Partagez|

Birdland [L.C & H.A]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1638

MessageSujet: Birdland [L.C & H.A] Dim 6 Juil - 15:36

Le rendez vous sur le terrain était prévu pour 14h, juste après le repas dans la Grande Salle. C’était le premier cours de vol.

- C’est la première fois qu’on va monter sur un balai. Tu n’as pas trop peur, toi ? me questionna Harmony qui avait pris pour habitude de ne pas me lâcher d’une semelle lorsque nous avions des cours commun ensemble.

Elle était à Serdaigle et j’avais tout de suite sus ce qu’avait voulu dire son visage lorsque ces traits s’étaient métamorphosés sous mes yeux en une moue surprise puis totalement excitée parce qu’elle m’avait reconnu. Je voulais dire… elle m’avait reconnu, comment est-ce qu’elle avait pu me reconnaître alors que j’étais la plus anonyme parmi les anonymes à Poudlard ? Ca m’avait d’ailleurs fait bizarre de ne pas voir le comportement qu’on adoptait normalement en ma présence, j’éprouvais plus ou moins pas mal de difficultés, ayant diverses réactions imprévues les gens que je fréquentais, comme une fille de Poufsouffle en avait d’ailleurs fait les frais. Elle m’avait demandé si on pouvait partager mon encrier parce qu’elle avait oublié dans sa salle commune, et je l’avais regardé avec l’air de dire que ça ne va pas non, et elle n’avait pas insisté. Jamais je n’avais partagé mes affaires avec qui que ce soit parce que si je voulais quelque chose on me l’achetait et chacun ses affaires et puis voilà. A la rangée juste devant moi, Liam avait mis son livre au milieu de la table pour le lire avec son partenaire. Je gardais le mien bien en face de moi.

« Tu es Leigh Gallagher ! »
avait déclaré Harmony de but en blanc sans prendre la peine de se présenter, mais en ce qui me concernait, ce n’était pas peine. « Je te vois partout dans les magazines,  et j’ai vu plein de films où ta mère est dedans ! » Elle avait continué qu’elle était trop contente de me voir en vrai, moi j’avais trouvé ça trop bizarre, mais après elle avait souris, complètement enchantée et elle m’avait annoncée qu’elle avait très envie qu’on soit copines. Ca avait été dit si simplement, alors que je n’avais jamais eu d’amis, vraiment… tout à coup me dire que ça allait changer, que c’était tout nouveau, ça changeait toutes les perspectives que j’avais pu avoir jusqu’à présent. Comme de partager mon encrier, pourquoi pas.

- Je sais pas trop, lui révélai-je, parce que j’ai pas envie de tomber et de me faire mal, mais en même temps, j’ai bien envie d’essayer.

Nous étions arrivées dans les premières, un peu avant le cours et d’autres Serdaigle et des Gryffondor firent bientôt leur apparition sur l’herbe. Les balais étaient déjà en place et des yeux, je cherchais celui que j’allais prendre. Certes ils se ressemblaient tous, mais il y en avait quand même un qui m’inspirait plus que les autres. J’avais aussi vu Liam qui était un peu plus loin mais bientôt sa sœur fut elle aussi dans les parages, pour se mettre à ses côtés. Depuis la cérémonie de répartition, nous avions discuté quelques fois, mais sans plus, parce que je le voyais toujours comme la garçon qui m’avait foutu la honte en me faisant tomber dans le lac de l’école le tout premier jour et ça, ça faisait partie des premières impressions qu’on oublie pas. Quant à America… elle avait une expression dans son regard qui me dérangeait, ce n’était pas de l’animosité qu’elle dégageait, mais c’était un truc qui n’était pas agréable pour autant.

Notre professeur, Sacha Cléobell, fit son entrée et nous demanda de patienter quelques instants avant de nous mettre à côté de nos balais pour nous donner les instructions de base, ainsi que quelques autres explications. Mon cœur commençait à battre un peu plus vite lorsqu’elle annonça qu’on pouvait enfin choisir un balai.

Je n’attendis pas pour me diriger vers celui que j’avais vu un peu plus tôt, et sans prendre la peine de choisir, Harmony, quant à elle, se plaça à ma gauche.  J’eus juste le temps de voir que Liam s’était mis à sa gauche à elle et qu’il y avait Marlon dans la rangée d’en face, et je me souvins de la conversation qu’on avait eu à propos du Quidditch lorsque Cléobell demanda à ce qu’on exécute ce qu’elle avait dit juste avant. Très vite, je m’installais sur mon balai et vérifiai si c’était aussi le cas d’Harmony.

- Liam, tu t’y prends pas correctement, l’interpellai-je parce que fatalement il était aussi entré dans mon champ de vision. Je n’étais plus dérangée comme au moment de l’entrée à Poudlard parce qu’on avait suffisamment discuté pour ça, et en plus aujourd’hui, je n’avais aucune raison d’être plongée dans le mutisme le plus complet parce que il m’avait fait un affront.

Je vérifiais qu’il me regardais bien pour montrer comment j’avais placé ma main sur le manche pour qu’il m’imite, et Harmony crut bon du coup de faire exactement la même chose.

- Vous allez voler par groupe de quatre, indiqua Cléobell et donc de cette façon le mien se retrouva constitué d’Harmony, Liam et une autre fille de Gryffondor.

Lorsque ce fut notre tour et que je tapai par terre pour prendre notre envol, le mien décolla soudainement, à la manière d’un cheval qui n’avait pas été sorti pendant plusieurs jours, laissant au sol toute l’anxiété que j’avais pu éventuellement avoir à ce sujet. Je n’avais plus le temps de réfléchir.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins


Dernière édition par Leigh Gallagher le Sam 12 Juil - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
Liam Collins
✧ Messages : 51
✧ Chocogrenouille(s) : 1335

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Jeu 10 Juil - 1:46

« Hum ! Liam ? » Occupé… J’étais occupé… Alors pourquoi est-ce que je devais encore entendre l’écho de mon propre nom se répercuter sur les parois de l’espace confiné dans lequel je m’étais réfugié. Pire encore, le petit voyant rouge n’était-il pas assez révélateur pour intimer passivement aux quémandeurs de passer tranquillement leur chemin ? Parce que oui j’étais occupé… Et quelle occupation ! J’étais en train de lire « Le chocovore », un magazine mensuel que tout bon collectionneur de carte de sorciers célèbres se devait avoir. Il y avait toujours des articles intéressants, et surtout une longue liste détaillé sur l’évaluation des côtes des différentes cartes. C’était ma passion, mon actuelle raison de vivre et surtout un moyen très concret de ne pas penser au futur, parce que le futur était toujours effrayant.
« Liam qu’est-ce que tu fous ? » Mais c’est qu’il ne s’arrêtait jamais... Cette espèce de voix nasillarde et nonchalante qui écorchaient sans cesse mon nom avec un espèce de Liameuuuh trop prononcé c’était celle d’Hector, un autre Gryffondor qui était de mon année. Il avait cette fâcheuse habitude de s’occuper des affaires des autres au point que personne ne lui adressait la parole de son plein gré. Le gamin était bizarre.
« Tu ne peux pas lire ? La habitacion esta occupada ! » M’exclamais-je dans un espagnol approximatif. « Tu ne peux pas faire ce que t’as à faire juste… Ailleurs ? » Repris-je soudainement sans lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit.
« C’est juste que ça va faire une heure et qu’on doit bientôt aller sur le terrain de Quidditch. T’as pas oublié ? » Quidditch ! Cette engeance de Satan venait de prononcer le terrible mot que je ne voulais absolument pas entendre : Quidditch. Un sport pour sorcier particulièrement célèbre qui visait tout simplement à foutre sur des balais volants des casse-cou, qui se disputaient des balles meurtrières jusqu’à ce que l’un d’entre eux finisse par attraper le vif d’or… Le quidditch.
Attention j’étais un sorcier, et j’appréciais la beauté du sport… Mais tranquillement assit sur les tribunes. J’avais toutes les raisons du monde de ne pas souhaiter me retrouver percher à quelques mètres du sol sur un engin aussi peu stable. En fait pour résumer : je n’aimais pas du tout l’altitude et l’évènement de cette journée était quelque chose que je souhaitai éviter par tous les moyens.


