Partagez|

Il suffit de fermer les yeux - Leigh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mar 10 Juin - 22:07


Déambulant dans les couloirs avec cette insouciance propre à l'enfance qui faisait briller ses yeux dès qu'elle rencontrait un tableau avec qui elle ne manquait pas d'échanger quelques mots Isis profitait pleinement de ses premiers jours à Poudlard. Elle adorait se balader dans le château, se perdre dans les couloirs – ce qui lui donnait une bonne excuse pour arriver en retard en cours parce que la jeune fille avait très vite comprit qu'ils ne la captiveraient pas tous. Cela faisait seulement cinq jours qu'elle était là mais, déjà, Isis se sentait à l'aise, faisant virevolter ses cheveux blonds partout où elle le pouvait. Elle avançait sans but précis, suivant des groupes d'élèves plus âgés qui, elle n'en doutait pas, allaient la mener dans des endroits fantastiques.

Poudlard était une découverte pour elle.

Certes, elle avait été élevée en connaissance de cause, son père était un sorcier qui lui parlait quelques fois de magie mais il n'en usait pas fréquemment. Plus depuis qu'il était divorcé mais certaines habitudes restaient comme celle de ne pas faire de magie pour rester son ancienne femme. Une question d'éducation d'après la mère d'Isis, persuadée qu'elle aurait moins d'autorité que son mari si celui-ci agitait sa baguette devant le nez de sa fille. Isis n'avait donc pas le même émerveillement que les nés-moldus mais elle n'en était pas loin. Poudlard était un nouveau terrain de jeu, un endroit à découvrir avec des limites à tester, des secrets à découvrir et cela lui mettait l'eau à la bouche. C'est pourquoi elle vagabondait, les cours à peine finis alors qu'elle aurait dû travailler à la bibliothèque mais, franchement, il y avait un tas de choses plus intéressantes à ses yeux. La jeune blonde n'avait pas peur de se perdre car elle avait cette croyance naïve qu'elle finirait toujours pas retrouver son chemin. Pour l'instant cela avait plutôt marché mais c'était surtout grâce à sa bonne mémoire et à son sens de l'orientation.

Isis était justement en train de suivre un groupe de troisième année, Serdaigle d'après leur blason, qui riaient haut et fort. Quelque part, la jeune fille enviait leur complicité. Évidemment qu'elle ne venait que d'arriver et qu'elle ne pouvait pas se faire des amis en trente secondes mais elle espérait trouver un groupe aussi soudé elle aussi. Ce qui ne l’inquiétait pas outre mesure vu qu'elle s'entendait déjà très bien avec ses condisciples de Poufsouffle. Mais pour l'instant elle surtout en quête d'un nouvel endroit. Elle les suivit deux trois minutes, monta du deuxième au troisième étage et ouvrit grand la bouche – et les yeux – en tombant sur une petite cour fleurie, calme en bref un endroit où Isis allait aimer passer du temps. Elle observa la place un moment, serrant la petite peluche qu'elle avait pris avec elle, dissimulée dans sa poche droit. Isis adorait les peluches, elle en avait des tas et en traînait toujours une avec elle même si, pour citer son père « ça ne fait pas très sérieux ». Pourquoi, à douze ans, aurait-elle eu envie de faire sérieux ? Et d'abord, ça voulait dire quoi faire sérieux ? Autant de questions qui traînait dans la tête de la première année et qui ne trouvaient pas de réponse.

La Poufsouffle fit deux pas, un avant et un gauche pour mieux observer un plan de fleurs pas loin d'elle. Ce fut à ce moment là qu'elle remarqua qu'une de ses camarades était là aussi. Isis courut vers elle à grands pas pour lui dire qu'elle trouvait cet endroit merveilleux. Ce qu'elle fit d'ailleurs. Les deux jeunes filles discutèrent un moment, une troisième les rejoignit, elles continuèrent à papoter tout en faisant le tour de la cour. Isis s'arrêta à un moment, apercevant une silhouette, seule à l'autre bout de la cour. Elle plissa les yeux et laissa ses nouvelles copines d'école pour observer de plus près l'intrigue silhouette qui s'avéra très vite n'être pas si intrigante que ça. Isis la connaissait ! Elle avait été répartie en même temps qu'elle ! Isis se rapprocha. Gryffondor si ses souvenirs étaient bons et son prénom c'était...


« … Leigh c'est ça ? », demanda Isis à peine arrivée devant sa camarade. « Je me rappelle de toi, je m'étais dis que t'avais un joli prénom à la cérémonie », continua la Poufsouffle toute contente de s'en souvenir.

Isis tourna la tête, aperçut que personne ne se souciait d'elles et fronça un sourcil. Il y avait un tas de monde, tout le monde connaissait quelqu'un ici, sauf la Gryffondor visiblement.


« Pourquoi t'es toute seule ? » Parce qu'Isis trouvait ça triste et curieux à la fois. Et puis, elle n'aimait pas laisser les gens tout seul ils finissaient par devenir bougons et, au final, ça nuisait à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mer 11 Juin - 14:54

Cela ne faisait que quelque jours, mais Poudlard, c’était le genre d’école à laquelle on se faisait assez vite, parce que chaque matin, chaque après midi et chaque soir avait son lot de surprises et je me trouvais encore dans cette phase où il y avait trop de nouveautés à chaque coin de couloir pour que je m’en lasse. J’avais toujours cette petite excitation lorsqu’il s’agissait de donner son mot de passe à la Grosse Dame pour rentrer dans ma salle commune – il y avait quatre maison et moi, j’étais allée dans celle de Gryffondor. Le chapeau qui parlait avait expliqué le soir de la cérémonie qu’il y avait des vertus pour chacune, et la mienne c’était celle du courage – depuis par de quelconques moyens, je tentais de m’identifier à elle. Il n’y avait pas que le tableau de la Grosse Dame qui parlait, ils parlaient tous en fait et si la première fois j’avais sursauté parce que l’un d’entre eux m’avait apostrophé sans que je m’y attende, ils faisaient partie du paysage eux aussi. Les photos bougeaient toute seule elles aussi, les escaliers s’animaient quand bon leur semblait, alors je les franchissais toujours très vite pour ne pas me perdre – même si même sans ça, c’était arrivé – et les repas apparaissaient tout seul dans les assiettes. Tout se faisait tout seul.

Je n’étais pourtant pas de si bonne humeur que ça lorsque je m’assis sur l’un des bancs d’une tour avec raider – façon que j’avais d’exprimer toute la frustration que j’avais vis à vis des nombreuses règles qu’on nous imposait en tant qu’écoliers. Comme se coucher à une certaine heure, ne pas se balader dans les couloirs la nuit, ne pas aller dans la forêt qu’il y avait en bordure du parc… On ne m’avait jamais imposé de limites, parce que dans mon monde à moi elles étaient constamment en mouvement et on les repoussait sans arrêt, alors qu’ici… Qu’ici c’était le même tarif pour tout le monde, et même si la nourriture était très bonne, je préférais manger de la purée plutôt que des petits pois !

Pour reprendre, chaque jour à Poudlard se résumait à ça : de nombreuses sources d’émerveillement parce que je découvrais un univers qui m’était totalement inconnu, mais en contre partie, je devais me plier aux exigences du règlement… qui était à revoir de mon avis, parce que dire qu’il y avait des créatures magiques dans la forêt, c’était bien justement ce qui me donnait l’envie encore plus d’aller y faire un tour.

Je pris une profonde inspiration avant d’expirer, le cœur serré, comme à chaque fois que j’étais confrontée à une nouvelle interdiction, et je n’aimais pas ce sentiment d’enfermement que cela me procurait, alors que du haut de mes onze ans, j’avais déjà visité tant de villes et d’autres endroits pour avoir envie de me limiter à un parc et quelques arbres.

Au moins, ça m’avait permis de voir l’arrivée d’une fille qui se trouvait de l’autre côté de la cours… et qui à présent était près de moi. Je battis des paupières, bouche close.

