, c'était un peu le but, en fait, mais pas contre lui. Je ne lui avais pas destiner mon choix. Mais, c'était Halloween.....Pourtant, de tout les monstres effrayant qu'il y avait ici, je devais être la seule qui donne la frousse au jeune homme. Quel bol! Je souris un peu.

«C'est fait pour ça, Halloween, non?»

Repoussant mes cheveux roux derrière mon épaule, je coule un regard vers la salle. Là, dans la foule, mon regard croise celui de Kyle, qui me fixe avec intensité. Mon sourire s'élargit un peu et il lève les deux pouces en l'air, coulant un regard, je présume, vers mon compagnon. Je pince les lèvres pour ne pas rire et je secoue la tête, subtilement, avec un petit air exaspéré. Ah, celui-là! Il n'en ratait pas une. Heureusement que Sebastian ne nous avait pas surprit. Bref. Ce dernier reprend alors, justifiant d'une certaine manière qu'il avait en horreur les poupées. Eh bien! Il y avait combien de chance que je tombe sur quelqu'un qui haïssait les poupées? Je hausse doucement les épaules en riant, amusée.

«Je suis désolé de l'apprendre.»

Allait-il partir? Serait-il trop insupportable pour lui de me regarder qu'il s'en irait? À partir de maintenant, je devrais m'en attendre, question de ne pas être déçu s'il le fait. Au moment où le jeune homme s'emparait de sa tête, je me sentis légèrement bousculer par derrière, avant de l'être pour de bon. La distance entre Sebastian et moi fut éliminé d'un coup et, en moins de deux, je me retrouve dans ses bras. Enfin, façon de parler. Disons que mon corps est contre le sien, si près... Instinctivement, pour garder autant mon équilibre que pour éviter au jeune homme de perdre le sien, je passe un bras autour de lui.  Je me rend alors compte, avant tout, que je me suis carrément fait déloger de ma place, qu'un corps se trouve juste derrière moi, m'empêchant ainsi de reprendre ma place initiale. Je grogne un peu et relève les yeux vers le visage du jeune homme, réalisant seulement à ce moment-là de notre situation. Mon regard accroche le sien, je m'y perds, je ne veux pas m'en défaire. Là, maintenant, je ne veux plus bouger. Mais je sais que je n'aurai pas le choix. Surtout qu'il vient de me dire qu'il n'aimait pas mon costume. Et je suis là, comme une andouille, à le fixer. Il va mourir d'une crise cardiaque le pauvre! Je me maudis intérieurement d'avoir choisit ce costume, qui risquait de tout faire rater. Mal à l'aise, je détourne rapidement le regard, baissant la tête pour me soustraire à sa vue. Je ramenai également mon bras contre moi, reculant un peu pour mettre de la distance entre lui et moi.

«Eum, désolé.»

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Mer 22 Oct - 1:10

Happy Halloween!
La déchéance commence...


J’avais prit un moment avant d’ouvrir la bouche et ainsi, lui accorder une nouvelle chance. J’ignore encore si je lui accord pour elle ou pour moi. Je crois que j’avais besoin de lui prouver que je n’étais pas le genre d’homme qu’elle avait vu ce jour-là, sous la pluie. Je regarde dans tous les sens pour simplement éviter son regard qui me ronge. Habituellement, j’aurais fait des efforts surhumains mais ce soir, son costume et ses lentilles me donnait le courage qui me manquait. Je lui fais comprendre que son déguisement me fait tout simplement frémir. Elle me répond que s’est Halloween et que s’est le but rechercher. Je devais avouer qu’elle n’avait pas tord pourtant, j’avais préférer un costume plus humoristique. Après tout, je n’avais jamais eu de mal à rire de ma personne et je n’allais certainement pas commencer ce soir. Malgré tous mes efforts, je n’arrivais pas à me faire à son accoutrement. Je n’ai jamais su ce qui me poussait vers elle, ce qui fessait que j’avais tant envi qu’elle me parle. J’avais envi de me planter devant elle et lui faire de grands signes simplement pour lui dire : hey, je suis là! Sans doute n’étais-je pas le genre de personne qui pouvait faire partie de sa vie.