D’un bond, je quittais mon trône avant d’ouvrir violemment la porte qui me séparait moi du Gryffondor. Je lui lançais dans la volée un regard noir avant de pointer méticuleusement mon doigt entre ses deux yeux au niveau de son nez. Il avait fallu qu’il ouvre la bouche.
« Il a fallu que tu le dises ! Que tu prononces ce fichu mot. Toi je ne t’aime pas. » La déclaration était d’une émouvante sincérité, alors que mon esprit apréhendait le moment où je rejoindrais le terrain… Est-ce que cette leçon était véritablement obligatoire ? Malheureusement oui, et si jamais je retrouvais le type qui avait eut cette brillante idée il passerait un sale quart d’heure. Je fourrais mon magazine dans le fond de mon sac, avant de quitter les toilettes, la vie était vraiment mal faite. L’emprunte estomaqué que j’avais laissé sur le visage d’Hector me satisfaisait et m’arracha même un léger sourire en coin… Un sourire éphémère qui s’estompa aussitôt que je me rappelais que je devais aller en cours de vol. L’enfer.

Finalement j’arrivais sur les lieux où aurait lieu le crime. Forcément Leigh était là, et elle ne semblait pas vivre la  situation aussi mal que moi, en fait je crois qu’elle semblait plutôt emballer par l’idée de décoller du sol. J’avais cette théorie bien personnelle que les gens assez tarés pour vouloir défier les lois de la gravité méritaient sans doute de s’écraser un jour, mais je n’y attardais pas beaucoup plus de pensée trop occupé à contrôler mes genoux qui manquaient de défaillir à la simple idée de se saisir d’un de ces ustensiles de ménage.

 Je profitais de quelques instants seuls pour échanger un regard empli de détresse à ma sœur qui semblait vouloir se fracasser le crâne avec son propre balai par simple effet de réaction. Ouais… Je ne trouverais pas d’aide de ce côté-là. Pourtant plus que quiquoque elle connaissait mes nombreuses phobies, et la peur de l’altitude figurait en haut de la liste, enfin bon. Sentant une légère bousculade sur le côté mon regard se posa sur Austin qui semblait bien décider à m’évincer pour je ne sais quel raison… Comme si j’avais besoin de ça maintenant ?
« Très mâture Harmony. Bravo ! » Soupirais-je exaspéré par son comportement, mais alors qu’elle rejoignait Leigh elle me tirait aussi tôt la langue avant de rejoindre sa meilleure amie qui n’était personne d’autre que Leigh, me laissant tout le loisir de fréquenter mon nouveau meilleur ami à moi : ce fichu balais. J’étais forcément tenter à l’attraper et à m’en servir pour balayer un des coins du stade, mais je me doutais bien que le professeur Cléobell avait probablement d’autres plans pour nous… Un plan qui nous forcerait probablement à nous projeter dans le ciel sans avoir préalablement installer un matelas sous nos pieds.

J’étais assez secoué, carrément effrayé et tenter par l’idée de me fouler la cheville juste histoire de sauter ce cours. Seulement je savais à quel point les remèdes magique étaient efficace, et je tenais trop à mes deux jambes pour vouloir m’en séparer d’une, juste pour cette histoire. Je sautillais sur place pour tester l’élasticité du sol que j’étais à peu près certain de retrouver plus tard en très mauvais terme, ce qui ne manqua pas d’intriguer Marlon qui ne tarda pas à me le faire remarquer. Ce à quoi je répondais très simplement qu’il valait mieux être prudent.

.Je ne savais pas vraiment comment il fallait que je tienne mon balais, enfin disions franchement que je n’avais pas vraiment envie de savoir comment il fallait que je le fasse. Quelque part, quelque chose à l’intérieur de moi espérait que si je me débrouillais trop mal on me renverrait à salle de permanence ou quelque chose dans le genre. Alors que je me saisissais de l’objet de façon assez maladroite mon regard croisa celui de Leigh qui ne manqua pas de remarquer mon indisposition.
« Liam, tu t’y prends pas correctement. » Ouais, ouais… Mais ce n’était pas vraiment important hein, tant que cela m’empêchait de voler. Maman m’avait toujours dis que voler c’était mal.
« J’aimerais que cette journée se termine. » Murmurais-je dans ma barbe avant de redresser un peu mon balai avec autant de mauvaise volonté que possible.
« Vous allez voler par groupe de quatre. » Le professeur nous indiqua que nous allions voler par groupe de quatre, ce qui augmentait considérablement mes chances de collisions. Quatre n’était pas un chiffre que je trouvais rassurant… et je pense qu’en ces circonstances en fait j’aurais trouvé n’importe quoi au-dessus zéro ne m’aurait pas rassuré de toute façon.

L’instant d’après Leigh venait de décoller. Elle était une naturelle, et elle semblait évoluer dans le ciel avec une certaine souplesse et une aigreur que je savais que je ne partagerais pas. Elle fut rapidement rattraper par Harmony qui bien que naturellement moins douée, semblait calquer ses propres mouvements sur ce de la rouge et or. La dernière fille mit un certain temps avant de donner le coup de pied assez brutal pour faire décoller son balai, me laissant seul sur le sol. Un regard du Professeur Cléobell me força à en faire de même.

Je tapais sèchement le sol, et aussitôt mon balai s’envola. Je me penchais en avant en fermant les yeux alors que je sentais le monde tourner tout autour de moi. J’étais à une dizaine de mètre du sol lorsque je finis par me stabiliser. Le sentiment du vide en dessous de moi, je sentais mon dos entraîner le reste de mon corps vers le sol, et alors que je tentais d’entrouvrir un œil pour voir ce qu’il se passait je remarquais que plutôt que d’être sûr mon balais, j’étais dessous.
« Oh mon dieu… Je vole. » Constatais-je calmement alors que chacun des membres de mon corps m’intimer de rejoindre le sol pronto. « Je vole... Pas de quoi paniquer si ce n’est que si je tombe je risque de me fracturer exactement chaque os de ma colonne vertébral… Et merde ! » Je parlais à haute voix, mais cela n’avait pas vraiment le don de me rassurer pour autant, je cherchais du regard Leigh ou Harmony, ou même l’autre, mais de ma position plus qu’inconfortable c’était dificile de repérer quoi que ce soit qui ne soit pas en lien direct avec le par terre… Qui était étrangement loin. J’étais pris d’une panique interne virulente que je me refusais d’extériorisé au reste du monde. En bas, seul America qui se masquait le visage pour ne pas regarder semblait comprendre à quel point je ne me sentais pas bien… Presque paralysé.

Il me fallut de longues inspirations, et pas mal de self control pour que je finisse par me débloquer de cette situation. Je commençais à sentir des crampes me parcourir le mollet, et mes bras commençaient à me faire souffrir alors que je maintenais tout mon poids à l’envers sur mon balai. Après un ho hisse, je finis par me retourner un peu trop rapidement à mon goût, et après deux pivots à trois-cent-soixante degré chacun, je finis par me retrouver là où j’étais censé être, sur le dessus. De là je pouvais voir ce qu’il se passait autour de moi.

Leigh était à une dizaine de mètre, et Harmony faisait quelques cercles en dessous d’elle avant d’arrêter son balai à sa hauteur. L’autre fille de Gryffondor inconnue au bataillon s’était placée en dessous des deux sorcières, et moi… Moi je voulais m’arrêter là.
« Bon… On a volé, c’est bien, maintenant on pourrait apprendre à atterrir en douceur non ? » Demandais-je avec une lueur d’espoir que mon SOS soit entendu.