- Leigh c'est ça ?  Je me rappelle de toi, je m'étais dis que t'avais un joli prénom à la cérémonie.

Avec tout ce qui s’était enchaîné, pour ma part, j’avais fait le tri de l’importance pour chaque fait et retenir le prénom des autres n’avait pas fait partie des priorités. Toutefois, je dessinais un sourire sur mes lèvres à cause du compliment – quel qu’en soit la nature, je n’y étais jamais insensible, aussi au lieu d’envisager ce visage entouré de boucles blondes comme un antagoniste, ce qui m’arrivait encore par réflexe depuis que j’étais ici – je la voyais plus comme une âme chaleureuse qui détendit le nœud qui se trouvait dans mon estomac.

- Pourquoi t'es toute seule ?


J’entre ouvris la bouche, mais en fait, je ne savais pas quoi répondre. C’était juste qu’en fin de compte, je n’allais pas vers les autres, et j’attendais que les autres viennent à moi, sauf qu’ils ne le faisaient pas, et je m’isolais volontairement. En fait, j’étais déstabilisée par le comportement des autres tout simplement parce qu’il n’était pas celui auquel j’étais habituée. Les sorciers n’avaient aucune idée des personnes qui étaient célèbres chez les moldus, et donc ça voulait dire qu’ici… j’étais comme eux. Invisible et noyée au milieu des autres uniformes aux teintes noires et grises et m’en insurger, je l’avais rapidement comprit aurait équivaut à me tourner en ridicule, alors je gardais ces faits en silence, mais n’en restait pas moins perdue, à cause de toutes ces nouvelles habitudes.

- Je connais personne
, lui expliquai-je alors, ne sachant pas vraiment par où il fallait que je commence. Je n’étais pas vraiment gênée d’engager cette conversation, parce que j’avais toujours été entourée de monde et le contact m’était facile – c’était juste qu’il différait à présent, et j’avais du mal à trouver des marques. Ou alors je leur ai parlé qu’une fois, et après, je sais pas où ils vont. Ils se volatilisaient, le château était tellement grand.

Je balançais mes jambes, observant mes chaussures réglementaires. Je ne les trouvais pas très belles.

- Toi, tu es qui ? La questionnai-je en me tournant vers elle, car elle savait mon prénom – et depuis un certain temps visiblement, mais je ne savais toujours pas le sien. C’est quoi ta maison ? rajoutai-je avec curiosité, avant de me dire que j’étais bête parce qu’on portait tous le blason de notre maison, mais tout ça m’était inconnu et nouveau, alors il y avait des choses que j’oubliais.

Secrètement j’avais espéré l’espace de quelques secondes qu’elle me dise Gryffondor, mais ses couleurs indiquaient le contraire. Jaune et noir… c’était… Poufsouffle.

- Je savais pas qu’il y avait une cour là avant, fis-je remarquer parce que je l’avais découverte par hasard aujourd’hui même. Je sais pas si j’arriverai à la retrouver ensuite !

Déjà, il fallait que je me soucie de comment j’allais retrouver ma salle commune…

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mer 11 Juin - 20:59

« Tourne ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler », répétait sans cesse la mère d'Isis à cette dernière. Isis n'avait jamais bien compris pourquoi, à quoi bon penser si on ne pouvait pas s'exprimer ? Pourquoi devait-on toujours contrôler ses paroles ? N'était-ce pas hypocrite ? De toute façon, ce n'était pas méchant, pourquoi quelqu'un se fâcherait-il ? Tout le monde utilisait des phrases maladroites de temps en temps. Isis y avait pensé parce qu'elle était sûre que sa mère lui aurait fait un petit sermon en entendant sa question. Elle lui aurait même dit de laisser Leigh toute seule mais Isis n'en avait pas envie. Personne n'aimait être tout seul ! Ça faisait trop mal au cœur. Un jour, la jeune blonde avait connu ça elle aussi. Lorsque ses parents avaient divorcé elle avait été comme Leigh, seule sur son banc, personne n'était là à côté d'elle. Alors, tout avait changé.

« Je ne connais personne », expliqua la Gryffondor. Isis fronça les sourcils mais... il y avait plein de monde dans l'école ! Et, sans un mot, elle s'assit à côté de Leigh. « Maintenant tu me connais moi ! », déclara Isis avec un grand sourire. Ce n'était peut-être pas tout à fait vrai, elles venaient juste de se rencontrer mais elles se connaissaient, un petit peu, pas beaucoup mais un petit peu. « Tu verras, les élèves sont sympas ici. » Et puis il y avait de tout, elle ne pouvait pas ne pas trouver quelqu'un avec qui elle s'entendrait super bien.

De toute façon, tout était merveilleux pour Isis. Le matin-même elle avait trouvé génial la petite pyramide qu'ils – qui était ce ils était encore une autre des questions d'Isis – faisaient avec des tranches de pain. Elle était persuadée qu'à leur place elle aurait fait quelque chose d'horrible. Et puis les grandes tables comme ça, les bancs longs qui lui donnaient l'impression de faire un pique-nique en montagne en famille... Tout ça c'était magique !


« Ou alors je leur ai parlé qu’une fois, et après, je sais pas où ils vont. »
« Ils ne t'attendent pas ? »


Ça c'était méchant ! Isis se pinça les lèvres pour montrer qu'elle n'était pas contente et réfléchit. C'était une triste histoire. Jusqu'à présent ses camarades l'avaient toujours attendu, sans doute parce qu'elles étaient aussi perdues qu'elle et, justement, cela renforçait leurs liens qui naissaient à peine. C'était comme laisser quelqu'un sur le bord de la route alors qu'il faisait du stop ; c'était pas cool ! Bon évidemment, s'il demandait à être emmener à un endroit particulier qui nécessitait un détour – et de l'essence – ce n'était pas génial non plus... mais déjà mieux que de laisser quelqu'un dans le besoin ! Parce que Leigh, elle semblait être dans le besoin.

« Toi, tu es qui ? » Ah oui ! La Poufsouffle avait complètement oublié ça ! « Isis ! »
« C’est quoi ta maison ? » « Poufsouffle ! », répondit fièrement la jeune fille.

Isis était très contente que le choixpeau l'ait mise dans cette maison. Elle n'était, certes, pas toujours très patiente mais la loyauté ça lui parlait ! A la réflexion elle se serait bien vue dans toutes les maisons mais celle des jaunes et noirs c'était très bien. La seule chose qui lui échappait encore c'était l’emblème de leur maison, pourquoi un blaireau ? Enfin, ça devait être très gentil les blaireaux. De toute façon Isis aimait tout le monde, c'était bien plus pratique. Les disputes et les bagarres ça ne lui plaisaient pas, elle ne comprenait pas pourquoi on tenait absolument à se faire mal. C'était stupide, et inutile aussi. Ces gens-là la jeune fille ne les appréciait pas vraiment, elle restait à l'écart et se contentait de leur dire bonjour avec un petit sourire, ça passait toujours très bien.


« Je savais pas qu’il y avait une cour là avant », remarqua Leigh. Oh ! Comme ça elle n'était pas la seule à découvrir de nouveaux endroits jour après jour ! C'était formidable tout de même tout ça. De nouveaux endroits à tous les coins de couloirs. Pourlard c'était un peu un monde merveilleux. « Je sais pas si j’arriverai à la retrouver ensuite ! »

Isis lui lança un regard l'air de « je sais que tu dis des bêtises ». Dans quelques temps elle ne doutait pas que tous les élèves connaîtraient le château comme leurs poches elles comprises. Il fallait juste un de motivation et la certitude qu'on allait y arriver.