Je l’avais vu de nombreuses fois en compagnie de Kyle, ce jeune Serdaigle qui n’avait aucun talent. Il passait bien trop de temps à faire tout sauf peut-être ses études. Je lui en voulais de ne faire aucun effort et de s’en tirer à si bon compte. Il n’était pas un mauvais bougre, mais je le détestais de passer autant de temps avec elle alors que moi, j’échouais. J’étais donc heureux d’avoir la tête ailleurs alors qu’elle avait croisé son regard dans le lointain. Je n’arrivais généralement pas à détester les gens mais Kyle et Damon était sans doute des gens qui fessait exception à la règle. Bien sûr, il y avait les Terreurs, mais eux, ne se comptait que de suivre les ordres comme des petits chiens de poche. Peut-être qu’un jour j’apprécierais la présence de Kyle mais pour l’heure, il n’étais qu’un caillou dans ma chaussure. J’allais devoir faire outre puisqu’il ne sortirait pas de ma vie aussi facilement. En clair, j’allais devoir passer par-dessus et penser à autre chose. Alors que mon esprit divaguait sur une haine que j’ignorais avoir, mon monde entier bascula. Le choc me fit perdre le souffle et la tête.

D’un seul coup, la distance que je m’efforçai de garder entre la jeune femme et moi, disparue instantanément. J’avais récupéré ma tête juste à temps avant qu’elle ne soit anéantie et au moment de me retourner vers la Poufsouffle, mon monde s’écroule. Je me retrouver a quelque centimètre de son visage et je sentis le sol se dissiper sous mes pieds. Je ne peux cacher qu’elle créée un sentiment à l’intérieur de moi. Ce petit quelque chose qui me fait tout drôle dans le creux de mon estomac. Pendant un instant, je n’ose pas bouger d’un cil. Peut-être ais-je peur que ce que je ressens s’envole. Je veux comprendre ce nouveau sentiment dont j’ignore encore le nom. Je n’ose l’appeler amour puisque je n’ai pas encore la prétention de savoir ce que s’est. Une chose est sûre, j’aime ce tout nouveau sentiment qui me bouleverse et m’excite en même temps. Malgré le trouble qu’il me cause, je plonge mon regard dans le sien. Mon cœur s’emballe, il bat la chamade et menace d’exploser d’une minute à l’autre. Durant un court instant, j’oublie tout ce qui m’entoure et j’oublie même costume horrible qui masque son visage de porcelaine. Par Merlin que je pouvais aimer ses yeux bleus! J’étais prêt à y plonger corps et âme. Plus d’une fois durant les cours, je m’étais pris à la fixer du coin de l’œil alors qu’elle discutait avec un autre. Combien de fois j’aurais aimer que cet autre, se soit moi. Pourquoi avait-il fallu qu’elle barbouille son vidage de la sorte? Lorsqu’elle se soustrait à mon regard, je sens tout mon malaise refaire surface. Avait-elle simplement entendu mon cœur s’affoler? Intérieurement, j’espérais que non. Je ne voulais en rien précipiter les choses.

« Pas de problème.. »

Lui soufflais-je doucement. Je me maudissais de ne pas l’avoir retenue tout contre moi. Je voulais encore sentir ce doux sentiment qui affolait mon cœur au point de le faire éclater. Je détourne le regard d’elle une nouvelle fois. J’ignore ce que je dois faire à cette instant précis : partir ou tout simplement rester là, muet et perplexe. Une petite voix dans mon cœur criait à en perdre haleine de glisser ma main sur sa joue, de ramener son regard sur moi. Malheureusement, la voix de la raison m’empêchait de faire tout mouvement dans ce sens. Je voulais qu’elle puisse me connaitre, savoir qui j’étais réellement et non pas celui que les murmures portaient dans les couloirs. Je voulais lui faire le grand jeu, celui que seul les anciens semblaient se rappeler. La romance a l’ancienne…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 7ème année

Elève de 7ème année
Shayna Duncan
✧ Messages : 78
✧ Feat. : Molly Quinn
✧ Chocogrenouille(s) : 1231

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire:
✧ Anecdote:
✧ Particularités:

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Mer 22 Oct - 3:31

This Is Halloween Party Time!
SHAYNA DUNCAN AND THE OTHERS



Malaise. Joie. Incompréhension. Pur bonheur. Ce sont les émotions qui tourbillonnent en moi alors que je suis tout contre Sebastian. Mon cœur bat si rapidement que j'ai l'impression qu'il se croit à un marathon. Il est douloureux et léger à la fois. C'est étrange, autant de sentiment contradictoires....Quelle misère! Je ne suis pas sur de comprendre ce qui m'arrive, je ne sais pas si c'est bien. Je sens mes genoux trembler un peu, j'ai envie de me laisser aller, qu'il me prenne dans ses bras et me serre contre lui. J'ai envie qu'il me touche, qu'il me regarde. Comme l'autre jour, alors qu'il m'a retenu. J'ai bien cru que j'allais mourir d'une crise de cœur! Je me rappel sans mal le contacte de sa peau contre la mienne, la pression de ses doigts autour de mon poignet. Je me rappel le frisson qui m'avait alors secoué face à ce contacte électrisant. Je me souviens de la sensation de son corps contre le mien, alors qu'il était allongé en parti sur moi, lorsqu'il m'avait renversé. Cette sensation de bien-être et de réconfort, de sécurité qui m'avait alors habité. Je ressentais tout ça encore aujourd'hui, alors que je me trouve collé à lui, mon bras autour de sa taille, son visage si près du mien. Je n'avais qu'à étirer un peu le cou pour que nos lèvres se frôlent. À cette simple pensée, j'ai l'impression que mon corps se liquéfie. Mon regard se trouble un peu, alors que nous nous regardons dans les yeux. Je me sens complètement dépassé par la situation, par ce que je ressens. J'espère qu'il ne peut pas lire dans mes yeux ce que mon corps hurle avec tant de force. C'est à ce moment que je me reprends et que je recule un peu. Il murmure un pas de problème après que je m'eus excuser et je ne peux m'empêcher de le regarder de nouveau. Comme si j'avais besoin de replonger dans ses yeux si magnifiques.

«Sebastian....»

Commençais-je doucement, hésitante. Je mordille ma lèvre, incertaine de ce que je m'apprête à dire au jeune homme. Je dois d'abord mettre mes idées au clair. Je voudrais lui dire tellement de chose, et si peu à la fois. Je veux qu'il sache, mais j'ai peur de le faire fuir. Pour une rare fois dans ma vie, j'ai peur de dire ce que je pense. Évidemment, là, c'est un sujet plutôt délicat. Je détourne le regard, grimaçant un peu en sentant des coups de coude dans mon dos. Mais, je ne dis rien. Je tente de l'ignorer, passant ma main dans mes cheveux. Je relève les yeux vers le bleu et bronze, admirant son visage, ses yeux. J’espérais que nos regards se croisent encore, qu'ils s'accrochent, pour ne plus jamais ce quitter. Mais, bien sur, c'était rêver en couleur.

«Pour être franche, tu m'intrigues. »

Voilà, c'était dit! Enfin, en partie. Je sens mes joues prendre feu sous mon maquillage. Maintenant que je suis lancé, je dois continuer. Mais que dire, exactement? C'est ce qui me bloque. Je ne veux pas trop en dire, au risque de tout gâcher, encore une fois, mais j'ai envie qu'il sache, qu'il comprenne pourquoi je suis ainsi. Mon cœur me dit que ce n'est pas une bonne idée.

«Tu as....cette aura de mystère qui....indéniablement, m'attire vers toi, comme un aimant. C'est plutôt....étrange. »

Étrange, certes, mais pas désagréable. Vraiment pas, en fait. J'aime bien la façon dont je me sens quand je suis avec le jeune homme, cette sensation de plénitude qu'il m'inspire, comme si rien ne pouvait nous arriver. Cette impression que tout serait simple, si je ne me compliquais pas la vie. Je le regarde, les yeux brillant d'une lueur douce. J'ai envie d'être avec lui, de retrouver la sécurité de ses bras, le calme de son corps et, bon dieu que ça m'effraie! De un, parce que je n'ai jamais ressenti ça pour personne, et de deux, parce que j'ai peur que ce soit à sens unique. Ce qui devait probablement être le cas. Oui, je l'admet, je suis une peureuse dans l'âme en ce qui concernait les sentiments. Je suis carrément nul là dedans et puis...bon, avec ce que mon père à fait à ma mère, ça ne m'aide pas. D'ailleurs, je ne dois pas y penser, au risque de perdre le peu de courage que j'avais réussi à accumuler.

«Je m'excuse si je suis trop franche. »

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Mer 22 Oct - 20:06

Happy Halloween!
La déchéance commence...