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Jeu 10 Juil - 23:11

- C’est la première fois qu’on va monter sur un balai. Tu n’as pas trop peur toi ? À mon habitude je crevais l’abcès et je révélais au grand jour ce que d’autres auraient pensé tout bas sans même oser prendre la parole. Je m’adressais à Leigh, qui était devenu depuis peu ce que les autres pourraient appeler « ma meilleure amie », lorsqu’en réalité je portais le même regard à la rouge et or que ce qu’un égyptologue aurait accordé à une momie vieille de plus de trois mille ans. À travers elle je voyais un nouveau monde s’ouvrir à moi, un peu comme Disney Land ou Europa Park mais en mieux. Je le lui cachais, mais j’avais fondé de grands espoirs sur notre relation. Secrète je gardais ce rôle un peu cruche de meilleure amie.
Il fallait dire que Gallagher n’était pas un nom inconnu au bataillon. Il suffisait d’essayer de suivre les tabloïdes et autres magazine people pour avoir entendu parler d’elle. L’ombre inséparable de sa mère, une actrice qui avait la côte ces derniers temps que l’on comparait même à Julia Roberts. Forcément j’avais vu des photos d’elle mais jamais je n’aurais pensé la rencontrer ici à Poudlard, où n’importe où ailleurs pour l’importance que cela avait. C’était une aubaine, une opportunité à ne pas manquer et fidèle à moi-même je ne l’avais pas loupé.

En bref, en court : ma question semblait l’avoir secouée. Après tout nous étions toutes deux issues du même bord et tous ces trucs là c’était complètement nouveau. Avoir des nouveaux jouets c’est bien, mais c’est encore mieux quand on sait à quoi s’attendre de ce dernier. Moi un balai volant cela ne m’inspirait pas vraiment confiance. Enfin, je ferais avec… Tous ces fils de sorciers semblent s’y être fait à l’idée au point même de trembler d’excitation à l’idée de chevaucher des brossedurs et autres nimbus.
- Je sais pas trop, parce que j’ai pas envie de tomber et de me faire mal, mais en même temps, j’ai bien envie d’essayer. Leigh n’était pas quelqu’un de méchant, et moi non plus si l’on évitait de rentrer dans les cas extrêmes, et nous semblions partager la même opinion sur ce sport qui avait l’air pour le moins dangereux. C’était bien tant que l’on ne s’écrasait pas quelque part.
J’acquiesçais donc par un hochement de tête avant de tourner en rond. Je n’aimais pas l’inactivité et l’attente me rendait folle. Nous étions parmi les premières à être arrivée dans le stade et alors que tout semblait prêt il manquait cruellement d’élève. Finalement les premières années finirent par s’agiter, arrivant par petit troupeau je voyais défilés des têtes plus ou moins connus pour se poster face à des balais. Je remarquais que les Collins étaient là eux aussi, et un autre garçon qui semblait apprécier la compagnie de Leigh : Marlon.

J’étais naturellement espiègle, et en voyant l’être qui avait balancé dans le lac la personne la plus célèbre des premières années (un tant soit peu s’intéressait-on à la culture moldu) je ne pouvais m’empêcher d’aller lui chercher des noises en le bousculant.
- Très mâture Harmony. Bravo ! Ce à quoi je répondais par un tirage de langue forcément mérité. Non mais. IL ne semblait pas vraiment dans son assiette, mais il n’avait jamais l’air d’aller bien de toute façon. Sauf peut-être quand il se réfugiait derrière sa collection de carte, et là il ressemblait à un geek. De ce que j’en avais déduis Liam était couard et assez inutile en classe. Même s’il semblait en connaître un rayon sur tout un tas de chose inutile il était incapable de produire quoi que ce soit de productif et je me demandais sans cesse ce que Leigh pouvait lui trouver en lui adressant la parole. Sorcier ou pas, le type était un loser. Mais comme il intéressait Leigh, il était aussi le loser le plus intéressant de l’école, même si j’avais du mal à voir en quoi.
J’imaginais qu’elle devait se sentir responsable de lui, comme un amoureux des chiens passant à côté d’une bestiole malade à la SPA. Ce dernier s’exprimait toujours de la même façon : « Il me faut celui-là ! », ce à quoi le vendeur répondait par un « mais il va mourir la semaine prochaine. » Et là, le véritable ami de l’espèce canine craque en ouvrant son portefeuille que n’importe qui accepterait volontiers.

- Liam, tu t’y prends pas correctement. Forcément c’était Leigh qui avait parlé, et alors que gravitais autour d’elle j’appuyais à nouveau mon regard sur l’objet de son attention. Collins n’était vraiment pas motivé à cette idée de passer l’heure qui suivait sur un balai. D’ailleurs il murmura quelque chose d’inaudible, et se mit à faire n’importe quoi alors que le Professeur Clléobell nous avait indiqué que nous volerions par essaim de quatre. Forcément je me retrouvais avec Leigh, mais il y avait aussi Liam et ça c’était tout de suite moins bien. Il y avait aussi une autre rouge et or avec nous, mais comme personne ne semblait lui accorder la moindre attention j’en faisais de même.
Leigh fut la première à avoir décollé. Elle avait frappé le sol avec véhémence et s’était retrouvé au-dessus de nos têtes en moins de temps qu’il en fallait pour le dire. Elle avait l’air de bien s’en sortir. Rassurée, je me lançais à sa poursuite. L’impact de mon pied sur le sol projeta le balai dans les airs, et avec une certaine surprise je me retrouvais moi aussi à voler. La sensation était curieuse, et n’avait rien de ce que j’avais pu sentir dans les avions moldus jusqu’à présent. C’était curieusement libérateur… Assez inexplicable en fait. IL fallait le faire pour comprendre, sentir la brise passer dans ses cheveux alors que nos jambes pendouillent à plusieurs mètres de hauteur. Sans parachute ni rien, le balais répondait au quart de tour et je faillis basculer plusieurs fois avant de ressentir ce qu’il fallait faire pour éviter toute catastrophe. Je calquais mes mouvements sur ceux de Leigh, et j’étais forcée d’admettre qu’elle était bien plus douée que moi. Fallait-elle vraiment qu’elle naisse avec le portefeuille et le talent ?

La jalousie me piqua en plein le cœur instantanément, mais plutôt que de montrer mon véritable ressenti je me contentais de lui offrir un sourire amical.
Au bout de quelques minutes, Liam décolla à son tour du sol. C’était pathétique, et presque risible. Comme Leigh semblait se retenir de rire en le voyant comme ça tête en bas comme une chauvesouris, je ne rigolais pas non plus. Sauf que je ne pouvais m’empêcher de remarquer la peine qu’il semblait éprouver alors qu’il n’arrivait visiblement pas à trouver une position normale sur son balai.
- Devrait-on lui faire remarquer qu’il ne se débrouille pas très bien ou alors tu penses qu’il s’en rend compte tout seul ? Ironisais-je assez mesquinement je dois l’admettre. Mais si l’on ne pouvait pas rire de tout autant ne pas rire du tout. Moi, j’avais très envie de rire de lui juste maintenant.

Il était à la lutte et c’était risible. Je gardais mon silence et j’observais la scène avec un intérêt nouveau. Je crois que tout le monde le regardait et s’attendait à le voir s’applatir comme une crêpe sur le sol, mais il avait des ressources et après de longues minutes il finit par réussir à se redresser après avoir fait deux tonneau dans les airs.
- Bon… On a volé, c’est bien, maintenant on pourrait apprendre à atterrir en douceur non ? Mais il rêvait lui ? On venait d’arriver et déjà il souhaitait tout arrêter. Je secouais la tête nerveusement avant de me rapporter au visage de Gallagher. Elle non plus ne semblait pas vraiment pressée d’atterrir, et le Gryffondor était clairement en minorité sur la question.
- Je ne sais pas ce qu’en pense Leigh mais je ne pense pas que c’est qu’attend le professeur Cléobell de notre part. On devrait essayer de faire un tour et de voir si on arrive à diriger ce truc… Qu’est-ce que tu en penses ? En posant la question à Leigh, je savais qu’elle prendrait mon parti plutôt que celui de Collins. L’autre fille qui nous accompagnait pouvait rester taciturne ça m’allait très bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1638

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Sam 12 Juil - 15:49

Un petit sifflement suivit mon balai lorsqu’il me propulsa dans les airs à plusieurs mètres du sol et je m’accrochai au manche pour ne pas être totalement déséquilibrée par la vitesse, bien que l’adrénaline qui m’habitait en cet instant m’empêchait d’être totalement apeurée par le fait qu’en bas, c’était le vide et que nous ne disposions d’aucun filet de sécurité si jamais nous tombions.

