Partagez|

Souaffle et compagnie [E.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1638

MessageSujet: Souaffle et compagnie [E.C] Ven 27 Juin - 20:12

Je serrai fort entre mes poings le balai que je venais de récupérer du placard où ils étaient entreposés. Il ne s’agit toutefois pas de ceux qui servaient à balayer les couloirs à l’intérieur du château, mais de ceux du vestiaire de Quidditch. Parce que vous le saviez ? A Poudlard, on pouvait voler sur des balais.

Lorsque s’était achevé le premier cours de vol que nous avions eu quelques semaines plus tôt, j’avais tout de suite su, en posant les pieds sur le sol - enfin parce qu’il s’était passé tout une histoire avec Liam qui n’aimait ni vraiment les balais, ni vraiment les arbres, ni vraiment la hauteur, alors les trois combinés ensemble, ça donnait lieu à un certain mélange pour le moins explosif ! - que je voulais faire une autre balade dans les airs.

C’était grisant. Un sentiment de liberté que je n’avais jamais connu jusqu’à présent - du moins pas comme ça, pas dans ce sentiment où toutes les frontières avaient disparu… A la maison, j’avais beau avoir plus ou moins le droit de faire ce que je voulais, il y avait des limites invisible de ce que j’appelais être ma prison dorée : tous les codes qu’on m’avait appris et que je devais respecter, parce que telle était la loi des enfants de star, ce qui ne me laissait pas vraiment la place ni à la naïveté ni à l’innocence, mais plutôt à une maturité ainsi qu’un éveil un peu trop précoce. Ma mère m’aurait sûrement interdit de voler - pas pour ma santé, mais parce que ça ne correspondait pas aux critères qu’elle avait voulu dessiner chez moi. Mais elle ne pouvait pas savoir puisqu’elle n’était pas là pour le voir et parce que je n’allais pas lui dire. J’en ressentais une certaine fierté.

Ce n’était pas obligatoire, mais à l’école, il y avait une liste de club auxquels on pouvait s’inscrire, c’était un peu comme de participer régulièrement à une activité de ce que j’avais compris, comme lorsque j’avais appris à jouer du piano. Au début, j’avais refusé en bloc d’intégrer l’un d’entre eux, en geste de défense, parce que toutes ces nouveautés m’avait fait me cabrer plus que de suivre gentiment le troupeau, parce que ça volait dire aussi me mêler à la foule, aux autres, et c’était quelque chose que ne voulais pas. Mais après, il y avait eu ce cours, j’avais commencé à me faire quelques amis, j’aimais bien passer du temps avec Isis et Marlon, et puis j’avais vu qu’il y avait un club de Quidditch… je pouvais aller dans celui de musique parce que je savais déjà en faire… mais justement je savais déjà en faire et il n’y avait absolument rien d’attrayant là dedans. En plus, j’avais l’impression de braver des règles qu’on m’avait imposé lorsqu’on avait décrété que ce serait bien pour moi de savoir jouer du piano, et de cette manière, je contournais tout ça, mon égo ne pouvait se sentir que plus que flatté…

Je me retrouvais souvent sur le terrain de Quidditch la même heure, parce que le mardi aprè midi, nous finissions plus tôt que d’habitude avec l’Histoire de la Magie… C’était difficile déjà en temps normal à l’école en primaire, alors là il y avait toute une autre histoire à apprendre celle des sorciers, et elle n’était pas très drôle, du moins elle ne l’avait pas été jusqu’à présent et je comprenais un peu mieux ce que Liam m’avait expliqué le soir de la répartition et j’étais beaucoup moins larguée aussi. Je m’envolais dans les airs après avoir donné un coup de pied dans le sol pour ordonner au balai de me porter. J’avais voulu réclamer de l’argent à mes parents pour en avoir un rien qu’à moi, mais les élèves de première année n’avaient pas le droit de posséder le leur. Je fis quelques tours de terrain, mais sans les balles. En cours on les utilisait, si on faisait attention on avait le droit de les prendre en dehors aussi, mais seule, c’était quand même moins amusant. On avait occupé plus ou moins chacun des postes pour déterminer lequel nous correspondait le mieux mais je n’arrivais pas à me décider. Si j’étais certaine que je n’aimais ni être gardienne, ni être batteuse, parce que les cognards étaient fous furieux, j’adorais lancer le souffle à travers les buts et courir derrière le vif d’or qui volait et que je trouvais si joli…