« Bien sûr que si ! On va tout visiter tu vas voir ! Tu veux bien faire ça avec moi hein ? », demanda la petite Poufsouffle, brutalement inquiète. Généralement on ne la repoussait pas mais elle avait tout de même une légère pointe d'appréhension. Peut-être que Leigh aimait réellement la solitude, mais vraiment pas comme ceux qui disaient que oui alors que non. « Il y a un endroit que tu voudrais voir en particulier ? »

Isis était lancée et toute excitée à l'idée d'avoir une partenaire avec qui partager ses découvertes architecturales. Et puis, elle avait entendu de parler d'un tas de lieux intrigants depuis qu'elle était arrivée ici ! Rien que la volière, elle rêvait d'y mettre les pieds !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Jeu 12 Juin - 18:01

Poudlard fonctionnait comme une unité. Elle découlait des différentes maisons qu’il y avait dans l’école, et j’avais très vite ressenti la fierté d’appartenance à un groupe qu’il y avait rien qu’à l’intérieur de la mienne – Gryffondor – par exemple, sans pour autant m’y sentir intégrer.

Famille. C’était le terme qu’ils avaient employé le soir de la cérémonie de répartition où nous avions tous été envoyés dans les différentes couleurs, afin de nous trier un peu (à ce propos je n’avais pas trop aimé cette manière qu’ils avaient de nous traiter comme du bétail, quand on faisait toujours attention à ce que je ne me mêle pas aux autres). Désormais, les gens présent à ma table était ma famille, le problème, c’était que j’avais du mal à voir en quoi elle aurait pu être parce que la mienne, elle n’était pas du tout comme ça, elle n’avait même rien à voir. Papa et moi, même si on avait toujours suivit maman à travers nos déménagements et nombreux déplacements, on restait papa et moi. Et à côté, il y avait maman. La preuve qu’elle était différente, parce qu’elle ne portait même pas le même nom de famille que nous ! Enfin, moi, j’avais les deux, mais elle, elle ne s’appelait que Richards. Et moi dans ma « famille » on avait beau partir en voyage ensemble, jamais nous ne l’avions été. Souvent, maman était occupée ailleurs et n’était pas à la maison. Souvent, j’étais restée toute seule, à part lorsqu’il s’agissait de m’exhiber. Ce qu’elle ne savait pas, c’était que ça, je l’avais compris. Même lorsque nous étions présente, toutes les deux côte à côte, devant les photographes, nous n’étions pas, « ensemble ».

- Maintenant tu me connais moi !

La fille blonde, de sa présence, avait percé la bulle de solitude que je m’étais créé – souvent ça arrivait par réflexe, parce que c’était aussi une manière pour moi de me protéger de tous les vautours qui me tournaient sans arrêt autour. Mais pour le coup, elle ne ressemblait pas vraiment à l’une d’entre eux.

- Tu verras, les élèves sont sympas ici.

Je haussai vite fait les épaules, pour ne pas chercher à la contredire. Elle parlait comme si elle avait deviné d’où je venais, et que j’avais été propulsée dans une dimension parallèle, alors une fois de plus je demeurais muette. Moi je ne savais pas s’ils étaient sympas, justement. D’ailleurs je lui expliquais comment j’avais vécu mes premiers jours à Poudlard.

- Ils ne t'attendent pas ?


Je fronçai légèrement les sourcils.

- Ben en fait, on discute, puis eux ils sont déjà avec leurs amis et ensuite ils s’en vont faire autre chose ensemble et ils me proposent pas de venir. Et puis ben moi je les suis pas du coup. Ca sonnait un petit peu bizarre maintenant que c’était formulé à haute voix, mais je ne savais pas non plus comment l’exprimer autrement.

Ca se passait toujours très bien quand on parlait et tout, mais dès qu’il venait le moment où chacun retournait vaquer à ses occupations, eux ils le faisaient de leur côté, et eux, moi le faisais du mien – seule.

Isis, comme elle venait de ma dire son prénom m’informa également de l’emblème dont elle faisait partie, pendant que devant nous, un groupe de Serpentard passait devant nous en riant fort et avait attiré mon attention, temporairement. Ah… mais peut être qu’en fait ce n’était pas Serpentard, parce que je mélangeais encore un peu les noms qui allaient avec les couleurs, parce qu’en plus il y avait deux maisons qui commençaient par S, alors qu’en fait peut être qu’ils appartenaient aux rang de… Zut ! Voilà que maintenant c’était ça que j’avais sur le bout de la langue !

- Bien sûr que si ! On va tout visiter tu vas voir ! Tu veux bien faire ça avec moi hein ?

J’arrêtais finalement de faire gesticuler mes jambes dans le vide, comme cet interruption faisait écho au soulagement qui venait de naître dans ma poitrine.

- Oui, d’accord, en plus on sera deux à réfléchir, si jamais on finit par se perdre !
rajoutai-je, et tout à coup, j’avais presque envie de me perdre, là, maintenant, tout de suite, juste pour voir. En fait, c’était pas si compliqué que ça de discuter avec des gens de son âge. En plus le sujet de conversation, il était mieux que de débattre pendant un quart d’heure sur la couleur de jupe à porter pour sortir hors de la villa… J’adorais toutes mes jupes, plus que celle de l’uniforme qu’on portait là, c’est clair, mais c’était ennuyeux d’attendre sur le lit pendant qu’il y avait enfin quelqu’un qui préférait le bleu pâle au rose fushia…

- Il y a un endroit que tu voudrais voir en particulier ? Interrogea la Poufsouffle, et je secouai la tête d’avance.

Encore dans un mouvement, cette fois destiné à occuper mes mains, j’enroulais une mèche de cheveux autour de mon index, avant de répondre à la question :

- A part les salles de classes, je sais pas trop ce qu’il y a à voir.
Bien sûr il devait avoir plein de lieux qui n’étaient pas des salles de classe parce que c’était un château si grand qu’il ne pouvait pas en être autrement. Enfin, tu voix ce que veux dire, en espérant que oui, elle voyait où est-ce que je voulais en venir.

C’est en croisant ses iris que le nom me revint brutalement : c’était Serdaigle ! Le nom de la maison que je cherchais ! Cette petite contrariété se dissipa enfin, et finalement, je me laissais convaincre par l’enthousiasme de ma camarade, oubliant totalement que tout ceci, papoter avec une fille de onze ans, et rigoler avec elle, c’était contraire à tout ce que j’avais fait jusqu’à présent. Il fallait dire que ses propositions, aussi, elles étaient bien plus alléchantes que de rester toute seule !

- Tu sais que j’ai entendu qu’il y avait des passages secrets dans Poudlard ?
J’avais surpris des gens le dire dans ma salle commune qui en parlaient entre eux. Depuis ça m’avait fait rêver parce que je songeais aux livres que j’avais lu ou les princesses en découvraient, dans de grands châteaux comme celui là. Viens un a qu’à voir si on en trouve pas ! m’exclamai-je, ravie de cette perspective, et enchantée finalement d’avoir une seconde personne pour me tenir compagnie.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Dim 15 Juin - 11:49


Toute cette discussion donnait à Isis l'envie d'aller plus loin ; de connaître mieux la Gryffondor et d'explorer tous les recoins cachés du château. Cette idée lui donnait envie de se mettre à danser et/ou de courir comme une idiote vers l'un des coins secrets du château. Enfin secret... tout le monde les connaissait mais lorsqu'on arrivait à Poudlard, les trouver, c'était un peu une aventure. Et Isis adorait les aventures ! Elle croisait les doigts pour que ce soit le cas de Leigh tout mais, après tout, c'était une Gryffondor et si ce que les autres disaient sur sa maison était vrai il n'y avait pas de raison qu'elle s'inquiète et tous les couloirs et salles allaient s'ouvrir à elles. Comme ça, cela permettrait aussi à Leigh de parler un peu parce qu'Isis avait l'impression que personne ne l'avait vraiment écouté depuis qu'elle était à Poudlard ; heureusement pour elle Isis avait un don pour l'écoute – enfin, quand ce n'était pas trop long et trop barbant quand même parce qu'il y avait des soucis qu'elle ne comprenait pas trop.

« Ben en fait, on discute, puis eux ils sont déjà avec leurs amis et ensuite ils s’en vont faire autre chose ensemble et ils me proposent pas de venir. Et puis ben moi je les suis pas du coup. »

Oooooh.