C’était une sensation incroyable que je n’avais encore jamais connue auparavant et je m’y maintenais tout autant que je voulais garder l’équilibre sur mon balai. La nouveauté, voilà ce qui régissait à présent chacune de mes journées à Poudlard, lorsque tout en bas, normalement je suivais la routine que ma mère nous imposait à travers les tournées à travers le monde lorsqu’elle faisait les promotions de son film. C’était ça qui était intéressant, ce qui était ordinaire pour moi était extraordinaire pour les autres, comme me l’avait prouvé Harmony à plusieurs reprises déjà. Je me retrouvais toujours entremêlée au beau milieu de paradoxes que je n’arrivais même pas à expliquer moi même. Je connaissais une multitude de personnes, célébrités, ou gens au service des célébrités, je n’avais jamais eu quiconque à qui me confier, à part mon père et encore, il ne savait pas tout des secrets qu’une enfant pouvait garder. J’avais l’habitude de la foule et des nombreuses interpellations lorsque j’étais avec maman qui ne manquait jamais une occasion de m’exposer pour ainsi mieux se mettre en avant elle même, mais j’étais irritée du contact humain dès lors que le show était terminé. J’avais ce regard totalement détaché sur ce qui m’entourait comme si je n’appartenais pas à ce monde, mais à présent que je n’y étais plus, j’étais perdu au sein d’élèves tout aussi inconnu que moi et je ne savais pas comment gérer mon anonymat. J’avais toujours eu une grande liberté qu’il s’agisse de mes choix ou mes mouvements, mais ils restaient manipulés par tout un tas de code que les gens « normaux » ceux qui enviaient cette condition d’enfant star ignoraient. Je pouvais obtenir tous mes désirs en un claquement de doigts, désir qui émerveillaient ceux qui lisaient les magazines, et pourtant, ce qui me fascinait, là maintenant, tout de suite c’était de respirer à pleins poumons l’air de l’altitude. Et d’accomplir ce que ma mère ne pourrait jamais réaliser parce que les portes de Poudlard et de la magie lui étaient fermées. Je ne faisais pas le rôle, la comédie qu’elle m’avait apprise en étant durant toutes ces années à ses côtés, mon visage ravie n’était pas un masque au sourire automatique, mais parce que vraiment, il était heureux.

Je fis un cercle ou deux le temps pour tenter de tester l’animal sur lequel j’étais juchée, parce que quand même, c’était la première fois que je montais sur un balai, alors chaque sensation était nouvelle, les bonnes, comme les mauvaises. Lorsque je fus un peu moins concentrée sur comment me tenir et avoir la position la plus confortable je regardais un peu plus loin que le bout de mon manche. Harmony fut rapidement près de moi et l’autre élève de Gryffondor quant à elle avait l’air bien partie pour tracer sa route de son côté. Il manquait une personne à l’appel et je cherchais des yeux Liam, et l’espace d’une seconde ou deux, je m’interrogeais. Est-ce qu’il avait seulement réussi à décoller ? En baissant le menton plusieurs mètre plus bas, je vis qu’il répondait présent malgré tout, mais…

- Devrait-on lui faire remarquer qu’il ne se débrouille pas très bien ou alors tu penses qu’il s’en rend compte tout seul ?

Je me laissais sourire face à l’intonation d’Harmony, parce que c’était vrai que la situation était assez cocasse, mais en même temps, pour la première fois depuis que nous étions en vol, je réalisais comme cela pouvait s’avérer dangereux et il me traversa l’esprit, qu’éventuellement, Liam pouvait tomber et se faire mal. Comme nous tous. Mais lui était le mieux parti.

- Mais peut être qu’il faudrait aller l’aider ? soufflai-je en espérant quand même fort que Liam s’en sorte avant que malheur ne lui arrive. Ca n’avait rien à voir d’avec quand ma mère racontait avec amusement les cascades qu’on lui avait demandé de faire, sauf qu’elle c’était sûr qu’on ne lui avait jamais demandé de planer dans les airs sans sécurité. Le Gryffondor choisit ce moment pour rouler bouler – et oui c’était possible il venait d’en faire la preuve ! – pour revenir parmi ceux qui n’avaient pas la tête à l’envers. Ce fut aussi le signal qui m’indiqua que je pouvais de nouveau respirer

- Bon… On a volé, c’est bien, maintenant on pourrait apprendre à atterrir en douceur non ?
Ce qui confirma que lui aussi comme nous tous avions imaginé de quoi il aurait l’air en se la jouant crêpe éclatée sur le sol.

Je pouvais presque entendre son cœur battre à toute blinde entre mes côtes. Sûrement parce que je m’inquiétais plus de la façon dont il allait voler que de la mienne, comme l’indiquait son désir de rejoindre la terre ferme. Enfin… c’était l’impression que j’avais mais c’était difficile à dire parce que l’expression de son visage restait malgré cela très calme, ce qui me donna l’envie d’insister pour rester un peu plus longtemps, peu importe les risques.

- Je ne sais pas ce qu’en pense Leigh mais je ne pense pas que c’est qu’attend le professeur Cléobell de notre part. On devrait essayer de faire un tour et de voir si on arrive à diriger ce truc… Qu’est-ce que tu en penses ?

Cela acheva de me convaincre, impatiente de faire autre chose que du sur place. J’appuyai tout de suite la proposition.

- On peut faire un tour de terrain déjà, on verra si c’est assez ensuite, proposai-je comme ça on ne faisait pas rien, mais ça laissait une éventuelle ouverture pour arrêter si jamais vraiment, il le fallait.

Je n’avais aucune envie de mettre pied à terre à part si Sacha Cléobell le réclamait personnellement. Je me dirigeai vers la première longueur de terrain, suivis d’Harmony.

- C’est pas trop mal, une fois qu’on sait comment il faut se tenir dessus !
partageai-je avec elle en parlant fort pour me faire entendre.  On amorça un virage et avant d’atteindre l’autre, je jetai un œil derrière moi où Liam était à la traîne, et la fille entre les deux qui elle aussi visiblement s’inquiétait plus ou moins de son cas. Attends, dis-je à mon amie en revenant un peu en arrière comme par acquis de conscience pour aller me positionner à la hauteur de Liam. Viens t’as qu’à nous suivre, ce sera plus facile, donne moi la main. Je tendis la mienne en me disant que c’était un peu comme le patin à glace qu’à deux ça a toujours l’air plus facile et amusant.

Lorsque notre petit groupe de quatre fut resserré, je me tournai légèrement vers Harmony. Je maîtrisais plus ou moins la bestiole, assez en tout cas pour envisager d’autres perspectives.

- On fait la course ? ça s’adressait à nous quatre,, mais je m’attendais à ce que soit plus mon amie qui entre dans le jeu. Sur la longueur et dès que le gagnant est arrivé au bout on redescend ! Je jugeais que c’était un bon compromis.

Mais hmmm, comment est-ce qu’on faisait pour aller plus vite. Je me penchai un peu comme pour donner de l’impulsion à mon balai, comme si je désirais passer la vitesse supérieure, et il m’emmena de lui même, accélérant naturellement. Je regardais droit devant moi mais la chevelure blonde qui me talonnait était celle d’Harmony. Nous étions au coude à coude au moment d’arriver à l’autre bout du terrain, et elle me dépassa presque il me sembla au moment où je songeais à ralentir pour ne pas rater le virage et cesser la course un peu déçue de ne pas l’avoir remporté, mais je ne pus y penser d’avantage, parce que, tourne, tourne, touuuuuuurne…. !