Par réflexe, je regardais en direction du sol - ce qui ne m’avait pas interpellé la première fois parce que ça pouvait être le fruit du hasard était à présent devenu une habitude. Je n’étais pas la seule à venir occuper le terrain, mais pas pour du vol du balai. Il y avait une fille qui venait secouer ses pompons systématiquement une vingtaine de minutes après moi. J’accordais une importance aux détails, même s’ils étaient insignifiants comme ceux-ci, mais c’était toujours une vingtaine de minutes après, j’étais formelle, et c’était ce genre de détails que justement, je remarquais… Je ne lui avais jamais parlé, malgré sa présence toutes les semaines. Quand je mettais pied à terre, j’allais généralement directement au vestiaire sans m’attarder sur le gazon, parce que je me voyais mal aller vers cette inconnue et lui adresser la parole. Comme ça. Spontanément. Alors que je n’avais rien à lui dire.

Deux autres élèves arrivèrent avec leurs balais et les balles de Quidditch et me proposèrent de se faire des passes au souffle ce que j’acceptais, ravie d’avoir des compagnons de jeux. Les deux garçons n’avaient pas l’air de se soucier de la personne restée au sol et lançaient la balle sans vraiment regarder la direction… La chevelure blonde avait le dos tournée mais le souaffle avait été jeté en plein vers elle. Sans réfléchir, je dirigeai le manche de mon destrier là où elle se trouvait à la poursuite du ballon et l’attrapait in extremis avant qu’il ne la percute de plein fouet. Cela n’empêcha pas que je la bouscule quand même avec mon épaule, à cause de la vitesse, et je me remis sur mon balai tant bien que mal parce que j’avais été un peu déstabilisée

- Désolée, commençai-je, essoufflée de la course que je venais de faire. Je montrai le souffle avant de reprendre, est-ce que ça va ?

Il y avait plus de peur que de mal, mais bon. Je frottai néanmoins mon épaule.

- Alors c’est toi qui danse pendant les matchs ? demandai-je en désignant ses pompons, presque surprise moi-même des initiatives que je prenais en lui parlant. Manquer de se faire écraser par une balle, ça créé des liens.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Souaffle et compagnie [E.C] Lun 30 Juin - 19:11






❝Souaffle et compagnie




Il était temps d'être la meilleure. 


Elliope n'avait jamais été aussi silencieuse. Ses parents enseraient surpris s'il la voyait en ce moment, toute repliée sur elle-même de crainte d'être dévoré. Ce n'était pas elle. Eli était dynamique, entreprenante, s'imposait constamment. Elle n'entrait pas dans une pièce sans qu'on ne se retourne sur elle. C'était Éli. Mais Éli avait grandi dans un village moldu. Et ici, elle n'était qu'une parmi d'autres. Mais Éli ne serait pas elle si elle restaitavachie. Non. Elliope Canah n'était pas ce genre de fille, Elliope Canah avait pris aux regards et au murmure sur son passage. Et c'est très vite qu'elle avait rejoint le club des cheerleaders. 


Pompon girl ! Dans les vestiaires la rouge et ou ne cessaient de se regarder dans le miroir. Elle aimait tout dans cette tenue ; que ce soit la minijupe aux couleurs de sa maison, à son débardeur moulant et ses pompons rouges. Elle avait cru comprendre qu'une fois atteint un certain niveau dans le club, elle pourrait garder sa tenue pendant les cours. Elle avait hâte. Porter du noir toute la journée était déprimant. De la couleur ! C'était le premier secret d'une journée réussis. Mais visiblement, cette école avait beaucoup changé, s’agrandir, s'améliorer, ils ne comprenaient toujours pas cette évidence qui était pourtant un des principes mêmes de la vie d'Éli. 


Eli soupira. Ce n'était pas important dans le fond. Ce qui était important, c'était qu'elle soit la meilleure. Il était temps. Temps qu'elle se bouge pour son club, qu'elle grimpe les échelons et qu'elle s'affirme comme leader d'une troupe. Eli était certaine d'être faite pour ça. Mais elle n'était pas naïve au point de croire que tout lui tomberait dans les mains sans qu'elle ne fasse rien pour. Il fallait provoquer le destin et elle s'était donc donné pour habitudes, tous les mardis après-midi, de se rendre sur le terrain de quidditch et de répéter inlassablement une succession de mouvement qu'elle avait appris. Sa baguette à la main, elle s'était découvert une élégance dont elle était particulièrement faible et ses progrès évidents lui ne donnait que plus envie encore de s'acharner au travail. 