Tout ceci rendait Isis très triste. Deux choses tout particulièrement avaient fait disparaître son sourire : le ton de la voix de Leigh, comme s'il s'agissait d'une banalité affligeante et, bien évidement, le fait qu'ils ne lui proposent pas de rester avec eux. Quand on venait d'arriver et qu'on était seul on avait besoin d'une main tendue, d'être entourée, de se faire des amis, de comprendre qu'on faisait parti d'un groupe !  Personne n'avait le droit de refuser ça à Leigh. Personne et ils étaient tous stupides si cela ne les dérangeait pas. Du coup, Isis étais drôlement contente de lui proposer de l'accompagner dans ses recherches comme ça, même si ce n'était pas son activité favorite – et si c'était le cas elles la feraient après ! - au moins elle ne serait pas toute seule. Les deux filles allaient pouvoir discuter, rigoler et trouver plein d'endroits où s'amuser !


« Oui, d'accord » Ouuuuuuuuuf. « en plus on sera deux à réfléchir, si jamais on finit par se perdre ! »

Youpi !  Isis applaudit avec joie.

Le château n'était tout de même pas si grand – d'accord, si mais bon. Et puis, au pire elles demanderaient leur chemin à un élève plus âgé qui semblait sympathique ou à un professeur qui se ferait une joie d'aider des premières année. Elles étaient toutes gentilles et aucune des deux n'avait l'air d'être une mauvaise élève tout ça irait très bien. En plus, et bien, il y avait toujours un tas de monde dans les couloirs. Au pire, tant pis elles trouveraient bien, et puis, Isis trouvait toujours – parce qu'elle était toujours persuadée qu'il y avait toujours une solution.


« T'inquiète pas, je me retrouve toujours ! », annonça Isis, une légère pointe de fierté dans la voix. Elle pouvait se le permettre puisque la jolie blonde ne se perdait que très rarement et se souvenait généralement très bien de là où elle venait. En plus elle avait une bonne notion des distances. Pas de quoi s’inquiéter au final.

« A part les salles de classe, je ne sais pas trop ce qu'il y à voir », expliqua Leigh. « Enfin, tu voix ce que veux dire. »

A vrai dire, non, Isis ne voyait pas bien... Mais elle hocha tout de même la tête pour marquer son accord parce qu'elle savait une chose : elle n'avait aucune envie de visiter de leurs salles de classe. Elles les verraient bien assez tôt et passeraient bien assez de temps dedans, à écouter un professeur parler en utilisant des mots qu'elle ne comprenait pas. De quoi donner à Isis l'envie de dormir pendant une journée entière mais enfin, elle était là pour travailler elle allait donc devoir s'y mettre qu'elle le veuille ou non.

« Tu sais que j'ai entendu qu'il y avait des passages secrets dans Poudlard ? » Ah oui ! Isis aussi en avait entendu parler ! Par son père cette fois-ci qui s'était un jour vanté d'en avoir trouvé un ! Tiens, et si elle le disait à Leigh ? « Papa en a trouvé un une fois ! » Mais il ne lui avait pas dit où... Isis se promit de lui envoyer une lettre pour lui demander plus d'informations à ce sujet. Elle espérait qu'il se presserait de répondre mais, le connaissant, elle allait devoir attendre quelques temps.

« Viens un a qu'à voir si on en trouve pas ! »

Comme seule réponse Isis sauta du banc où elle était assise. En avant marche ! Elle adressa un magnifique sourire à Leigh et commença à traverser la cour – ce n'était pas là qu'elles allaient en trouver un. Mais d'ailleurs, comment est-ce qu'elles trouveraient un passage secret ? Il s'ouvrirait comme ça, pouf, devant elles ? Sûrement pas, il leur faudrait sans doute examiner de très près les murs. La Poufsouffle s'arrêta dans sa marche et se tourna vers la Gryffondor.

« A ton avis, comment on trouve un passage secret ? On doit taper sur les pierres pour voir si ça sonne creux ? »

Elle avait vu ça un jour, dans un film.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mar 17 Juin - 13:38

- Papa en a trouvé un une fois !

Les rumeurs étaient donc confirmées et une pointe d’excitation, à l’idée de me dire que peut être j’avais marché dans un couloir où il y en avait un, grandit en moi. Mais où ? Un passage secret n’était pas nommé « secrets » pour rien, alors pour mettre la main dessus, ça s’avérait plus compliqué… Je me demandais si l’un de ces vieux hiboux de fantômes pourraient nous donner quelques indices, parce que, c’était certains qu’ils en connaissaient des tonnes, et la tâche leur était encore plus simplifiée, parce qu’ils pouvaient traverser les murs, alors forcément, ça avait de quoi faire des envieux.

- Je me demande où est-ce qu’ils mènent, ça doit être trop bien de trouver un endroit que personne ne connaît qui est juste sous leur nez !


Ca me rappelait un peu la maison – lorsque je n’étais pas contente, j’allais me cacher dans le recoin d’une pièce, parce qu’à  la maison c’était pas ça qui manquait, sauf qu’il n’y avait jamais personne pour venir me chercher. Maman m’appelait parfois plusieurs fois, mais comme il n’y avait aucune réponse, rapidement elle passait à autre chose, en se disant sans doute que j’allais certainement finir par refaire surface à un moment ou à un autre… Ce qui finissait généralement, parce que toute seule, je m’ennuyais, donc en général le jeu se terminait bien vite et ce n’était jamais moi qui gagnait.

- A ton avis, comment on trouve un passage secret ? On doit taper sur les pierres pour voir si ça sonne creux ?

Au moins avec Isis, on se posait les mêmes questions – on avait du pain sur la planche. Un hibou majestueux traversa la cour, avant de regagner les hauteurs. Je levai la tête pour suivre le mouvement : c’était sûrement qu’il allait rejoindre sa volière, ainsi que ses autres congénères.

Je me mis sur mes jambes moi aussi pour suivre Isis sur sa lancée. Chercher des passages secrets, ce n’était sûrement pas une activité que j’aurais fait en temps normal, en même temps, est-ce qu’on pouvait vraiment employer ce terme, alors que c’était quand même à Poudlard qu’on était. Donc… c’était comme ça ? C’était comme ça que les autres enfants ils faisaient pour s’amuser ? Ce n’était pas que je ne jouais jamais… Les jeux étaient un peu différents, c’était comme de jouer à la poupée en fin de compte sauf qu’eh bien la poupée c’était moi. En plus c’était pas tout le temps moi qui m’amusais mais plutôt ceux qui se retrouvaient au dessus de ma tignasse et qu’ils considéraient comme une tête à coiffer…

- Ou alors, il y a un bouton invisible sur lequel il faut appuyer pour que ça déclenche un mécanisme ? proposai-je un peu en désespoir de cause parce que je n’en savais strictement rien. Quand tu regardes, les gens qui en trouvent, c’est toujours par hasard que ça se passe, c’est un peu injuste, remarquai-je en fronçant légèrement les sourcils.

Les princesses des livres, c’était toujours quand le moment devenait critique qu’elles arrivaient à s’échapper grâce à la providence et qu’elles s’enfuyaient en pleine forêt la nuit, au son des hiboux qui eux aussi profitaient de leur vie nocturne.

- Tu veux commencer par où ? demandai-je à ma nouvelle copine, parce que l’école était grande. On avançait, mais sans même avoir déterminé avant où est-ce qu’on allait débuter nos recherches. En plus, il faut qu’on fasse attention à ne pas se faire repérer, lui précisai-je parce que si notre comportement était trop bizarre, on allait vite se rendre compte qu’il se tramait quelque chose de pas normal, et on allait se faire prendre la main dans le sac, avant d’avoir eu le temps de dire hibou.

Ce qu’ignorait Isis, c’était que ses initiatives m’enchantaient bien plus qu’elle ne l’imaginait ! Puisque je n’avais jamais fait ça auparavant, c’était un peu comme une découverte, de l’aventure, et je sortais enfin des sentiers battus sur lesquels on m’avait toujours traîné. Sauf que pour une fois, il n’y avait personne pour m’empêcher quoi que ce soit.