Le balai sur lequel je me trouvais avait l’air de s’être pris au jeu lui aussi, si bien que je ne trouvais aucune manière de le freiner, et sans avoir le temps de héler qui que ce soit à l’aide, il dépassa le terrain de Quidditch pour s’en aller vers le parc. La panique face à cet imprévu lui permit de me balader comme il le voulait, pendant que je réfléchissais à toute allure sur comment descendre de cet engin du diable. Je repérai un arbre assez imposant sur lequel nous étions plus ou moins en train de foncer et j’insistai pour reprendre le contrôle et me diriger vers le haut du tronc qui accueillait assez de branches épaisses pour pouvoir y poser ses fesses. Le tout étant de ne pas se fracasser contre le bois. Je tirai de toutes mes forces pour forcer le bout du nez du balai défectueux à se relever et je mis les pieds en avant pour amortir le choc et avoir un point d’atterrissage. Je lâchai tout ou presque pour me rattraper aux premières branches que je pouvais atteindre et la semelle de mes chaussures trouva heureusement un point d’appui, au creux de l’arbre. Je titubai quand même pendant que j’essayais de me mettre à califourchon sur l’une d’entre elles et lorsque ce fut fait, je restais quelques secondes, tremblantes, un peu effrayée à l’idée de bouger d’un centimètre après tout ce qui venait de se passer. Le terrain avait l’air loin de là où je me trouvais, et le balai, quant à lui, il avait misérablement terminé sa course sur le sol…

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
Liam Collins
✧ Messages : 51
✧ Chocogrenouille(s) : 1335

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Ven 18 Juil - 15:52

J’avais mes deux bras, mes deux jambes et même une tête par-dessus mes épaules. Seulement il me manquait une chose et c’était un esprit serein. Comme un cavalier débutant chevauchant un pur-sang arabe j’étais à peu près aussi calme qu’un moteur à explosion, et je sentais particulièrement très bien le sang qui m’était monté à la tête pendant que je faisais des cabrioles. J’avais la nausée, et l’envie de retourner dans mon lit pour m’y allonger pour le restant de ma vie. Je n’aimais pas prendre de l’altitude, j’aimais le fait que la gravité me poussait à rester sur le sol. Mon équilibre était instable et je ne desserrais pas mes poings du balais qui me maintenait en l’air. J’évitais de regarder vers le bas, et je sentais quelques gouttes de sueurs froides glisser le long de mon échine. L’air n’était clairement pas mon élément.

Je soutenais mon visage pour me forcer à regarder droit devant moi, ou alors vers le haut. Je remarquais à quel point l’horizon était lointain, et que le stade de Quidditch était réellement grand. Ma phobie des grands espaces rajouter à mon vertige, et j’avais l’impression d’être une potion raté sur le point d’exploser mon chaudron. Pourtant je tentais de filtrer ces émotions et je gardais en apparence mon calme. Il suffisait d’un seul Lemming pour pousser toute un troupeau à se jeter dans la rivière et je ne voulais pas être ce lemming là.

Il n’était pas vraiment difficile de deviner les réactions des deux compères qui tournoyaient au dessus de moi. Harmony était probablement entrain de se moquer de moi derrière sa barbe et Leigh… Et ben c’était Leigh. Elle avait beau être un paradoxe ambulant dans son comportement je savais qu’elle avait un bon fond. Même si quelque part la situation devait être à la fois cocasse et gratifiante puisqu’elle se débrouillait bien mieux qu’un sorcier pur souche, elle devait s’inquiéter pour moi aussi. C’était donc ma responsabilité de ne pas l’inquiéter plus que ça, et pourtant de l’inquiétude je n’avais presque que ça à revendre.
« Je ne sais pas ce qu’en pense Leigh mais je ne pense pas que c’est ce qu’attend le professeur Cléobell de notre part. On devrait essayer de faire un tour histoire de voir si on arrive à diriger ce truc… Qu’est ce que tu en penses ? » En m’écartant volontairement de la conversation, Harmony savait parfaitement ce qu’elle était en train de faire. Sans que personne ne s’en rende réellement compte elle venait de prendre les rênes et c’était elle qui à présent dirigeait notre petite expédition. Leigh n’était qu’un pretexte, une illusion, un voile derrière lequel elle se masquer pour n’avoir à prendre aucune responsabilité. Je déglutissais difficilement en imaginant son sourire machiavélique intérieur. Harmony était dangereuse.
«  On peut faire un tour de terrain déjà, on verra si c’est assez ensuite. » Je claquais ma langue contre mon palais en entendant la voix de Leigh qui suivait presque aveuglément la proposition d’Harmony. Ok elle tentait d’adoucir la sauce, mais clairement on partait dans la direction qu’Harmony voulait prendre, et je sentais qu’elle jubilait intérieurement.

Leigh semblait particulièrement heureuse de voler en plus. La manipuler dans ce sens n’était pas vraiment un exploit. Elle avait un talent naturel, une aisance innée dans l’art du vol. Moi j’étais un peu comme un grosse patate enchantée qui attendaient de s’écraser un peu plus loin. Je marmonnais quelques paroles inaudibles avant de suivre tant bien que mal le reste du groupe.

Leigh et Harmony avait prit la tête du peloton. Bien sûr Leigh était la plus à l’aise, mais Harmony semblait particulièrement douée pour copier les mouvements de la rouge et or qui menait le groupe. Elle était douée et rapide, et semblait évoluer avec une fluidité particulière dans le sillage de son amie. Je poussais un long soupir avant de me concentrer sur la petite gryffondor qui se trouvait entre moi et le groupe de tête.

J’avais les yeux plisser, concentrer sur le bout touffu du balais en face de moi lorsque je sentais le parfum de Leigh s’arrêter à mes côtés ; instinctivement je bloquais ma respiration en attendant une collision. Mais non, c’était simplement elle qui s’était arrêtée pour rejoindre ma hauteur. Je tentais un léger sourire, mais il s’estompa au bout de quelques secondes. Je devais me concentrer sur ce qu’il se passait devant si je ne voulais pas m’écraser.
« Viens t’as qu’à nous suivre, ce sera plus facile, donne-moi la main. » Étonné j’hésitais quelques instants. Est-ce que je devais la prendre ou bien ? Finalement je lâchais mon balai d’une main et j’attrapais rapidement celle de ma camarade avant qu’elle ne s’évanouisse dans les airs.
« Merci… » Murmurais-je à l’intention de Leigh. « Je ne pensais vraiment pas y arriver. » Le simple contact de mes doigts se reserrant autour de ceux de Leigh suffit à me redonner le courage qu’il me manquait pour accélerer un peu plus. Finalement notre groupe ne fit qu’un et nous évoluons enfin à la même vitesse sans retardataire et pendant une seconde je croyais vraiment que ça allait bien se passer.
« On fait la course ? » Et ça c’était la fausse bonne idée de Leigh… « Sur la longueur, et dès que le gagnant est arrivé au bout on redescend. » On ne peut pas juste balancer la pire idée du siècle en rajoutant une récompense comme celle la. J’avais hâte de descendre, mais pas d’aller encore plus vite.
« Je ne crois pas que… » Mais comme d’habitude dans ce genre de situation mon avis importait peu. Déjà Leigh et Harmony avait acceléré et ils furent suivit par la dernière petite gryffondor qui fut largué dès les premières secondes. Elles filaient comme deux étoiles filantes en plein jours. Si Leigh était comme d’habitude en tête, elle était très rapidement talonner par Harmony qui ne semblait pas vouloir lui laisser l’espace qu’elle méritait, et je ne pouvais imaginer la pression que Leigh devait subir avec une telle concurrentes à ses côtés. A la moindre hésitation, Harmony lui piquerait la première place et j’en savais assez sur la compétitivité des filles en général pour savoir que cela n’était jamais très beau à voir. Sur le dernier virage, Harmony tourna parfaitement alors que Leigh… Leigh allait se graver dans le décor. Soudainement la blonde s’arrêta pour voir où partait son amie, et en la voyant traverser le parc à cette allure je ne savais plus vraiment ce que je faisais.

Je baissais la tête, et j’essayais de pousser mon balais qui accéléra soudainement pour suivre la direction de la rouge et or. Je ne freinais pas en dépassant à toute vitesse Harmony qui semblait assez interloqué entre l’accident de Leigh qui venait de se rattraper à un arbre qui était sur son chemin. Sans freiner je baisser mon balais jusqu’à être assez près du sol pour m’y jeter. Je roulais sans m’arrêter dans l’herbe sur plusieurs mètres avant de finalement arrêter ma course pas mal sonné, mon balais s’écrasant à une dizaine de mètre de moi.