Eli avait bien remarqué qu'une autre fille ne venait ici au même moment que son propre rendez-vous. C'était une joueuse de quidditch. Parfois, Éli s'amusait à adapter ses mouvements aux tournoiements dans le ciel de sa camarade mais cette fois-ci, elle avait trop besoin de répéter les derniers mouvements qu'elle avait vus l'autre jour au club. C'était la chorégraphie pour le prochain match et il fallait qu'elle soit la meilleure. Si elle était la meilleure, elle pourrait être devant, faire partie de l'élite.


Un pompon dans la main gauche, sa baguette et le second dans la main droite, et Éli fit un mouvement sur la droite, un demi-tour lent ou elle répandit de sa baguette une traînée d'étoile et BOUM. Eli fut bousculé ce qui l'arrêta dans ses mouvements et se retourna pour faire face à celle qui venait de lui rentrer dedans. 

« Désolé,  est-ce que ça va ? »

Elle semblait essoufflée et en voyant sa mine, Éli relia sa course à la balle qu'elle tenait dans les mains et l'en remercia intérieurement. Elle n'aurait pas supporté d'avoir un bleu. Quelle horreur ! Eli lança un grand sourire à la joueuse. 

« Je vais bien. Merci d'avoir volé jusqu'ici. J'étais tellement concentrée...je ne l'avais pas entendu arrivé. »

La joueuse de quidditch frotta son épaule et Éli fronça le regard. « Et toi ? Est-ce que ça va ? » 

Mais son regard était arrêté sur les pompons de la gryffondor. Eli ne pouvait s'empêcher d'en sourire, parce qu'elle avait ce regard qu'elle avait elle-même eut une fois ; les couleurs, la brillance que dégageaient ces pompons, ils étaient presque hypnotisant ! Le jour où elle en avait vu pour la première fois, elle s'était juré qu'un jour viendra ou ce serait elle qui les tiendrait. 

 « Alors c’est toi qui danse pendant les matchs ? » 


Elle l'avait remarqué ! Eli n'avait jamais été aussi fiere. Quoi que c'était sûrement à cause des pompons, et pas à cause d'elle qu'elle faisait cette remarque, mais lors du prochain match, elle la remarquerait. 


« En effet ! Et toi qui vole avec les balles ! Elliope Canah. Future Chef des Pompon girl ! » Eli lui fit un clin d'oeil tout en lui tendant sa main.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1638

MessageSujet: Re: Souaffle et compagnie [E.C] Jeu 3 Juil - 15:18

Au sein du club de Quidditch, je n’avais pas mis longtemps pour comprendre qu’il fallait savoir se faire sa place et la mériter. Bonus : encore plus lorsqu’on était une fille. C’était ce sentiment de déjà vu, parce que malheureusement, c’était une situation qui m’était familière. De là où je venais, ce n’était pas sur moi que les projecteurs étaient braqués, même s’ils ne se gênaient pas pour m’aveugler quand même. Même si c’était le deuxième nom que je portais, ce n’était pas mon nom qu’on scandait pour retenir un sourire dans la boite à images qu’était l’appareil photo. Et pourtant, personne ne s’était jamais rendu compte de quelle pouvait être la pression d’être la fille d’Alexandra Richards, parce que si mes exploits étaient à peine remarqués, parce qu’après tout je ne faisais que suivre la ligne du succès que ma mère avait déjà tracé, rendant soi disant tout plus facile pour moi (je savais lire les tabloids lorsqu’ils me tombaient sous la main) c’en était une autre lorsqu’il y avait le moindre et qu’on était considéré comme pas à la hauteur. Je n’avais jamais commis d’impair, pas que je me souvienne du moins, parce que la menace avait toujours été présente, cette crainte je l’avais, même si je ne l’avais clairement jamais formulé.

Celle de décevoir.

Je mis pied à terre – tout portait à croire que la séance allait être écourtée. Je fis un signe en direction de mes partenaires malgré tout pour leur indiquer que tout allait bien, et ces derniers reprirent leurs occupations, en se plaçant à l’autre bout du terrain, afin d’éviter de refaire la même bêtise.

- Je vais bien. Merci d'avoir volé jusqu'ici. J'étais tellement concentrée...je ne l'avais pas entendu arrivé.

J’indiquai ce que je tenais dans les mains.