- C’est quoi la matière que tu préfères ? demandai-je à la Poufsouffle, parce que comme je me sentais bien en sa compagnie, ça me donnait aussi envie d’être un peu plus bavarde. Je ne la regardais pas cependant parce que j’étais à présent en grande contemplation d’un garçon, plus âgé que nous vraisemblablement qui récompensait d’une friandise le hibou qui se trouvait placé sur son épaule. Il y avait beau dire, ça m’était encore bien peu familier de voir tous ces volatiles se promener un peu partout dans l’école.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Jeu 3 Juil - 22:14

Excitée était un mot faible pour décrire l'état dans lequel était Isis. Existait-il des mots pour dire comment elle se sentait ? Elle n'en trouvait pas, elle était persuadée d'avoir atteint une étape qui était supérieure aux mots, plus grande, plus noble peut-être et surtout beaucoup plus marrante. En tout cas la jeune Poufsouffle était drôlement contente d'y être et elle aimait la sensation, quelle qu'elle soit. C'était le plus beau jour de la vie de la blonde ! Elle était libre et elle partait chercher des passages secrets. Il fallait juste les trouver.

« Je me demande où est-ce qu’ils mènent, ça doit être trop bien de trouver un endroit que personne ne connaît qui est juste sous leur nez ! »

Ca aussi c'était une bonne question !

Isis s'imaginait déjà dans la situation évoquée par Leigh. Elles les voyaient déjà, leurs noms sur toutes les lèvres comme quoi elles avaient découvert le passage le plus ancien et bla et bla. Ou espionner des élèves – ah non, ça c'était mal – ou les professeurs – pas super moral non plus tout ça... mais juste un instant ça ne devait pas faire de mal ! Et puis, il fallait qu'elles profitent de ce qu'elles avaient ! Ou plutôt de ce qu'elles auraient puisqu'elles n'en étaient pas encore là, mais ça viendrait.

Isis hocha vigoureusement la tête, les yeux brillants ; tout ça ça lui donnait envie de trouver un passage secret ! Ou même plusieurs, pourquoi se contenter d'un seul alors que le château devait en contenir des millions ?


« Ou alors, il y a un bouton invisible sur lequel il faut appuyer pour que ça déclenche un mécanisme ? »  Hmmm. Isis hésitait. Elle n'était pas sûre que cette technique marche... mais de toute façon elles allaient toutes les essayer ! « Quand tu regardes, les gens qui en trouvent, c’est toujours par hasard que ça se passe, c’est un peu injuste. »

« C'est faux »
, répliqua la petite Poufsouffle. « Enfin, de temps en temps, oui, mais si on cherche bien on finit toujours pas trouver ! »

Il en fallait bien plus pour décourager la blonde qui regardait fièrement sa camarade. Elle était bien trop contente d'avoir trouvé une copine avec qui fouiller le château pour se laisser aller aussi facilement. Non non, Isis était persuadée qu'elles trouveraient parce qu'elles le voulaient. C'était aussi simple que ça, la motivation faisait tout. Elles reprirent très vite leur chemin, pas de temps à perdre, leurs yeux fouillant les merveilles de Poudlard.

Mais il y avait encore des questions qu'Isis se posait à propos de leur escapade...


« Tu veux commencer par où ? »

C'était une très bonne question et Isis fronça les sourcils en réfléchissant. D'instinct elle aurait répondu les cachots mais elles étaient au troisième étage et descendre leur ferait perdre un temps fou. Elles avaient un tas de choses à faire encore, il fallait qu'elles soient le plus productives possible. La Poufsouffle essaya de se remémorer les différents lieux qui se trouvaient à cet étage : une salle de cours, un endroit avec un tas d'armures – elle était passée là en suivant leur groupe d'élèves qui l'avait conduite ici ! Mais elle avait aussi entendu parler d'une statue...Et les passages secrets ne se cachaient-ils pas toujours derrière des statues ? Un sourire se dessina sur ses lèvres et fit part de ses idées à Leigh :

« Je crois qu'à cette étage il y a une grosse statue, peut-être qu'elle cache quelque chose ? »

Il fallait absolument qu'elles y aillent ! Une statue ça voulait forcément dire passage secret tout le monde savait ça ! Mais si tout le monde savait ça, ne risquaient-elles pas de croiser d'autres élèves ayant eu la même idée qu'elles ?

« En plus, il faut qu’on fasse attention à ne pas se faire repérer. »

C'était évident ! Parce qu'il ne fallait surtout pas qu'on leur pique leur idée et surtout pas leurs passages ! Elles pouvaient toujours dire qu'elles s'étaient perdues si quelqu'un les trouvait là où elles n'avaient pas à être – après tout c'était tout à fait possible tout comme il était possible qu'elles se perdent réellement dans leur quête. Isis hocha vigoureusement la tête et jeta un coup d'oeil autour d'elles – si jamais quelqu'un avait déjà commencé... Elle n'était jamais trop prudente !

« C’est quoi la matière que tu préfères ? »

Elles marchaient, elles marchaient et discutaient. Comme deux filles qui faisaient connaissance tranquillement ! C'était doublement bien ! Un pour leur couverture et aussi parce qu'Isis était ravie de voir que Leigh faisait la conversation, elle voulait vraiment savoir qui était sa camarade et si c'était dans les deux sens c'était encore mieux !

« Histoire de la magie ! », annonça fièrement la Poufsouffle. « Et toi ? »

A vrai dire, elle était un peu inquiète. Ses camarades s'étaient pour la plupart endormis pendant ce premier cours et avaient regardé Isis de travers lorsqu'elle leur avait fait part de son engouement pour la matière. Visiblement la magie n'avait gagné personne d'autre et son petit cœur était le seul à avoir chaviré. Isis parlait en marchant, avançant droit devant, discrètement mais avec détermination. Du coin de l'oeil elle finit par apercevoir la statue dont elle avait parlé ! Elle sauta de joie et se tourna avec un grand sourire vers sa camarade Gryffondor.

« Elle est là ! », lui murmura-t-elle avec des airs de conspiratrices. Elle était grande, pas franchement jolie mais ça Isis s'en fichait. Elle était là ! Elles l'avaient trouvée ! La Poufsouffle se rapprocha, il n'y avait qu'un groupe d'élèves qui discutaient entre eux, ignorant totalement les deux petites nouvelles qui jouaient au détective. Elle tapa doucement sur une pierre, son cœur battait fort dans sa poitrine et...

… Rien. La main d'Isis retomba tout comme le sourire de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Dim 6 Juil - 14:05

J’avais eu quelques maisons déjà, même si Poudlard allait être celle que j’allais le plus fréquenter à présent ? Elles étaient toutes immenses aux multiples pièces, avec plusieurs salle de bain et un grand jardin arrière qui était caché à la vue de tous et surtout aux paparazzi. Je n’arrivais jamais à savoir si maman les aimait bien ou pas, parce qu’elle recherchait des moments d’intimité et elle était parfois tendue comme un arc et alerte lorsqu’elle sentait qu’on essayait d’y passer outre. Mais pendant les manifestations, elle ne cessait jamais de montrer à quel point notre famille était heureuse et parfaite et elle avait cette façon de me placer au centre à chaque fois, en pâture aux lions. Souvent je m’étais imaginée que j’allais découvrir des pièces secrètes dans notre villa, que même mes parents ne connaissaient pas et que ce serait ma cachette secrète. Mais ce n’était jamais arrivé. Est ce que c’était possible d’avoir plus de chances au château ?

- Je crois qu'à cette étage il y a une grosse statue, peut-être qu'elle cache quelque chose ?

De toute façon comme nous ne savions pas plus où chercher, il fallait bien commencer quelque part, alors je m’en remis à la logique d’Isis. C’était étrange, parce qu’il y avait une part de moi qui voulait vraiment y croire, mais une autre en parallèle qui m’indiquait que c’était quand même bien fort peu probable et que je devais me préparer à toute déception, si jamais il y en avait. Comme Isis avait tout l’air ce qu’il y a de plus ravie, je refusais de lui partager mes inquiétudes et je préférais penser qu’elle avait raison, de toute façon, elle avait l’air de mieux s’y connaître en magie que moi.