La romance à l’ancienne. Les jeunes d’aujourd’hui ne savaient tout simplement plus ce que cela pouvait représenter. Il n’y avait pas d’envoie de message sur un téléphone pour prendre un rendez-vous pour le soir même, mais bien une rencontre face à face pour une rencontre qui n’aurait lieu que quelques jours plus tard. Une petite étoile de gêne dans les yeux en attendant la réponse fatidique que la jeune femme allait prononcer. Le soir du dit rendez-vous, une fleur a la main, le jeune homme allait chercher celle qui fessait battre son cœur. La galanterie n’était en rien sujette à des regards à coin de méfiance et où il y avait une idée derrière la tête. La romance a l’ancienne. Moment de l’histoire où il fallait être le plus malin pour conquérir le cœur d’une femme en tout respect et honneur. Il n’y avait pas d’histoire d’un soir et l’honneur de ses dames n’était pas joué sur un coup de popularité. Je me rappel un certain soir d’hiver où mon grand-père m‘avait raconté sa rencontre avec celle qui deviendra plus tard sa femme. Ma grand-mère avait écouter cette histoire de sa cuisine et j’avais pu entrevoir son visage rougir sur ce qu’elle considérait comme ses folles années. J’avais grandit dans ce monde un peu étrange mais au combien plus simple. Le temps semblait s’être arrêter sur la maison et s’est ce qui me plaisait. À la suite de ce soir d’hiver, je m’étais promis que je gagnerais le cœur d’une femme de la même manière. Je n’avais rien à voir avec les garçons de ma génération et je ne désirais pas m’y identifier. Dans l’équipe de baseball où j’étais, plusieurs partageaient cette envie de vivre différemment, plus simplement. Je me souviens d’un vieil homme que j’appelais grand-père, assit dans les estrades de métal après un match, donner des conseils à qui le demandait. Les conseils ne visaient pas les femmes aux mœurs légères mais a celle qui serait l’unique à notre cœur et à notre âme, celle qui serait parfaite pour nous.

Mon regard river dans le sien si beau et si clair, j’eus l’impression de perdre tout mon souffle. Je n’aurais certainement pas dû détourner mon regard d’elle, mais je voulais tant comprendre ce malaise qui me chavirait l’être tout entier. Alors qu’elle prononce mon prénom pour la première fois, je sens mon cœur se gonfler d’une joie a peine soutenable. Jamais personne ne l’avait prononcé comme elle auparavant. Mon prénom prenait le titre d’un prince lorsqu’elle le prononçait. Sans doute ne m’en lasserait jamais. Mes yeux se posent sur elle pour une nouvelle fois. J’étire un léger sourire sur mes lèvres lorsqu’elle m’avoue que je l’intrigue. Je ne sais pas si je dois bien prendre la chose ou si elle m’adressait un reproche. Mon neurone s’active dans cette réflexion intense qui me hurle de rester calme et de rester là, à cet endroit précis. J’ai soudainement envi de l’arrêter de parler en plaquant mes lèvres sur les siennes, mais je me retiens. Elle m’ouvra à peine une porte que j’avais d’abord cru fermer a clé. Je n’allais certainement pas tout gâcher.

C’est alors que je compris le propre sens de mes réflexions. Était-se ce qu’on appel aimer? Je n’osais le croire. Lorsque ajouta que, comme un aimant, elle était attirer vers moi, j’eus envi de sourire jusqu’aux oreilles. Heureusement, je n’en fis rien et resta là a l’observer. J’avais du mal à croire ce qu’elle venait de dire. Elle devait bien être la première à me faire la remarque depuis que j’étais à Poudlard. Si à l’école moldu j’étais dans le groupe des «normaux» ici, a l’école magique j’étais considéré comme un phénomène tant je ne ressemblais a rien. « Je pourrais en dire tout autant à ton sujet.. » répondis-je souriant avant de lui faire un petit clin d’œil. Les mots s’étaient envolés de ma bouche et je m’en voulu d’avoir été aussi prompt. Je ne comprenais toujours pas ce sentiment étrange que j’avais éprouvé lorsque je m’étais retrouvé qu’à quelques centimètres d’elle. « Arrête de t’excuser sans arrêt. Tu n’as rien fait de mal… » répliquais-je aussitôt qu’elle eu terminer sa toute dernière phrase. Elle devrait apprendre à assumer pleinement ce qu’elle dit et j’excuser que si elle blesse la personne concernée. Si qui n’était vraisemblablement pas le cas présentement.