- C’est pour ça que c’est pratique d’être sur le terrain en volant sur un balai,
la vitesse n’était pas la même, la précision et les réactions non plus. Par contre tu l’aurais bien senti, si tu veux mon avis, remarquai-je parce que vu la force avec laquelle il avait été lancé, nul doute qu’elle aurait connu les joies de l’infirmerie.

Je pris une inspiration plus forte que les autres, tout en me tenant l’épaule. Je détestais ce genre de douleur – celle qui était vive, temporaire, parce que je savais que ça n’allait pas durer, mais bon sang, ça faisait un mal de chien !

- Et toi ? Est-ce que ça va ?

- Oui, dis-je avec une certaine assurance, par simple réflexe, mais n’empêche que j’avais bien envie de faire la grimace. Disons que normalement, c’est pas trop à ca que je suis habituée, mais j’imagine que ça va changer maintenant.

On nous avait prévenu : le Quidditch, ce n’était pas un sport pour les chochottes et quand j’avais entendu ça, au fond de moi, il y avait cette détermination à prouver que je méritais ma place sur un balai volant, alors qu’avant, je n’en avais jamais fait de ma vie, et que cette dernière se résumait d’ailleurs au luxe et aux paillettes et pas à une simple queue de cheval pour ne pas avoir les cheveux dans les yeux en jouant. J’en étais capable. Et si les autres ne le croyaient pas, j’allais le leur prouver.

Ainsi qu’à moi même.

- En effet ! Et toi qui vole avec les balles ! Elliope Canah. Future Chef des Pompon girl !


Vraisemblablement, je n’étais pas la seule ici à vouloir mettre en avant sa volonté et à dépenser toute son énergie dedans. Pour une fois que je pouvais la voir de près et à présent qu’elle m’avait dit son nom, il me semblait bien que nous étions dans les mêmes cours… Et la même maison. Comme je n’avais pas de points de repères, je me raccrochai à ce que je connaissais à peu près pour ne pas être totalement paumée c’est à dire ma maison Gryffondor.

Je restai légèrement interdite devant cette main tendue – normalement, c’était des hommes adultes qui me saluaient de cette manière lorsque j’étais en compagnie de mes parents, et pas une personne que je pouvais regarder droit dans les yeux sans avoir à les lever. Comme j’avançais lentement mais sûrement dans Poudlard, la phase où j’étais un peu plus craintive de tout s’effaçait peu à peu pour laisser place à l’envie de la découverte, tout comme des nouvelles altercations. En fait être au milieu des autres enfant ne me déplaisaient pas, même si certains étaient bêtes… parce qu’ils avaient un réflexion immature que je ne comprenais pas. J’avais évolué au milieu d’adulte, alors très tôt, j’avais essayé de calquer ma logique à la leur. Et encore, parce que ce n’était pas celle des petites gens lambda, une expression que ma mère utilisait assez souvent, même si juste après elle insistait pour que je réalise bien que c’était grâce à ses fans qu’elle était si populaire et qu’il fallait savoir le leur rendre le plus justement possible. Je finis par serrer sa main.

- Prépare bien ta choré alors, parce que tu devras la refaire lorsqu’on gagnera la coupe de Quidditch ! On nous avait expliqué que les premières années ne participaient pas aux matchs officiels, mais ça faisait quand même rêver.

Je fis moi même surprise de ma propre audace en lui affirmant cela. Comme si la mise en confiance qu’elle adoptait me portait à mon tour, pour lui montrer qu’elle n’avait pas non plus affaire à n’importe qui.

- Moi c’est Leigh Gallagher,
je commençais aussi à prendre l’habitude qu’on ne me saute pas dessus dès qu’on me voyait ou qu’on entendait mon prénom. Mais c’était toujours impossible pour moi de dire si être incognito me dérangeait ou pas, parce qu’il y avait beaucoup d’inconvénients… Mais aussi pas mal d’avantages, et si je pouvais garder tous les avantages… Mais je crois que tu es aussi à Gryffondor ? C’est pour ça qu’on est toujours ici en même temps, du coup, réalisai-je enfin. Ca fait longtemps que tu fais ça ? demandai-je à propos d’être pompon girl, ça je connaissais, parce que ça changeait pas trop du monde des moldus. Mais comme le Quidditch était tout nouveau pour moi, forcément, je m’interrogeai…

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Souaffle et compagnie [E.C]

Revenir en haut Aller en bas

Souaffle et compagnie [E.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» Les Annales de la compagnie noire
» La Compagnie médiévale
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miam Hibou :: Bibliotheque :: Miamhibou's Chronical-