D’ailleurs en parler m’intéressait beaucoup parce que j’étais ignorante sur tellement de sujets, et chaque nouvelle découverte était une sorte d’émerveillement, pendant que chez moi, dans cet univers atypique qu’était celui de la célébrité, plus rien ne m’étonnait…

- Histoire de la magie ! Et toi ?

Chaque matière à sa manière m’avait intéressé donc si c’était facile d’avoir posé la question, c’en était une autre de devoir y répondre. Quoique… je n’avais pas trop aimé le  cours de potions, parce que si dans l’idée c’était cool, ça ne me bottait pas trop de devoir travailler dans la précision et le dosage et tous ces trucs, en plus le professeur avait l’air sévère et n’inspirait pas vraiment la confiance.

- Je sais pas trop encore, j’ai du mal à dire. Tous ceux dans lesquels on utilise sa baguette magique en tout cas ils me plaisent bien,
révélai-je. J’avais beau me répéter que ça allait faire partie intégrante de ma vie à présent, j’avais toujours ce même étonnant à chaque fois que j’accomplissais un acte magique ou que quelqu’un était en train de l’exécuter.

Nous marchions côte à côte et je me sentais dans la peau de celle qui prépare un mauvais coup et qui complote. Pourtant, pour l’instant nous ne faisions rien de plus que nous balader dans le château, donc on ne faisait strictement rien de mal, mais j’avais quand même ce sentiment d’être épiée, alors machinalement, j’accélérai le pas, tout en me disant, que peut être, inconsciemment, Isis en ferait de même.

- Elle est là ! déclara t-elle soudain et mes sens se mirent encore plus en éveil que précédemment. Je me voyais prendre la place de ma mère lorsqu’elle jouait dans ses films et que c’était elle qui sauvait le monde ou des trucs comme ça.

D’accord, là il s’agissait juste de partir à la recherche d’un passage secret et il n’y avait pas de bombe à désamorcer, mais il y avait quand même un début à tout !

- Il faut faire quoi maintenant à ton avis alors ?
murmurai-je à mon tour, alors qu’il n’y avait personne dans les couloirs, donc aucune raison vraiment d’être à ce point discrètes.

J’observai Isis faire une première tentative avant de retenir ma respiration… Mais mon cœur s’effondra dans ma poitrine, à la manière d’un soufflé au fromage, au même moment ou la Poufsouffle laissa la sienne tomber à côté de son corps. Il ne s’était rien produit, mais maintenant qu’on y était, je n’avais plus vraiment envie de lâcher l’affaire.

- Peut être qu’on a mal regardé
, à mon tour je m’approchai pour voir s’il n’y avait pas un indice qui serait susceptible de nous aider. Ou alors, c’est qu’il faut une formule magique, mais j’en connais presque pas…

En plus, je voyais mal nos profs nous enseigner ceux là !

- Est-ce que tu en as en stock qui pourraient nous servir ?
demandai-je à Isis, l’air interrogateur tout en observant la statue sous toutes les coutures…

Elle était vraiment très moche il n’y avait pas à dire.

En désespoir de cause je sortis ma baguette pour la tapoter sur la pierre.

- Ca marche pas, déclarai-je en commençant à m’impatienter. Poudlard n’avait visiblement pas envie de nous révéler ses secrets.

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mar 8 Juil - 21:27

Tout tournait autour de la statue. Isis se sentait responsable puisque c'est elle qui avait amené sa nouvelle amie jusqu'à cet endroit et lorsque son essai ne marcha pas elle se sentit stupide. Pas question de se décourager pour autant ! Des milliers de scénarios s'enchaînèrent dans sa tête et la petite Poufsouffle réfléchit tant qu'elle le put. Mais elle était tout de même omnibulée par son échec et elle ne trouva aucune solution convaincante. La petite blonde se résolut donc à se tourner vers Leigh en espèrant que cette dernière aurait la solution – ou une solution ça lui allait aussi.

« Peut être qu’on a mal regardé » , Isis répondit d'une moue peu convaincante. Peut-être mais de toute façon il n'y avait pas trente choses à voir sur cette statue. Néanmoins elle observa sans un mot la Gryffondor qui s'était approchée et qui fouillait du regard la statue. « Ou alors, c’est qu’il faut une formule magique, mais j’en connais presque pas… »

Pour ce genre de situations Isis ne voyait pas quelle formule pouvait servir. D'ailleurs elle n'avait pas une grande connaissance en sortilège. Elle en connaissait un qui servait à illuminer sa baguette mais à part ça, vraiment elle ne voyait pas. Celui de la vaisselle aussi elle connaissait mais là encore la petite blonde avait du mal à saisir comment une telle formule pourrait l'aider dans un cas comme celui-là. Pour autant elle refusait de baisser les bras – bon, d'accord, peut-être un peu – mais elles allaient bien trouver une solution ! En tout cas Isis y croyait dur comme fer et si ce n'était pas là ce serait à un autre endroit. Lequel ? Là était la question et pas n'importe quelle question. Mais si Leigh aimait les matières où on agitait sa baguette... Ah mais non elle venait de dire qu'elle connaissait pas de sorts.

Zut.


« Est-ce que tu en as en stock qui pourraient nous servir ? »

Euuuuuh.

« Abracadabra ? », tenta vainement la Poufsouffle tout en sachant que ça ne marcherait pas. Dans les films pourtant ça marchait !

Leigh s'approcha à son tour et tapota sur la pierre avec sa baguette – ah oui c'était peut-être ça la solution ! - mais là encore rien ne se passa. Elle était pas sympa cette statue ! Peut-être qu'elle ne les aimait pas ? Non, c'était stupide c'était une statue. Ou alors il y avait un mot de passe, il fallait lui donner un ordre ? Ah moins qu'elle se soit trompée mais, franchement, c'était l'endroit idéal ! Non non, Isis refusait de croire à sa malchance tout comme elle refusait de croire que... que certaines personnes n'avaient pas de cœur ? Non, ça c'était idiot et cela faisait petite fille mais au fond, Isis était une petite fille avec un grand cœur.


« Ca marche pas. »

Enfin, elles n'avaient pas la bonne solution. Ou alors ça ne marchait effectivement pas mais cette solution ne plaisait pas à Isis. Pas du tout même, ça sonnait trop défaitiste pour elle mais, en même temps, ça mettait la faute sur l'objet et non sur elles donc ça avait tout de même du bon. Non en fait elle ne savait pas si elle aimait ou détestait ça.

« On doit trouver quelque chose ! », répliqua la petite Poufsouffle avec détermination ! Elles allaient trouver quelque chose ! « Ouvre-toi ! », lança alors Isis d'une voix forte. Peut-être qu'un petit ordre... ? Mais non. Là encore rien ne se passa et la blondinette croisa les bras sur sa poitrine, mécontente.

« Je suis désolée, je me suis sûrement trompée. » Après tout c'était elle qui avait traîné Leigh à cet endroit. « Mais on trouvera un autre endroit j'en suis sûre, si on mène toutes les deux une enquête ! Il suffit de demander – discrètement bien sûr – à des élèves plus âgés... ou alors on peut faire un tas de tests. »

A vrai dire Isis n'avait pas vraiment de solutions à proposer. Elle lança un dernier regard noir à la statue l'air de dire « je suis plus forte que toi » avant d'émettre un petit soupire contrarié.

« Tu préfères quoi ? », demanda la blonde. Elle, elle était d'attaque pour faire tout le château au risque de se perdre et de passer la nuit à errer comme un fantôme. C'était marrant d'ailleurs, elle aimait bien l'idée ! Mais toute seule c'était vraiment moins bien, surtout que Leigh était gentille, qu'elle avait des bonnes idées et aussi un joli prénom, ça faisait un bon résultat !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Mer 9 Juil - 14:34

- Abracadabra ? proposa Isis, en désespoir de cause.