Je prends une profonde inspiration en ayant plus qu’assez de me faire bousculer dans tout les sens comme un cocotier. Je n’aimais pas réellement être entouré d’autant de gens alors que l’endroit ne le permettait pas. Je fis quelques pas de côté pour me retrouver face au bar et entre la jeune femme et la foule.  Un petit sourire taquin sur le visage, j’enfilai mes pattes de peluche ainsi que ma tête de panda avant d’ouvrir grand les bras pour lui montrer le résultat. Délicatement, je pris sa main dans la mienne et fit mine de l’embrasser avant de relever la tête vers elle. « M’accorderez-vous cette danse? » demandais-je de façon audible pour qu’elle puisse me comprendre. Je penchai la tête de côté attendant sa réponse. Qu’elle soit positive ou non, ma soirée s’annonçait beaucoup mieux que je ne l’aurais cru. Halloween était remplie de surprises et elles n’étaient pas toutes effrayantes.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 7ème année

Elève de 7ème année
Shayna Duncan
✧ Messages : 78
✧ Feat. : Molly Quinn
✧ Chocogrenouille(s) : 1231

Feuille de personnage
✧ Cursus scolaire:
✧ Anecdote:
✧ Particularités:

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish] Jeu 23 Oct - 3:59

This Is Halloween Party Time!
SHAYNA DUNCAN AND SEBASTIAN HOLLENS



Le souffle me manque, littéralement, lorsque le jeune homme m'offre un sourire. Mon corps se fige, mon cœur me semble avoir cesser de battre. Il est déjà canon au départ, mais là, avec ce sourire à faire tomber....Il est tout simplement renversant.  Je suis tellement subjuguée par son sourire que je ne réalise pas immédiatement ce qu'il vient de me dire. Ses paroles sont longues à être assimilées par mon cerveau et, lorsque enfin, le message se rend, je me sens rougir un peu.

« Oh? »

Fis-je, étonnée. Je ne m'attendais pas à ça du tout. Mon cœur se gonfle d'une joie indescriptible, menaçant d'éclater dans ma poitrine. Ainsi donc, c'était réciproque? Du moins, en partie. J'ai un peu de difficulté à croire que, moi, une fille aussi quelconque, puisse l'intrigué, lui. Moi, qui n'a pratiquement rien de féminin, sauf le corps et ce qui vient avec. Bon, c'est sur que, d'un côté, c'est assez intriguant de voir une fille qui donne l'impression de ne pas en être une. Bah, aucune importance, ce qui compte, c'est que le superbe jeune homme est attiré par moi, lui aussi. Plaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille, je lui retourne son sourire, légèrement intimidée. Le jeune homme me demande alors de cesser de m'excuser. J'ouvre aussitôt la bouche, pour m'excuser encore, mais je la referme juste à temps. Je ris doucement avant de hocher la tête.

« Okay, je vais essayer, c'est promis. »

Oui, parce que c'est quand même plus facile à dire qu'à faire. C'est une sorte de réflexe, que  je n'ai, étrangement, qu'en compagnie de Sebastian. Décidément, ce jeune homme réveille en moi des choses que j'ignorais jusqu'à maintenant. Oh, je ne dis pas ça pour me plaindre, loin de là! Tout ça est tout simplement....merveilleux. Il est merveilleux. Enfin, de ce que je peux voir. Je suis plutôt heureuse d'avoir laisser parler mes émotions, chose que je fais en général tout le temps, sauf avec lui. Enfin, autrefois. Maintenant, je n'hésiterai pas à lui parler, sauf, bien sur, si c'est négatif, auquel cas je devrai avoir recours à plus de tact. M'enfin! Le jeune homme bouge un peu, se repositionnant, probablement à cause des va-et-vient un peu trop serré des alentours. Moi-même, je commence à me sentir agressive vis-à-vis de celui qui me roue de coup depuis un bon moment. Je n'ai qu'une seule envie, me retourner et lui foutre mon poing en pleine gueule. Mais, non, je ne le ferai pas. Je me concentre sur Sebastian, luttant contre l'irrésistible envie de me blottir contre lui pour échapper à cette foule. Mais, je n'en fais rien. Le bleu et bronze enfile alors ses pattes, un sourire taquin qui ne m'aide pas à me contrôler, puis il enfile sa tête de costume. Je le regarde de haut en bas, alors qu'il écarte les bras....pénible tentation. Mais je sais bien que ce n'est pas pour m'accueillir qu'il se positionne ainsi. Un large sourire étirant mes lèvres, je hoche la tête à l'affirmative.