La voix d’Harmony se faisait entendre derrière moi alors que je tentais encore de me repérer. Je relevais la tête pour voir les pieds de la gryffondor qui se laissait balancer alors que cette dernière était à califourchon sur une branche.
« Est-ce que tu peux descendre ? » Demandais-je en me servant de ma main comme d’une visière. « Attend je monte. » Aussitôt dit, aussitôt fait, je me relevais et faisait face à l’arbre. Je n’en donnais pas l’air, mais malgré tout j’étais assez athlétique, seulement je n’aimais pas forcément chercher à le démontrer. J’attrapais la branche la plus proche de moi en tendant mon bras, et je me soulevais jusqu’à réussir à poser mes deux pieds sur celle-ci, et je répétais l’opération jusqu’à ce que j’arrive à la hauteur de Leigh. Elle était tremblante, et moi j’étais là à lui tendre la main pour l’aider à redescendre en passant à côté de moi. Lorsqu’elle arriva en bas, je remarquais que je n’avais toujours pas bouger de ma branche… Et que cette dernière était en hauteur. Ma vision se troubla, et je me maudissais intérieurement. M’accrochant à ma branche je fixais le ciel avec intensité.
« Tu sais quoi… Tu devrais y aller. Je suis bien là. » M’exprimais-je avec mauvaise foi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Dim 20 Juil - 22:53

Quelqu’un d’égoïste c’est quelqu’un qui ne pense pas à moi. Entre l’excitation de son premier vol en balais et le triste spectacle que nous donnait Collins je ne pouvais m’empêcher de trouver Leigh plus distante qu’à l’accoutumé. Cela n’était pas forcément de sa faute, mais je ne pouvais m’empêcher de maudire tous ces éléments extérieurs qui venaient se mettre en travers de la progression de notre relation. Comme un vautour en quête de nourriture, j’effectuais de nombreux cercles autour du stade sans quitter le sol du regard ; le monde était si petit vu d’ici que j’aurais pu me saisir du château entier et le croquer comme dans une pomme.

Voler n’était pas si terrible que ça en fait. Mes sentiments étaient mitigés, entre l’exultation d’accomplir le rêve d’Icare et la déception face à sa simplicité. La seule chose qui m’avait légèrement surprise peut être c’était le décollage. Sentir ses pieds quitter le sol comme si l’on effectuer un saut que l’on ne contrôlait plus. Sans savoir quand est-ce que l’on atterrira et à quel vitesse. Mais une fois le balais stable il n’y avait rien à faire d’autre que de se laisser guidé par son instinct et le mien m’indiquait clairement de copier au geste ceux de ma prétendue amie de Gryffondor.

Leigh et moi étions issus du même monde, à la différence qu’elle disposait et pouvait abuser de tout ce que je souhaitais dans le monde moldu. Nos premières réactions étaient forcément similaires puisque tout ce que nous découvrions ici était complètement nouveau, néanmoins il y avait une grosse différence qui nous distinguait. Je m’habituais plus facilement à ce nouvel univers et elle avait tout juste tendance à patauger lorsque les autres nageaient librement. D’ailleurs je ne pouvais m’empêcher de me demander comment se serait passé son intégration si par mégarde elle ne s’était pas retrouvée sous Collins dès la première nuit. Probablement pas aussi bien… A croire que certaines personnes étaient nées sous la bonne étoile et d’autres pas. Elle avait été accompagnée là où j’avais été seule et ça, c’était quelque chose que je n’arrivais tout simplement pas à comprendre.
- Mais peut-être qu’il faudrait aller l’aider ? Masquer derrière un masque de cheveux, je fronçais les sourcils. Je ne comprenais pas sa réaction, cette espèce d’altruisme que l’on ne retrouvait que dans les films de sa mère. C’était tellement décalé à ma propre perception des choses que c’était tout juste si mes cheveux qui ondulaient devant mon visage arrivaient à masquer l’expression de dégoût qui se dessinait sur mon visage. Le dégoût ne venait pas de Collins en lui-même, mais pour le désintérêt total de la proposition de Leigh. Comment quelqu’un pouvait espérer aller où que ce soit dans la vie avec une vision aussi généreuse sur le monde qui l’entourait ? Encore une fois je ne pouvais m’empêcher de me comparer à elle, personne ne se serait jamais proposer pour venir m’aider si jamais je m’étais retrouvé à la place de Collins.

Lorsque je tournais la tête pour regarder Leigh c’était un autre visage que le mien qui l’observait. J’étais souriante et j’avais replacé mes cheveux derrière mon épaule pour ne pas qu’il me dérange.

- Tu as probablement raison, il ne faudrait pas qu’il réussisse à se blesser. Mais en réalité je m’en fichais comme de la dernière pluie qu’il se blesse tant que ce n’était pas moi qui me retrouvait dans sa situation qui était plus que bancale à l’heure actuelle.

Collins était un clown. Un clown triste, mais un clown quand même. Clown malgré lui, résultat pathétique de l’évolution darwinienne lorsqu’elle prend un virage facile plutôt qu’optimal. Il semblait incapable de faire quoi que ce soit par lui-même, mais il évoquait assez de pitié pour que son entourage direct cherche à l’aider. Un peu comme les pigeons qui fleurissaient dans les grandes villes que certains citoyens nourrissaient sans aucune réelle raison. C’était ridicule mais aussi formidable en quelque sorte, et bien que je sois particulièrement insensible à sa situation je ne pouvais m’empêcher de trouver les réactions qu’il provoquait fascinante. Est-ce que c’était ses yeux qui évoquaient une soudaine sympathie ? Son attitude tout simplement, ou alors émettait-il une certaine aura qui révélait la personnalité d’un faiblard en besoin d’aide ?

Quoi qu’il en soit il ne pouvait pas lutter contre le besoin d’aventure qu’éprouvait Leigh. Elle venait de voler pour la première fois et de ce que j’avais pu observer de la part de la Gryffondor, c’est qu’elle comptait bien profiter de chaque nouvelle expérience quoi qu’il arrive. D’ailleurs elle ne tarda pas à rejoindre mon avis.
- On peut faire un tour de terrain déjà, on verra si c’est assez ensuite. Bien sûr que la proposition devait être nuancée, mais je me délectais assez du plaisir sadique en sachant que Collins ne s’en sortirait pas aussi facilement qu’il l’avait espéré. Je n’avais rien contre Collins en particulier, mais il avait la mauvaise habitude de se mettre en travers de ma relation avec Leigh. J’acquiesçais silencieusement avant de suivre Leigh qui s’était lancé dans son petit tour de terrain. Nous avions déjà créé une certaine avance entre nous deux et les deux autres qui traînaient loin derrière.
- C’est pas trop mal, une fois qu’on sait comment il faut se tenir dessus ! Elle parlait fort pour que je puisse l’entendre avec le vent. C’était clair qu’à cette vitesse, lorsque l’on était pas enfermé dans un endroit clos c’était un peu comme essayer de communiquer avec son voisin en moto. Il n’y avait pas le bruit du moteur mais cela n’était pas vraiment pratique.
- Tu te débrouilles mieux que nous. Tu as un talent naturel. Expliquais-je sur le même ton que mon amie en la rattrapant complètement pour être à ses côtés. Tu es née avec des ailes. Mais elle ne me répondit pas, et plutôt son visage s’assombrit parce que je traduisais par une certaine inquiétude.
- Attends. Et j’attendais, je ralentissais quelque peu tout en la suivant du regard pour voir ce qu’elle comptait faire. La surprise ne reprenait pas sur moi, mais l’agacement oui. Une nouvelle fois elle s’était penché sur Collins pour le tenir par la main, et après avoir à tourner ma tête devant moi je grinçais des dents pour masquer ma mauvaise humeur. Il ne leur fallut pas longtemps pour nous rattraper mais c’était suffisant pour que je reprenne mon sourire habituel.
- On fait la course ? Sur la longueur et dès que le gagnant est arrivé au bout on redescend !
Leigh accéléra. Collins protesta. Moi, je suivais le mouvement imposé par notre leadeuse ; une course. Que voulait-elle ? Un défi ? Prouver sa supériorité sur balais. De base, avec les données dont je disposais je me disais qu’elle ne pardonnerait pas une victoire trop aisée, ainsi je me calais automatiquement à son niveau. Tout allait bien, j’étais même sur le point de la dépasser peut être, lorsqu’elle perdit le contrôle de son véhicule volant.