C’était la formule la plus connue de tous les moldus, et pourtant même eux savaient que c’était du pipo, et d’ailleurs on ne s’était pas privé pour nous le rappeler lors des premiers cours, ce qui avait suscité des rires de la part des enfants sorciers. Pourquoi est-ce qu’on utilisait encore cette appellation alors qu’elle n’avait jamais fait ses preuves, c’était quelque chose que je n’arrivais pas à comprendre, et qu’Isis l’emploie traduisait bien qu’elle, tout comme moi, n’en avait strictement aucune idée, et que notre petite expédition prenait une tournure non appréciable pour l’une comme pour l’autre.

Je secouai la tête et fronçai les sourcils comme si cela allait m’aider à mieux réfléchir et à trouver une solution, mais rien ne vint, ce qui fit augmenter d’un cran encore notre impuissance. Le problème, c’était qu’on ne savait même pas si la statut renfermait un passage secret ou non, donc il n’y avait même pas moyen de se dire qu’au moins on était sur la bonne piste et qu’il fallait qu’on persiste. Là, peut être qu’en fait on était juste en train de pédaler dans la semoule et que toutes nos tentatives ne servaient à rien. Au moins, il n’y avait personne dans les environs pour être les spectateurs de notre échec, et donc de se moquer de nous.

Je retroussai ma lèvre inférieure, parce que je n’avais pas beaucoup d’autres options à proposer à la Poufsouffle. Tout avait l’air de montrer que cette histoire allait tout bonnement et simplement se terminer en eau de boudin. Et en plus, c’était même pas bon, j’aimais pas ça. Je regardais Isis s’acharner une dernière fois avant qu’elle même ne se tourne vers moi, parce qu’elle en était finalement arrivée à la même conclusion.

- Je suis désolée, je me suis sûrement trompée.  Mais on trouvera un autre endroit j'en suis sûre, si on mène toutes les deux une enquête ! Il suffit de demander – discrètement bien sûr – à des élèves plus âgés... ou alors on peut faire un tas de tests. Tu préfères quoi ?

Etre copine avec Isis, c’était une chose. Mais je ne me sentais pas prête à aller directement à l’assaut d’autres élèves pour leur demander ce que je voulais. C’était pas parce que j’avais peur, n’importe quoi ! Mais j’éprouvais une certaine méfiance vis à vis des autres, je n’arrivais pas vraiment à en expliquer qu’elle en était la véritable cause, mais toujours était-il qu’il y avait cette résistance qui subsistait et qui m’indiquait que ce n’était peut être pas la meilleure solutions à suivre pour nous deux. En plus, si jamais il s’avérait qu’on avait une bonne piste, on pouvait carrément essayer de nous mener en bateau et nous donner des informations qui pour le coup, elles seraient complètement erronées. Là dessus, je savais de quoi je parlais, parce qu’il y avait parfois beaucoup de mensonges à propos de ma mère dans les magazines, et parfois, j’avais même lu qu’on parlait de moi, mais avec une vision complètement fausse, et je me demandais bien comment est-ce qu’on faisait pour dire des mensonges pareils ! Les premières fois, j’avais été très vexée parce que c’était faux et archi faux, et c’était alors mon père qui m’avait expliqué qu’il ne fallait pas faire attention et que c’était l’ignorance le meilleur des mépris, et que les gens qui écrivaient ça étaient juste jaloux. Ils étaient jaloux de quoi ? De ma maman ?

Il n’avait pas de quoi pourtant.

- Non il vaut mieux qu’on continue toutes seules, tu imagines si quelqu’un nous fait une blague, et qu’un professeur nous attrape et nous donne une retenue ? Là non plus faire des choses interdites ne m’effrayaient pas, parce qu’on ne m’interdisait rien et ce n’était pas le règlement de Poudlard qui allait faire exception. Mais avant tout pour ce genre de chose je préférais tâter le terrain, pour être sûre de ne pas me faire avoir.

Isis attendant sûrement des propositions de ma part à présent, mais elles me manquaient. Ce n’était pas pour rien qu’on disait des passages secrets qu’ils étaient secrets, décidément !

- Je vois mal des livres en parler à la bibliothèque… mais tu crois que ça vaut le coup d’essayer ? suggérai-je, mais peu de temps après, je piquai un fard parce que je trouvais cette suggestion idiote, parce que si vraiment c’était le cas, tout le monde allait être passé par là avant nous donc ça n’avait plus vraiment ce même attrait.

Je me mis en marche de nouveau pour montrer à mon amie qu’elle pouvait m’emboîter le pas. Ca ne servait à rien de s’éterniser devant la statue de toute façon, à moins d’avoir des qualités de médium et d’avoir un flash.

- J’ai entendu dire le fantôme de Gryffondor qu’il se rendait dans les cachots pour une réunion. Il l’a dit à un élève pendant le repas. Eux ils doivent en connaître quelques uns on peut tenter notre chance en allant le retrouver et lui demander ? Je ne réfléchis pas un seul instant sur l’éventualité qu’un cachot ça pouvait être grand… très grand. Ca n’avait l’air de poser problèmes à personne ici, mais… tu as déjà parlé à un fantôme toi ? Au début, j’avais été tentée d’être effrayée, mais comme ici encore c’était tout à fait normal de voir se balader des ectoplasmes, j’avais rangé ma peur de côté.

Même si j’avais sursauté en laissant échapper une petite exclamation quand Nick Quasi sans tête – c’était son nom – avait débarqué pour la première fois dans la salle commune !

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Lun 14 Juil - 13:23

« Non il vaut mieux qu’on continue toutes seules, tu imagines si quelqu’un nous fait une blague, et qu’un professeur nous attrape et nous donne une retenue ? »

Avec Leigh Isis se sentait capable de tout. D'abord parce qu'elle était capable de beaucoup de choses et ensuite parce qu'être avec quelqu'un d'autre amplifiait son courage. Quand elle était dans le truc elle était dans le truc quoi. A vrai dire elle n'avait pas vraiment peur des retenues et si quelqu'un leur faisait effectivement une blague elle serait la première à rigoler et à demander à cet élève comme il avait fait. Mais si Leigh voulaient qu'elles continuent entre elles ça lui allait très bien ! Elles allaient trouver quand même et si elles pouvaient éviter la retenue ce ne serait effectivement pas de refus.

« Ca marche ! », lâcha la petite Poufsouffle avec un grand sourire – il y avait de quoi elles étaient en train de vivre une grande et extraordinaire aventure.

Réfléchissant à ce qu'elles allaient faire la blondinette se balança légèrement d'un pied à l'autre juste, pour être en mouvement. Elle n'avait plus trop d'idées et elle comptait sur la Gryffondor pour lui venir en aide. A deux cerveaux ça irait forcément beaucoup mieux et beaucoup plus vite ! Enfin, elle l'espérait.


« Je vois mal des livres en parler à la bibliothèque… mais tu crois que ça vaut le coup d’essayer ? »

Isis avait ouvert grand les yeux en entendant le mot « bibliothèque » mais réfléchit tout de même à la proposition de sa camarade parce que, même si l'endroit évoqué ce n'était pas là où elle voulait aller en premier Leigh n'avait pas tort. On disait de la bibliothèque de Poudlard qu'elle contenait un savoir immense et toutes sortes de choses nécessaires aux études dans ce château. Est-ce que cela incluait les passages secrets ça Isis ne savait pas mais comme elle n'avait pas d'autres idées elle pouvait difficilement faire la difficile. Et puis, plus elle y pensait plus ça lui semblait logique. Oui, elles allaient à la bibliothèque ! Isis allait lui faire part de ses pensées lorsqu'elle remarqua que la Gryffondor rougissait. Elle fronça les sourcils mais ne dit rien, se contentant de la suivre dans les couloirs – c'est vrai que rester là ce n'était pas ça qui allait les aider.

Donc... pas de bibliothèque ?