« Parfait! »

Il prend alors ma main dans sa patte et la porte à....bah à ce qui lui sert de bouche, donnant ainsi l'impression de baiser le dos de ma main. Je reste un moment interdite devant tant de galanterie, qui ne ce fait plus de nos jours. Ça fait vieux jeu, certes, mais c'est tellement charmant! J'adore tout ce qui est vieux jeu, et Sebastian à l'air d'être un homme comme ça. Pour mon plus grand bonheur. Ça promettait beaucoup de surprises pour l'avenir, s'il y en avait un, bien sur. Mais, je suis optimiste et nous repartons sur le bon chemin, jusqu'à maintenant. Mes joues rougissent de plaisir face à de tels attentions, aussi minimes soient-elles. Il relève alors la tête et sa voix remonte jusqu'à moi, alors qu'il m'invite à aller danser. J'ai l'impression que je vais défaillir. Il me fait complètement craqué, c'est presque pas croyable. Je lui fait un léger signe de tête, les yeux pétillants.

« Avec plaisir. »

Sebastian m'offre alors son bras, que j'accepte volontiers, le ventre servant de refuge pour une envolée de papillons. C'est donc bras-dessus, bras-dessous que nous rejoignons la piste de danse, trouvant un petit coin plus tranquille, question d'avoir notre petit cocon d'intimité.  Ma tête s'emplit de la musique, mon corps est entièrement guidé par le rythme endiablé de la chanson. Ce n'est plus moi qui à le contrôle de mon corps, la vibration de l'air, du sol, pulse dans mes os, me possédant en entier alors que je me déhanche au son de la musique. Je ferme les yeux pour me concentrer complètement sur la mélodie qui s'empare de moi, oubliant tout autour de moi; les gens, la salle. Tout. Il n'y avait que moi, la piste de danse et les musiciens, sans oublier Sebastian. J'ouvre les yeux et regarde le jeune homme, le regard gagné par la fièvre de la danse, du mystère, de la situation. Je ne vois que lui, je danse pour lui.

***


Danse, flirt et deuxièmes verres. L'heure avance et je dois admettre que je ne suis pas déçue de ma soirée. Il est un peu plus de minuit quand la fatigue commence à se faire ressentir. Dans mes escarpins, mes pieds me font souffrir, je ne sens plus mes jambes. D'un accord commun, Sebastian et moi décidons de rentrer à Poudlard. C'est donc, ensemble, que nous sortons de la pièce, après que j'ai repris, bien sur, ma cape de voyage et que j'ai retirer mes escarpins, les tenant dans une main. Le jeune homme m'offrit galamment son bras et, bras-dessus, bras-dessous, nous quittons la pièce et trouvons celle dans laquelle il y avait le portauloin qui nous ramènes à l'école. Je pose ma main sur l'objet et l'espace autour de moi devient flou, noir, puis j'apparais à l'école, toujours au bras de mon compagnon. Il est l'heure de se quitter, pourtant, je n'en ai pas envie. Poussant un petit soupir silencieux, je me hisse sur la pointe des pieds pour donner un baiser sur la joue du jeune homme, lui adressant un petit sourire timide. Je le remercie la soirée, je lui souhaite bonne nuit, puis, après une fraction de seconde d'hésitation, je me détourne et prend ma direction, celle de la salle commune des Poufsouffles. Celle de mon lit. Mon coeur bat encore la chamade, mon estomac voltige autant de bonheur. Vais-je réussir à dormir? Je ne crois pas. Si, par miracle, je parviens à trouver le sommeil, je sais ce à quoi je vais rêver...

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Party Time! [Bast'] [Finish]

Revenir en haut Aller en bas

Party Time! [Bast'] [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Grèce : It's party time ... all the time [Flashaback Milan Sehtni - Elicia]
» It's Party Time!! {Diana ~ Felicia}
» It's party time
» Me presento, me llamo Amaliya Sobrey Duffing {FINISH}
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miam Hibou :: Bibliotheque :: Miamhibou's Chronical :: Soirée d'Halloween 2014 !-