Je freinais instinctivement pour voir ce qu’il se passait, et c’était pour le moins inattendu. Alors que Leigh rejoignais le décor, Collins fila comme une étoile filante me dépassant à toute vitesse pour la rejoindre. Le balai et la fille se séparèrent, l’un s’écrasa sur le sol et l’autre dans un arbre. Collins était Collins et s’effondra en même temps que son balai pour se relever pas trop loin.

Sans même m’en rendre compte je m’étais dirigée instinctivement dans leurs directions. J’étais à une dizaine de mètre de Collins qui semblait bien trop occuper pour me remarquer.

- Je vais chercher de l’aide ! M’écriais-je un peu vainement, avant de me retourner pour rejoindre l’endroit où nous avions laissé miss Cléobell. Perdue entre la volonté de rester passive et le besoin que j’avais d’apparaître comme une bonne amie j’avais franchement l’impression de perdre mon temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1638

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Mar 29 Juil - 13:14

Je n’avais plus du tout la même assurance que sur mon balai – j’étais toujours à cheval mais sur une branche d’arbre à présent, peinant à réaliser qu’il s’agissait plus de peur que de mal, et que tout était allé si vite, que je n’étais pas encore tout à faire certaine que l’accident ait bien eu lieu. Il ne me fallut que quelques secondes pour me remémorer ma chute et me dire qu’elle aurait pu être bien plus grave qu’elle ne l’avait été, et j’en profitais pour déglutir, parce que j’avais la gorge toute sèche, sans doute parce que mon cœur avait du arrêter de battre l’espace d’un instant ou deux.

Je clignai plusieurs des paupières pour m’habituer à la scène, avant de réitérer l’opération mais pour une toute autre raison cette fois ci : il y avait une silhouette qui se rapprochait dangereusement dans ma direction, et cette silhouette, ce n’était autre que celle de Liam, qui enfin de compte n’était pas aussi mal habile qu’il n’avait bien voulu laisser le présager lorsque j’étais venue lui proposer mon aide un peu plus tôt, dans un geste qui normalement ne me représentait pas vraiment. J’avais proposé cette main tendue naturellement toutefois, poussée par l’instinct et comme si je me sentais responsable du sort qu’il pouvait lui arriver si jamais il venait à tomber de son balai. Comme l’initiative venait de moi, je ne sentais pas mon espace vital forcé comme lorsqu’on m’attrapait par les épaules, sans prévenir, comme si cela allait de soi pour m’entraîner faire des photos avec des fans, non pas de moi, mais de ma mère… Je me demandais s’il n’allait pas lui arriver la même fin que moi, mais au lieu d’atterrir dans l’arbre, je baissai les yeux quelques mètres plus bas, là où Liam c’était étalé de tout son long.

- Ca va ? le hélai-je immédiatement, parce que ça faisait un peu trop d’actions en si peu de temps, je voulais bien vivre des aventures grisantes, mais en y allait petit à petit quand même.

Je ne fus qu’à peine rassurée lorsqu’il bondit sur ses pieds. Entre temps Harmony s’était rapproché elle aussi mais semblait beaucoup mieux maitriser son balai – je n’avais pas le cœur à éprouver de la jalousie après tout ce qui venait de se produire, et hochai simplement la tête lorsqu’elle m’assura qu’elle allait revenir avec Sacha Cléobell. Je hochai timidement de la tête comme si parler allait tout à coup me faire tomber. Je trouvais soudain que j’avais été bien vaillante pour le restant de la journée et à présent, je n’avais pas trop envie de réfléchir à comment j’allais pouvoir me dépatouiller de là par moi même.

- Est-ce que tu peux descendre ?


Pour toute réponse, même si Liam ne put sans doute pas le voir à cause de la hauteur à laquelle je me trouvais, je resserrai un peu plus mes doigts crispés sur une branche plus fine qui me permettait de maintenir mon équilibre.

- Je vais essayer, acceptai-je dans un regain de courage, parce que le désir de ne pas paraître pour une froussarde repris le dessus sur le reste, mais à moindre nuance parce que l’unique geste que je fis fus de changer de position, afin de me placer assise et non plus à califourchon jusqu’à présent.

Mon rythme cardiaque qui s’était apaisé légèrement fut pincé de nouveau, mais je l’ignorais, ne songeant pas trop à ce qui pourrait se passer si sans faire exprès, je tombais totalement.

- Attend je monte.

Je n’eus ni le temps d’acquiescer ni même de refuser pour prouver que je n’avais pas besoin de lui, parce que Liam était déjà en train de provoquer sa propre ascension et aussi vrai que je n’avais pas envie de l’admettre, parce que tout ceci n’était pas très glorieux, je restais néanmoins soulagé qu’on vienne à ma rescousse et que je n’allais pas passer la nuit sur mon perchoir, attendant vainement de me décider.

J’essayais tant bien que mal de masquer mes tremblements quand sa paume se colla contre la mienne et je m’y agrippai fort pour faire taire toute marque de faiblesse. Liam me transmit sa témérité, puisque jusque là j’avais plus ou moins perdu la mienne, et comme je l’avais observé monter, je n’avais plus qu’à calquer mes mouvements sur les siens qu’il avait fait précédemment afin de m’en sortir sans encombres. « Etage » par étage je me laissai filer et je poussai une immense inspiration lorsque mes deux pieds se posèrent avec soulagement sur la terre ferme. Je levai tout de suite la tête pour voir où l’autre Gryffondor en était, parce qu’il avait du me suivre après s’être assuré que je ne tombais pas dans le vide, mais au lieu de sauter à mes côtés comme je m’y étais attendu, ce dernier avait tout l’air de m’avoir remplacé à mon ancien poste.

- Tu sais quoi… Tu devrais y aller. Je suis bien là.


Je haussai les sourcils. Donc selon la logique de Liam Collins, je devais le laisser dans son nouvel habitat alors qu’il avait lui même eut l’initiative de m’en défaire. Tout ça alors que nous nous étions crashé tous les deux de nos destriers sauvages alors que nous étions censés être en cours de vol. C’était une idée.

Je me sentais encore un peu faiblarde, mais à présent que j’étais en sécurité, je me sentais quand même plus à même de réfléchir à la situation.

- Ah bon, commentai-je d’une voix blanche. Je croisai mécaniquement mes bras sur ma poitrine. Mais Liam, tu sais bien que c’est pas le moment, il faut qu’on retourne en cours là. C’était de ma faute donc j’avais quand même un peu de culpabilité, mais je ne voulais pas non plus être punie à cause de ça.

Je le dévisageai de loin sans comprendre sa réaction, avant de remarquer ses mouvements totalement figés, comme avaient été les miens, à peine un peu avant…

- Tu sais pas descendre ? risquai-je, quitte à blesser son égo, et à ce petit jeu il y avait deux écoles : soit il admettait la vérité et on pouvait penser à des idées pour le faire descendre lui aussi, soit il était bon menteur et arrivait à me faire croire que ce n’était pas le cas, et je me retrouvais pris au piège et je ne pouvais rien faire.

En désespoir de cause, je regardais un peu partout autour de moi à la recherche d’une idée, mais en fait il apparu bien vite que la réponse se trouvait juste devant moi. J’attrapai un branche assez épaisse mais accessible parce qu’elle était plus basse que les autres pour essayer de la briser, mais elle était solide – et puis je me souvenais que j’étais une sorcière sorti ma baguette pour lancer un sort dessus, mais comme j’étais loin d’être une experte, je dus m’y reprendre à plusieurs fois pour que cela daigne bien marcher. Lorsque ce fut fait, je me hissai de nouveau dans l’arbre, mais sans aller aussi haut que précédemment parce qu’il ne s’agissait pas de se coincer à deux.  Comme je l’avais fait une fois, j’étais quand même un peu plus rassurée maintenant.