« J’ai entendu dire le fantôme de Gryffondor qu’il se rendait dans les cachots pour une réunion. Il l’a dit à un élève pendant le repas. Eux ils doivent en connaître quelques uns on peut tenter notre chance en allant le retrouver et lui demander ? »

Oh oui ! Ca c'était une bonne idée ! Surtout que le fantôme de Gryffondor semblait très gentil, Isis avait vu un tas d'élèves de sa maison lui parler et la Poufsouffle avait regretté que ce ne soit pas son fantôme. Le Moine Gras ne devait pas être bien méchant ceci dit mais elle avait juste eu le temps de l'appercevoir et ne semblait pas porter sur les discussions avec les élèves.

« tu as déjà parlé à un fantôme toi ? »

Isis fronça les sourcils.

« Non, pourquoi ? J'imagine qu'on leur parle comme on se parle... ou alors il faut crier parce qu'ils sont un peu sourds. Après tout il sont comme nous sauf qu'ils sont... morts. » Mais, dit, ça sonnait tout de suite moins bien à ses oreilles. Leigh n'avait peut-être pas tort, il avait peut-être des codes ou chose comme ça... Mais en même temps il avait dû voir tellement d'élèves qu'ils auraient du s’habituer. « On peut toujours essayer, surtout que votre fantôme a l'air très gentil ! »

Ça ne choquait pas du tout Isis de parler de fantôme comme ça. La première fois qu'elle en avait vu un elle avait été surprise – parce qu'ils étaient tout transparents enfin plus gris mais même – mais cela s'arrêtait là. Les deux filles descendaient consciencieusement dans les cachots, Isis connaissait un peu les lieux sa salle commune n'était pas loin ce qu'elle expliqua d'ailleurs à sa camarade.

« Ma salle commune est par là aussi ! », déclara la Poufsouffle en faisant de grand geste vers la gauche. Mais les cachots étaient de l'autre côté. La petite blonde pénétra, suivie de Leigh dans les cahots et regretta instantanément de ne pas avoir un gilet avec elle – il ne faisait pas froid mais il faisait frais. « Prête ? », demanda Isis, excitée – de plus en plus finalement ne pas trouver tout de suite c'était pas plus mal.

Mais les cachots c'était très grand.


« T'as plus d'informations sur là où il est ? »

Mais de toute façon, elles trouveraient !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elève de 3ème année

Elève de 3ème année
hhhh
✧ Messages : 340
✧ Feat. : Natalie Portman
✧ Chocogrenouille(s) : 1758

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh Lun 21 Juil - 10:40

De toute façon, pas la peine d’aller chercher très très loin : tout ce qui sortait de l’ordinaire pour moi, enfant de moldus était d’une grande banalité pour les autres et comme personne ne criait ici dès qu’il voyait apparaître un fantôme, ca voulait bien dire ce que ça voulait dire : non seulement qu’ils faisaient partie intégrante du décor, mais aussi qu’ils n’étaient pas très menaçants, rien à voir avec ceux qu’on pouvait voir dans les films et qui vous jetaient des mauvais sorts. Je ne cessais de me faire cette réflexion que depuis le début le folklore moldu était complètement à côté de la plaque en ce qui concernait tout ce qu’ils considéraient comme étant du surnaturel et que ce qui était censé effrayer, faire peur… en fait tout ça, c’était rien que des bêtises, des mensonges à propos de choses qu’ils ne connaissaient pas et qui au fond les effrayaient. Alors pourquoi ne pas les rendre encore plus apeurant ?

- Non, pourquoi ? J'imagine qu'on leur parle comme on se parle... ou alors il faut crier parce qu'ils sont un peu sourds. Après tout il sont comme nous sauf qu'ils sont... morts.

Quand même, ça ne semblait pas tant que ça déranger Isis mais moi je trouvais ça… bizarre, parce que normalement une fois qu’on était mort, on était mort, alors pouvoir discuter avec des gens qui venaient de l’au delà, c’était encore un concept que je n’avais pas avalé, et même si je ne doutais pas que j’allais bien finir par m’y habituer, me dire que j’allais bientôt parler à Monsieur Sans Tête, ça sonnait… je ne savais pas dire comment ça sonnait, mais ça faisait encore partie d’une des grandes nouveautés de cette école.

- Je n’ai jamais parlé à quelqu’un qui est mort avant,  enfin je sais pas… tu ne trouves pas que c’est étrange toi ? Isis était ma copine à présent, même si ça ne datait que d’il y a quelques minutes, mais quand même je me disais que elle ne me jugerait pas si je lui faisais part de mes interrogations. En plus elle non plus jusque ici elle n’avait pas l’air d’avoir rencontré un quelconque spectre !

- On peut toujours essayer, surtout que votre fantôme a l'air très gentil !


C’est vrai qu’il était toujours poli et courtois. On ne pouvait pas en dire autant d’autres, je ne voulais surtout pas me retrouver coincé avec celui d’une des autres maisons, celui qui ne souriait jamais ! Même si techniquement c’était impossible, puisque lui, il pouvait se déplacer où il le voulait…

- Ma salle commune est par là aussi !


Je regardais avec curiosité la direction qu’Isis m’évoquait avant de répondre :

- Moi elle se trouve dans une tour, on voit l’extérieur de Poudlard !
lui appris-je. J’aimais bien ma salle commune, mais j’aurais été bien curieuse de voir à quoi ressemblait celle de la Poufsouffle. Allez viens, enchainai-je alors que nous gagnions les cachots.

Ces deniers n’étaient pas très accueillants dans leur genre, mais je me refusais à la partager toutefois parce que je ne voulais pas paraître pour une peureuse. Quand Isis me demanda si j’étais prête, j’opinai du chef, tout en me fiant à la faible lumière des chandelles accrochées aux murs parce que le sol était irrégulier et que je ne voulais pas trop marcher dans un trou sans faire exprès. D’ailleurs c’était humide et pas très propre et malgré moi, même si là aussi je ne voulais pas que Isis me juge comme était une fille à papa, c’était un peu ragoutant et je n’avais pas vraiment envie de me salir. C’était en effet loin des environnements que je fréquentais normalement.

- T'as plus d'informations sur là où il est ?

Je retroussai légèrement ma lèvre inférieure en signe de négation et secouai la tête tandis que nous poursuivions notre avancée.

- Pas vraiment, mais je pense que si on procède avec logique, on va bien finir par trouver ? Le truc, c’était qu’il y avait pas mal de directions, donc de là à trouver la bonne du premier coup… Il faut qu’on écoute, on va bien finir par les entendre.

Cela dura un certain temps, suffisamment pour que je finisse par me demander si nous ne nous étions pas perdues pour de bon et que ça allait être dur pour retrouver notre chemin et ça devenait même un peu inquiétant – la réalité finissait toujours par me rattraper. Et puis une musique à se faire retourner un mort dans sa tombe (de circonstances) résonna faiblement. Je me stoppai tout à coup, tapotai l’épaule d’Isis pour l’inciter à faire de même et en croisant son regard, je sus que comme moi elle avait compris. Nous fîmes les derniers mètres nous séparant de la porte derrière laquelle s’élevait l’horrible son, avant d’entendre des paroles se mêler également au requiem. Je laissai passer assez de temps pour finalement entendre celle de Monsieur Sans tête et donc confirmer qu’il s’agissait bien de la fameuse réunion.

- Qu’est-ce qu’on fait du coup ?
Je n’étais pas très rassurée, mais j’étais prête à suivre mon amie peut importe la décision qu’on prendrait. On était là, on allait quand même pas faire demi tour, mais la perspective de m’imposer parmi les fantômes ne m’emballait pas trop non plus… On entre… comme ça ? Ou c’est peut être mieux de frapper avant ? Et on lui demande comment ?

Est-ce que c’était mieux d’y aller spontanément ou bien de répéter un texte tout préparé avant de se lancer ?

_________________
I fall in love with details
"La vie comme un sorbet au citron : agréable, sucrée et acide, mais au final ça reste une glace." Liam Collins
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il suffit de fermer les yeux - Leigh

Revenir en haut Aller en bas

Il suffit de fermer les yeux - Leigh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Un combat avec un loup brun aux yeux oranges
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miam Hibou :: Bibliotheque :: Miamhibou's Chronical-