- Tiens attrape la
, dis-je en tendant la branche dans sa direction pour qu’il l’atteigne. Je ne lui laissais pas le choix comme ça, après c’était à lui de saisir la perche… ou pas.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
Liam Collins
✧ Messages : 51
✧ Chocogrenouille(s) : 1335

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A] Ven 1 Aoû - 1:19

Vous savez-ce qu’ils disent : la peur vous fait parfois faire des choses étranges. Chez moi la peur c’était un peu comme une seconde nature. J’étais un flippé, un mec qui ne savait se tenir debout que dans la peur de basculer un jour et de se ramasser la tête la première. SI j’avais peur pour moi, j’avais étrangement encore plus peur du bien être des autres et je n’hésitais pas une seule seconde à me sacrifier pour quelqu’un j’avais l’audace d’apprécier pour une raison quelconque. C’était inconscient et cela me rattrapait en général sans que je ne m’en rende compte, et c’était souvent après coup que je me rendais compte que sous cette même peur je faisais des choses que je n’aurais jamais fais normalement. Comme foncer avec un balais sans même avoir apprit à atterrir, et aller jusqu’à momentanément oublier mon vertige pour grimper un arbre beaucoup trop haut pour que je ne puisse le redescendre même avec l’aide d’une échelle.

Pourtant dans ma tête tout ce qui résonnait c’étaient les paroles de Leigh : Ca va ? Je vais essayer… Tout ça semblait ricoché à l’intérieur de ma boîte crânienne comme un disque d’Edith Piaf dans les oreilles d’un soldat américain. Il y avait cette poignée de main quelque part, forte. De la paume de Leigh qui se serrait contre la mienne, un contact que j’aurais pu juger éphémère mais étrangement familier comme le début d’une coutume sur le point de s’ammorçer. A la fin du tunnel il n’y avait plus tout ça, seulement à nouveau la peur. Moins téméraire, plus tétanisante. Là-haut perché sur mon arbre comme le corbeau de la fable, je m’aggripais avec les dernières ressources de bon sens qu’il me restait.

Je voulais d’abord éviter le regard de Leigh. Parce que c’était quand même difficile d’admettre une phobie et ce même lorsque l’on se retrouvait face à celle-ci. C’était quelque chose d’intime qui mettrait n’importe qui mal à l’aise, et d’autant plus que je me retrouvais assez anodinement dans la maison des braves et des courageux que je ne devrais pas laisser un tel sentiment me submerger. Pourtant il était là, aussi sûrement que je ne pouvais m’empêcher de lancer des appel au secours à Leigh en clignant nerveusement des yeux dans sa direction. Elle haussait les sourcils, il y avait d’abord de l’incompréhension sur son visage, et puis autre chose.
« Ah bon… » oui bon… C’était probablement pas très malin mais j’avais du mal à dire, admettre la faiblesse qui m’engourdissait le corps. Les sueurs froides qui venaient me parcourir la nuque et les tremblements nerveux qui me saisissait le corps. Je fermais les yeux… Fixait un point fixe au dessus de ma tête et comptaient les secondes.

*Un, deux trois, quatre, cinq….*
« Mais Liam, tu sais bien que c’est pas le moment, il faut qu’on retourne en cours là. » Je le savais, et pourtant je restais là. Qu’est-ce que cela disait sur moi. Je tentais de me balancer, à la recherche d’une prise, quelque chose de plus table que cette branche mais à tatônnement je ne trouvais rien.

*Six, sept, huit, neuf, dix….*
« Tu ne sais pas descendre ? » Malheureusement non… Enfin savoir si, pouvoir c’était une autre histoire. Le savoir c'était quelque chose de tellement abstrait lorsque l’on était incapable de faire la moitié des choses que l’on savait que l’on pouvait faire… Hypothétiquement, dans un monde parallèle où les choses seraient différentes. Dans ce monde ci j’avais tout simplement le vertige, la peur de la hauteur, la peur de tomber, de mal faire, une certaine forme d’asocialité atténué par mon caractère complaisant et un véritable sujet idéal à des troubles obsessionnels.

« Hugh. » Le grognement s’échappa de ma bouche bien malgré moi. Si c’était à refaire, je l’aurais bien volontiers retiré du script. « La vue… Est vraiment pas mal. » J’hésitais c’était mauvais, et je ne regardais absolument pas cette vue qui m’effrayait. « Et j’ai le vertige donc cela ne sera pas possible. » Je l’avais dis très rapidement, prenant le risque d’avoir à me répéter ce que je n’espérais absolument pas. Leigh ne sembla se formaliser de rien puisqu’elle remit à grimper… Pourquoi faire ? Elle prit une branche, sa baguettte magique, et au bout d’un moment finit par me la tendre ballante dans ma direction. Est-ce qu’elle voulait m’arracher un œil ? Me frapper assez fort au niveau de l’oreille interne pour me l’arranger ; j’étais perplexe, et tout aussi effrayé par les plans de la jeune rouge et or que par ma peur de chuter à présent.
« Tiens attrape la. » Et ce fut la lumière que j’attendais, enfin presque. Je ne me voyais pas vraiment faire quoi que ce soit d’utile avec cette branche, et je n’avais rien d’un enfant sauvage capable de sauter de liane en liane tout en scandant son nom comme le roi du monde. J’avais bien deux ou trois remarques cyniques à faire, mais je les ravaler aussitôt. Parce qu’en cet instant présent je me sentais prêt à sauter d’une fenêtre si c’était elle qui me le demandait, alors si elle me demandait d’attraper la branche c’était que quelque part c’était logique pour moi d’attraper cette branche. Je pris une longue inspiration avant de finalement lâcher avec une main la branche sur laquelle j’étais suspendu pour me saisir de celle que me tendait Leigh.
Au moment où mes doigts se desserrèrent ma vision se troubla et je crus perdre l’équilibre alors que j’y voyais littéralement double. Si l’exercice avait duré plus longtemps je serais probablement tomber à la renverse ici là, maintenant, mais heureusement pour moi Leigh semblait tenir l’objet de façon assez stable pour que je puisse y répartir une partie de mon poids afin de rétablir l’équilibre et finalement user de ma seconde main.


« Et maintenant… » M’hasardais-je en tentant de descendre tant bien que mal. Les yeux fermés pour un maximum d’efficacité ce qui n’était pas vraiment pratique mais lorsque je finis par sentir le corps de Leigh à mes côtés je ne pus m’empêcher de pousser un soupir de soulagement. « Enfin… On y arrivera peut être au bout de cette histoire. » Mais j’aurais peut-être du gardé la plaisanterie pour la fin parce que si la branche était assez solide pour Leigh, elle ne semblait pas être en mesure de supporter nos deux poids combinés si j’en croyais les craquements que j’entendais. La branche céda et nous nous écrasions tous deux lamentablement sur le sol. Plus lourd j’avais chuté le premier, et j’avais servit de coussin à Leigh qui ne tarda pas à s’affaler sur moi me coupant légèrement le souffle au moment de l’impact.

« C’est exactement pour ça que je déteste la hauteur. » Murmurais-je en sachant pertinemment que Leigh désormais sur moi pouvait m’entendre parfaitement. « Cette position est familière. » Fis-je remarquer en me remémorant nos premiers instants dans l’enceinte du château. Mais je dus rapidement me taire parce que la silhouette affiné d’Austin accompagner du professeur et de la gryffondor se dirigèrent à notre hauteur. Nous nous séparions avant de nous lever avec plus ou moins de facilité. Lorsque le professeur nous demanda si nous allions bien, nous avions acquiescé d’une même voix avant d’échanger un long regard en biais, avant de définitivement terminer avec cette journée après un passage éclair à l’infirmerie pour vérifier si effectivement nous ne nous étions rien cassé à la suite de nos deux chutes. Plus de peur que de mal, tout est bien qui finit bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Birdland [L.C & H.A]

Revenir en haut Aller en bas

Birdland [L.C & H.A]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miam Hibou :: Bibliotheque :: Miamhibou's Chronical-